Inscription

L'ISC a été honoré que le Dr Flavia Schlegel soit sa première Envoyée spéciale pour la science dans la politique mondiale

Alors que la position politique mondiale prend fin à la fin de 2020, le modèle d'envoyé spécial ouvre de nombreuses possibilités futures pour l'ISC. L'ISC a pris un moment pour discuter avec Flavia de son rôle, des moments mémorables et de ses réflexions pour l'avenir.

Le Dr Flavia Schlegel est arrivée à l'ISC avec une grande admiration pour ce qui avait été réalisé grâce à la fusion et les possibilités qu'elle pourrait apporter pour servir la communauté scientifique, et finalement, la réponse mondiale à l'Agenda 2030.

Elle part à un moment où les gains réalisés pour chacun des objectifs de développement durable pourraient être menacés en raison des multiples niveaux de risque que la pandémie entraîne, mais a un sentiment d'espoir que, grâce à la poursuite de la collaboration entre les communautés scientifiques et les politiques, décideurs, que les problèmes complexes et les défis mondiaux auxquels l'humanité est confrontée peuvent être résolus.

Quels ont été vos trois moments clés de 2020 ? Quand le Conseil a-t-il été particulièrement visible et surtout capable d'avoir un impact ?

  • L'OMS déclare la pandémie le 11 mars: L'ISC agit immédiatement, met à disposition une plateforme collaborative, le Portail scientifique mondial, à ses membres de mettre en avant leurs initiatives et de faciliter la coopération. Les pandémies sont, comme la plupart des défis de notre époque, mondiales et nécessitent une coordination et une coopération mondiales. L'ISC joue un rôle actif en fournissant l'espace et les moyens de promouvoir la coopération entre ses membres et la communauté des décideurs.
  • Les conversations sur Repenser le développement humain: L'ISC fait ses preuves en tant que leader d'opinion, en s'appuyant sur une large base disciplinaire et des approches inter et transdisciplinaires, en investissant également dans de nouvelles façons de communiquer et de débattre, et de partager ces informations à travers un site multimédia innovant. Ce que j'ai aimé dans le dialogue, c'est qu'il n'a pas eu lieu uniquement lors de la Journée mondiale de la science pour la paix et le développement, l'ISC a invité ses membres, programmes et partenaires à garder le dialogue en 2021.
  • Le lancement de la nouvelle série de l'ISC : Vers 2021 : une année de transformation, qui fera le point sur l'état des connaissances et de l'action, cinq ans après l'Accord de Paris. 2021 sera une année charnière pour l'action en faveur du développement durable. Mettre en évidence la nature systémique des défis mondiaux (climat, pandémie, biodiversité, justice/équité), exploiter et partager la richesse des connaissances des membres de l'ISC, amener les connaissances à avoir un impact. C'est à la fois un moment excitant et important pour faire partie de la science internationale.

Vous avez joué un rôle central dans la plate-forme scientifique consultative de l'IIASA-ISC – Rebondir de manière durable : les voies vers un monde post-COVID. Dites-nous ce qui a été accompli jusqu'à présent et que se passe-t-il ensuite dans le processus ?

Il s'agissait certainement d'une collaboration opportune et importante pour les deux organisations, et souligne encore une fois à quel point l'ISC peut être agile pour répondre aux crises mondiales. Ce que j'ai aimé dans cette collaboration, c'est qu'elle a réuni les patrons de l'ISC Mary Robinson et Ismail Serageldin, ainsi que les responsables scientifiques de l'ISC et de l'IIASA et une foule d'experts du monde entier pour concevoir des parcours de durabilité qui permettra de reconstruire un monde post COVID-19 plus durable.

Lors des consultations sur les quatre thèmes – Gouvernance pour la durabilité, Renforcement des systèmes scientifiques, Systèmes alimentaires résilients et L'énergie durable il est devenu clair que le thème émergent, et ce que l'on espère être un héritage durable de la pandémie, est que « les transformations sont à portée de main ». Ce fut un honneur que l'ISC puisse convoquer sa voix mondiale pour la science à l'Assemblée générale des Nations Unies dans le cadre d'un événement parallèle, mettant en vedette Ban Ki-moon et soutenu par le ministère norvégien des Affaires étrangères et le Département de la science et de l'innovation d'Afrique du Sud.

Les quatre rapports thématiques seront lancés fin janvier 2021, accompagnés d'un site multimédia. On espère que les rapports pourront être utilisés pour « faire avancer la durabilité » lors de diverses conférences et réunions en ligne qui abordent les mêmes thèmes discutés au cours de ce processus consultatif.

Regardez l'événement parallèle de l'ONU

Quelle est votre observation durable lors de votre passage à l'ISC ? 

Que la fusion était la bonne décision. Comme le Secrétaire général des Nations Unies l'a mentionné à maintes reprises au cours de cette année de pandémie - alors que nous célébrons également les 75 ans de l'ONU - c'est que nous avons besoin d'un multilatéralisme qui soit plus en réseau, plus inclusif et plus résilient afin de répondre à la rapide paysage changeant des menaces, des opportunités et de nos capacités en tant qu'êtres humains à être résilients.

Et nous avons également besoin d'une organisation « scientifique multilatérale », réunissant les plein pouvoir, créativité et savoir de la communauté scientifique dans toute sa diversité à la table. Le succès pour surmonter la pandémie ne résidera pas dans une discipline ou dans une approche dans une région ou un pays, mais dans le rapprochement des sciences naturelles et sociales, des scientifiques et des décideurs politiques à travers le monde. De cette manière, l'ISC joue un rôle central en contribuant à établir des normes et des standards, ou un accord mondial sur la manière de coopérer au niveau international dans un monde de plus en plus polarisé.

À quoi devraient penser les membres de l'ISC en 2021 ?

Ne pas se retirer dans une tour d'ivoire, ne pas se laisser décourager par les négationnistes climatiques, les conspirateurs pandémiques, les politiciens manipulateurs. Je pense qu'un défi pour les membres de l'ISC est d'être conscient de l'"infodémie" qui arrive en 2021 - pas seulement avec la pandémie - mais aussi parce que c'est une année critique pour le climat et la biodiversité. L'année offrira tant de défis à la science que nous devons aborder avec respect, de manière éthique et responsable. Et ce sera une autre année pour défendre la liberté et l'indépendance de la science et des scientifiques.

Je suis encouragé lorsque je vois comment l'ISC investit dans l'innovation lorsqu'il s'agit de communiquer avec les décideurs politiques et le public sur les possibilités – et les limites – de la science pour résoudre nos défis mondiaux. Je suis enthousiasmé par l'ISC et son parcours continu dans le renforcement de la voix mondiale de la science et, plus important encore, la réalisation de sa vision de la science en tant que bien public mondial.

Passer au contenu