Inscription

Le Conseil international pour la science s'engage à soutenir les scientifiques dans l'affaire L'Aquila

Le Conseil international pour la science (ICSU), en tant que représentant de la communauté scientifique mondiale, exprime sa vive préoccupation concernant le cas des six scientifiques qui ont été reconnus coupables d'homicide involontaire et condamnés à des peines de six ans de prison en raison de leur rôle de conseil scientifique. avant le tremblement de terre de L'Aquila, en Italie, en 2009.

Bien que l'ICSU ne soit pas au courant de toutes les informations dont disposaient les procureurs, il semble que ces scientifiques soient essentiellement pénalisés pour avoir utilisé leur expérience et leurs connaissances pour fournir des preuves pour la prise de décision. Dans le domaine des risques naturels, ces preuves scientifiques ont leurs limites. Le moment et la force des tremblements de terre ne peuvent pas être prédits avec précision.

Néanmoins, la science peut apporter et apporte d'importantes contributions aux stratégies de réponse aux aléas. Dans le cas de L'Aquila, six scientifiques ont accepté leur responsabilité envers la société d'essayer de soutenir la prise de décision dans une situation d'incertitude inhérente. Que ces scientifiques soient condamnés à la prison pour cela est une injustice flagrante.

Le Séisme à L'Aquila a été un événement tragique au cours duquel plus de 300 personnes sont mortes et l'ICSU approuve la nécessité de déterminer si ces vies auraient pu être sauvées si les autorités publiques avaient réagi différemment avant l'événement. Le rôle des avis scientifiques dans les processus de prise de décision avant le séisme est un domaine d'enquête légitime. Nous devons tous tirer les leçons du passé pour mieux nous préparer pour l'avenir. En attendant, blâmer les scientifiques et les avis scientifiques pour les décès survenus à L'Aquila est une grave erreur qui, malheureusement, rendra de nombreux scientifiques réticents à accepter des rôles consultatifs publics.

Nous appelons les autorités responsables à prendre des mesures urgentes et décisives pour corriger cette erreur et garantir la justice nécessaire pour Franco Barberi, Enzo Boschi, Giuli Selvaggi, Gian Michele Calvi, Mauro Dolce et Claudio Eva.

[identifiants liés_items =""]


Passer au contenu