Inscription

L'ONU soutient l'appel à un mécanisme consultatif scientifique international sur la réduction des risques de catastrophe

Une délégation conduite par l'ICSU en tant que partenaire organisateur du Groupe majeur des Nations Unies pour la science et la technologie a participé à la première réunion du comité préparatoire de la 3e Conférence mondiale des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophe.

La réunion de deux jours à Genève cette semaine vise à préparer le Conférence de mars 2015 à Sendai, Japon, où les gouvernements doivent approuver un nouveau cadre mondial pour réduire les risques de catastrophe pour remplacer l'actuel cadre de Hyogo.

Le cadre d'action de Hyogo 2005-2015 ont cherché à renforcer la résilience des nations et des communautés face aux catastrophes.

La délégation Science et technologie a réuni une large coalition d'organisations, dont le Partenariat Inter Académie (IAP), le Académie mondiale des jeunes, UKCDS, Santé publique en Angleterre et les terres parsemées de Groupe consultatif scientifique et technique du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNISDR) ainsi que des experts d'Amérique latine, d'Afrique et de la région Asie-Pacifique.

Le grand groupe scientifique et technologique a concentré ses interventions sur une déclaration convenue en mars 2014 sur l'établissement d'un mécanisme consultatif scientifique international pour la réduction des risques de catastrophe afin de renforcer la résilience pour l'agenda post-2015.

Rüdiger Klein, directeur exécutif du programme de recherche intégrée sur les risques de catastrophe (IRDR) (coparrainé par l'ICSU, l'ISSC et l'UNISDR), a représenté l'ICSU en tant que partenaire organisateur du Major Group Science and Technology. Lors de sa déclaration à la plénière au nom du grand groupe, il a souligné l'importance du renforcement mutuel des stratégies de réduction des risques de catastrophe et de développement durable, ainsi que le besoin crucial de renforcement des capacités dans les PEID et les PMA, sans négliger l'exposition des pays à revenu intermédiaire et élevé.

De nombreuses déclarations de pays – des pays développés comme des pays en développement – ​​ont souligné la nécessité de la science et de la technologie aux niveaux local et national. Ils ont demandé plus de renforcement des capacités, un meilleur transfert de connaissances et une meilleure accessibilité aux données, une évaluation et un suivi des risques multirisques plus complets qui contribueraient plus fortement à fournir des solutions innovantes pour la réduction des risques de catastrophe, une exigence du gouvernement et de la société civile.

Dans une déclaration conjointe, l'ONU a déclaré qu'elle "soutient la création proposée d'un mécanisme consultatif scientifique international pour renforcer la base de données probantes pour la mise en œuvre et le suivi du nouveau cadre

L'Union européenne, dans sa déclaration, a déclaré que le nouveau cadre de Hyogo "devrait également encourager une interface science-politique plus systématique et renforcée, y compris la prévoyance pour faire face aux risques et défis futurs".

Une première ébauche du deuxième cadre de Hyogo devrait être disponible plus tard cet été pour commentaires, et sera présentée à la 2e réunion du comité préparatoire, les 17 et 18 novembre à Genève, en préparation de la 3e Conférence mondiale à Sendai, au Japon.




Passer au contenu