Inscription

Comité de liaison des petits États insulaires en développement (PEID) nommé pour renforcer les liens avec la communauté scientifique des PEID

Le Conseil scientifique international a annoncé aujourd'hui la nomination d'un comité de liaison de huit membres qui renforcera l'intégration des connaissances scientifiques des petits États insulaires en développement dans les activités du Conseil.

À la suite d'un appel à candidatures auprès des membres, le Conseil a le plaisir d'annoncer la nomination de huit éminents scientifiques au Comité de liaison des petits États insulaires en développement (PEID). Le comité est composé de scientifiques ayant une expérience diversifiée du lien science-politique, chacun basé dans différents petits États insulaires du monde. Le Comité sera consulté sur des questions stratégiques, telles que la mobilisation des contributions de la communauté scientifique des PEID pour la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable. Les membres s'efforceront également de porter d'autres questions à l'attention du CSI ou de ses comités consultatifs, afin que la représentation de la communauté scientifique des PEID soit renforcée dans toutes les activités du Conseil.

Les petits États insulaires en développement (PEID) – parfois appelés États des grands océans – font partie des pays les plus vulnérables au monde et sont reconnus par les Nations Unies comme un groupe prioritaire spécifique de pays. Leur petite taille, leur éloignement et leurs ressources limitées signifient qu'ils ont tendance à partager un certain nombre de défis uniques pour le développement durable. Les PEID sont également particulièrement vulnérables aux impacts du changement climatique et aux catastrophes naturelles, qui pourraient devenir plus fréquentes et plus intenses à l'avenir. En outre, alors que le processus UN SAMOA (SIDS Accelerated Modalities Of Action) met en évidence l'importance de la science et de la technologie pour ces pays, les institutions scientifiques des pays PEID ont souvent des capacités limitées.

Le comité, présidé par le président élu de l'ISC, Peter Gluckman, devrait renforcer les efforts de l'ISC pour mobiliser la communauté scientifique dans les petits États insulaires en développement et veiller à ce que la recherche sur et depuis les PEID soit portée à l'attention des décideurs politiques mondiaux.

Président:

  • Pierre Gluckman, formé en tant que pédiatre et scientifique biomédical et titulaire d'une chaire universitaire distinguée à l'Institut Liggins de l'Université d'Auckland. Il est également titulaire de chaires honorifiques à l'University College London, à l'Université de Southampton et à l'Université nationale de Singapour (où il agit en tant que conseiller scientifique en chef du Singapore Institute for Clinical Sciences). Il a publié plus de 700 articles scientifiques en physiologie périnatale et développementale, neurosciences et endocrinologie, biologie évolutive et médecine. Il est l'auteur d'ouvrages techniques et de vulgarisation scientifique. Il a présidé la Commission de l'OMS pour mettre fin à l'obésité infantile (2014-2017).

Les membres sélectionnés parmi les candidatures sont :

  • Dania Bacardi, spécialiste principal en toxicologie expérimentale et affaires réglementaires au Centre de génie génétique et de biotechnologie (CIGB) et professeur titulaire de l'Université des sciences médicales de La Havane, Cuba.
  • Xavier Estico, Président-directeur général de l'Institut national des sciences, de la technologie et de l'innovation (NISTI), Seychelles
  • Terrence Forrest, scientifique en chef pour UWI SODECO (Solutions pour les pays en développement) et professeur de médecine expérimentale, Faculté des sciences médicales, Université des Antilles (UWI), Jamaïque.
  • Teatulohi Matainaho, conseiller scientifique en chef du gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée et président du Conseil scientifique et technologique de Papouasie-Nouvelle-Guinée.
  • Saui'a Louise Mataia Milo, Doyen de la Faculté des lettres de l'Université nationale du Samoa
  • Michelle Mycoo, professeur de planification urbaine et régionale, The University of the West Indies, St. Augustine, Trinité-et-Tobago
  • Vidushi Neergheen, Professeur agrégé au Département des sciences de la santé et au Centre de recherche biomédicale et biomatérielle de la Faculté des sciences de l'Université de Maurice
  • Morgane Wairu, directeur par intérim du Centre du Pacifique pour l'environnement et le développement durable (PaCE-SD) à l'Université du Pacifique Sud (USP)

Le Comité se réunira virtuellement plusieurs fois par an et des mises à jour sur ses activités seront partagées avec les membres de l'ISC et via le site Web du Conseil. Le comité devrait être en place jusqu'au 31 décembre 2021, date à laquelle il sera réexaminé.

Photo par Stacie Lucas on Unsplash.

Passer au contenu