Inscription

Science International : des chercheurs à risque

Sous la bannière de Science International, quatre organisations scientifiques mondiales se réuniront à Trieste, en Italie, pour explorer les politiques et les programmes pour les scientifiques déplacés par la guerre.

Avec une prise de conscience mondiale croissante des défis auxquels sont confrontés les chercheurs déplacés par la guerre, quatre organisations scientifiques internationales se réuniront à Trieste, en Italie, pour examiner les besoins des scientifiques - et ce qui peut être fait pour les soutenir.

La réunion se tiendra du 17 au 18 juin 2018 sous la bannière de Science International, entamant les premières discussions d'un processus qui aboutira finalement à des recommandations de politiques et de programmes axées sur les scientifiques fuyant la guerre et les conflits.

Les quatre organisations centrales du projet Science International sont les Partenariat InterAcadémie (PAI) et l'Académie mondiale des sciences (TWAS), toutes deux basées à Trieste ; et  le Conseil international pour la science (ICSU) et le Conseil international des sciences sociales (ISSC), tous deux basés à Paris. (Le CIUS et l'ISSC fusionneront en juillet 2018 pour devenir le Conseil international des sciences.) Collectivement, ils représentent plus de 280 organisations scientifiques nationales, régionales et mondiales dans le monde, avec des membres individuels aux plus hauts niveaux de la recherche scientifique, des politiques et de l'éducation.

« La liberté de circulation des scientifiques est au cœur du Conseil international pour la science depuis des décennies – elle est inscrite dans l'un des principes fondamentaux de nos statuts, et continuera de l'être à mesure que nous devenons le Conseil international des sciences », a déclaré Heide. Hackmann, directeur exécutif du Conseil international pour la science (ICSU). « À une époque où les tendances populistes sapent la compréhension et le soutien des sociétés à la valeur et aux valeurs de la science, et entravent la capacité des scientifiques à exercer leur profession, la nouvelle initiative Science International est essentielle pour garantir une action, y compris de la part des gouvernements, pour fournir le soutien dont les scientifiques déplacés ont besoin.

« Chez TWAS, nous comptons les scientifiques qui sont contraints de quitter leurs laboratoires et leur pays d'origine comme membres de notre communauté, et nous considérons qu'il est impératif de comprendre leurs expériences et leurs besoins », a déclaré le directeur exécutif de TWAS, Romain Murenzi. « Les coûts de cette migration forcée – pour les individus et leurs pays – sont énormes. Mais parce que beaucoup d'entre eux espèrent rentrer chez eux un jour, nous devons reconnaître leur importance et continuer à soutenir leur travail et leur développement.

L'effort de Science International est « d'une importance cruciale », a déclaré le directeur exécutif du CISS, Mathieu Denis. «Grâce à nos membres et à nos réseaux combinés, nous pouvons aider à mobiliser l'expertise, sensibiliser nos institutions, connecter des initiatives, apprendre de ce que font les autres et aider à faire face au sort de milliers de scientifiques réfugiés et déplacés dans le monde.»

Des pays comme la Syrie et l'Irak ont ​​eu pendant des décennies des universités fortes et des secteurs de recherche productifs. Mais la guerre civile syrienne, qui a commencé en 2011, a déplacé 11 millions de personnes, soit la moitié de la population du pays. En Irak, en Afghanistan et en Syrie, les efforts de l'État islamique et d'autres groupes extrémistes ont semé le chaos dans de vastes régions. Et au Yémen, une guerre civile a causé une destruction massive d'universités et d'infrastructures de recherche.

« De nombreux pays ont été pris au dépourvu par la récente augmentation des migrations humaines », a déclaré le président de l'IAP, Volker ter Meulen. « Nous savons qu'il y a des scientifiques, des médecins et d'autres personnels qualifiés parmi ces personnes déplacées, et nous pensons que la communauté scientifique a la responsabilité de faire tout son possible pour les aider. C'est pourquoi l'IAP et les autres partenaires du groupe Science International ont accepté de travailler sur cette question au niveau mondial.

Au cours des 18 derniers mois, TWAS et IAP ont collaboré avec d'autres organismes scientifiques de haut niveau pour explorer les expériences et les besoins de milliers de scientifiques, d'ingénieurs, de professionnels de la santé et d'étudiants en sciences avancées depuis leur domicile dans des endroits tels que la Syrie, l'Irak, l'Afghanistan. et le Yémen. Un atelier international en mars 2017, co-organisé par le programme TWAS Science Diplomacy, a produit un ensemble détaillé de recommandations pour les politiques et la recherche.

Mais l'initiative Science International marque l'effort le plus ambitieux à ce jour pour réunir des organisations scientifiques avec des scientifiques déplacés, les dirigeants d'agences qui soutiennent les universitaires à risque et d'autres pour soutenir ceux qui sont entraînés dans une migration historique de talents de recherche.

Dans le cadre de l'initiative Science International, les universités et autres organismes de recherche sont déjà interrogés sur leur expérience avec les scientifiques déplacés. Un groupe de direction Nord-Sud a été formé pour orienter les discussions et les recherches dans les mois à venir.

Membres du groupe de direction : le vice-président de TWAS, Mohammad Ahmad Hamdan, Arab Open University en Jordanie ; pour l'ICSU, Pascale Laborier, Université Paris Nanterre ; pour l'IAP, Robin Perutz, Université de York (Royaume-Uni) ; et pour l'ISSC, Valérie Schini-Kerth, Université de Strasbourg (France).

Parmi les participants à la première réunion du groupe de travail figureront également des dirigeants et des représentants de l'UNESCO ; la Commission européenne ; l'Institute of International Education-Scholar Rescue Fund; chercheurs en danger ; l'Académie mondiale des jeunes ; l'Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (SIDA); l'Organisation pour les femmes et la science pour le monde en développement (OWSD); et le Comité international des droits de l'homme des Académies nationales des sciences, de l'ingénierie et de la médecine des États-Unis.

Science Internationale est une collaboration continue pour développer et promouvoir des politiques solides pour la science au niveau mondial. La première initiative s'est étendue sur 2015-2017, lorsque les partenaires ont développé un accord - « Open Data dans un monde de Big Data » – en encourageant le libre accès aux mégadonnées qui sont de plus en plus au cœur de la recherche avancée. Pour les pays en développement, selon l'accord, les données ouvertes constituent un moyen essentiel de participer plus pleinement à l'entreprise mondiale de recherche.

À la mi-2017, l'accord avait reçu plus de 120 mentions d'organisations du monde entier.


[ID d'éléments liés = ”1402,712″]

Passer au contenu