Inscription

Bien-être versus PIB : le défi et l'opportunité du développement humain au 21ème siècle

Dans ce commentaire, David C. Korten pose la question suivante : l'objectif économique déterminant de l'humanité est-il de faire croître le PIB ou d'assurer le bien-être des personnes et de la Terre vivante ?

Une réarticulation du développement humain pour le 21e siècle est indispensable. Je suis honoré de l'invitation du Conseil international des sciences et du Programme des Nations Unies pour le développement à contribuer à la discussion. Je suggère que la discussion se concentre sur une question que l'ONU a longtemps éludée : l'objectif économique déterminant de l'humanité est-il de faire croître le produit intérieur brut (PIB) ou d'assurer le bien-être des personnes et de la Terre vivante ?

Un engagement mondial en faveur du développement économique des pays à faible revenu a commencé à gagner du terrain au niveau international peu avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au milieu des années 1980, beaucoup d'entre nous qui avaient consacré leur vie à cette cause ont conclu que quelque chose n'allait pas du tout.

Des progrès importants ont été accomplis pour prolonger la vie des gens grâce à la vaccination et à d'autres mesures de santé publique. Cependant, l'accent mis sur la croissance de la production et de la consommation du secteur formel, mesurée par le PIB, a ignoré les besoins essentiels de la plupart des gens et complètement ignoré les exigences des systèmes naturels de la Terre. Les gens étaient privés du contrôle de leurs moyens de vivre et la Terre était privée de sa capacité à maintenir la vie. Ces résultats alarmants ont continué de s'aggraver.

Selon les estimations du Global Footprint Network (2018), les humains actuellement consommer à un rythme 1.7 fois ce que les systèmes régénérateurs de la Terre peuvent supporter. En conséquence, nous détruisons la santé des systèmes vivants qui fournissent la nourriture que nous mangeons, l'eau que nous buvons, l'air que nous respirons et la stabilité du climat qui façonne la vie quotidienne de chaque être vivant. Alors que la surface de la Terre devient de plus en plus inhabitable, des millions de personnes déplacées de plus en plus abandonnent leurs maisons dans la peur et la tristesse pour se réfugier dans les endroits habitables de plus en plus réduits de la Terre.

En octobre 2018, le Groupe d'experts intergouvernemental des Nations Unies sur l'évolution du climat averti que la pollution par les gaz à effet de serre doit être réduite de 45 % par rapport aux niveaux de 2010 d'ici 2030 et de 100 % d'ici 2050 pour éviter des conséquences irréparables pour la Terre et l'humanité. Pendant ce temps, des inégalités extrêmes et croissantes obligent la grande majorité de la population mondiale à lutter quotidiennement pour sa survie.

Oxfam rapporte que 26 milliardaires détiennent désormais des actifs financiers personnels supérieurs à ceux de la moitié la plus pauvre de l'humanité (Oxfam, 2019). Oxfam plus loin estimations que les 3.9 milliards de personnes les plus pauvres ne représentent qu'environ 10 % des émissions totales de carbone, tandis que les 10 % les plus riches en représentent environ la moitié (Oxfam, 2015).

Aux États-Unis – qui se targue d'être le pays le plus riche du monde – les 1 % les plus riches possèdent nettement plus de richesses que les 90 % les plus pauvres. La plupart de ces derniers sont confrontés à une lutte quotidienne pour répondre aux besoins essentiels. Six sur dix auraient du mal à trouver 1,000 XNUMX $ pour couvrir une dépense d'urgence comme une facture médicale ou une réparation de voiture.

Certains pays font un meilleur travail que les États-Unis, mais le tableau général est une combinaison de surconsommation obscène par quelques privilégiés et de désespoir inadmissible pour la majorité – une situation mise en évidence et exacerbée par la pandémie de COVID-19. En termes simples, nous détruisons La capacité de la Terre à soutenir la vie faire fructifier la fortune de quelques milliardaires.

Malgré l'amélioration des indicateurs sélectionnés, du point de vue du bien-être, l'expérience globale de développement a été un échec profond. Nous sommes assurés que tenir le cap sur l'engagement de faire croître le PIB finira par mettre fin à la pauvreté et sauver l'environnement. L'expérience suggère exactement le contraire. Nous sommes depuis longtemps en retard pour reconnaître que la théorie économique qui sous-tend cette affirmation est basée sur de fausses hypothèses concernant la Terre, nous-mêmes et l'argent.

La pandémie mortelle de COVID-19 qui a paralysé l'ensemble de l'économie mondiale se combine désormais avec l'urgence climatique et la menace de futures pandémies pour mettre la primauté de la nature au premier plan de l'attention humaine. La pandémie démontre également notre capacité humaine à des changements rapides et spectaculaires à l'échelle mondiale lorsque les conditions l'exigent.

L'avenir de l'humanité dépend d'un changement profond guidé par une économie du XXIe siècle fondée sur trois vérités fondamentales :

  1. Le bien-être humain dépend du bien-être de la Terre vivante. Tous les êtres vivants dépendent de communautés vivantes qui s'auto-organisent pour créer, partager et régénérer en permanence les conditions essentielles à la vie. Nous sommes les enfants de la communauté de la Terre vivante qui nous a donné naissance et nous nourrit. Notre bien-être dépend de son bien-être. Elle a longtemps existé sans nous. Nous ne pouvons pas exister sans elle. Restaurer sa santé doit être une priorité économique déterminante.
  2. Les humains sont une espèce qui fait des choix et qui offre de nombreuses possibilités. La diversité historique des cultures et des institutions humaines démontre que nous sommes une espèce aux multiples possibilités. Nous pouvons, par exemple, coopérer pour nourrir. Ou rivaliser pour exploiter. Ce qui définit notre nature distinctive, c'est notre capacité à faire des choix culturels et institutionnels partagés qui, à leur tour, façonnent nos relations individuelles et collectives les uns avec les autres et avec la Terre.
  3. La volonté de faire fructifier l'argent met en péril l'avenir humain. L'argent est un nombre qui n'a de valeur que lorsque d'autres personnes ont quelque chose à vendre dont nous avons besoin ou que nous désirons. Utile comme outil, l'argent devient dangereux lorsqu'il est adopté comme objectif. Une société qui choisit d'exploiter les gens et la nature pour faire fructifier l'argent des gens qui ont déjà plus d'argent qu'il n'en faut augmente l'écart entre les riches et les pauvres, détruit la capacité de la Terre à soutenir la vie et conduit finalement à l'auto-extinction humaine.

L'avenir humain dépend des choix culturels et institutionnels qui correspondent à nos besoins en tant qu'êtres vivants – faire de la vie, et non de l'argent, notre valeur déterminante, et réaliser le potentiel de notre nature humaine et de nos aspirations démocratiques. Ces choix encadrent une vision émergente d'une nouvelle civilisation véritablement civilisée de paix, de justice, de suffisance matérielle et d'abondance spirituelle et créative pour tous.  

Le chemin vers cet avenir désirable nécessite de prendre du recul pour nous considérer à nouveau comme une espèce consciente d'elle-même et ayant la profonde responsabilité de contribuer à la guérison de la Terre des dommages causés par notre insouciance passée. S'acquitter de cette responsabilité nécessitera une profonde restructuration de nos relations humaines les uns avec les autres et avec la Terre, fondée sur la reconnaissance que notre capacité humaine de choix s'accompagne de responsabilités correspondantes pour le bien-être de l'ensemble dont dépend à son tour notre bien-être.

En mettant l'accent sur les droits de l'homme, nous avons négligé nos responsabilités humaines correspondantes. Refaire le Déclaration universelle des droits de l'homme car la Déclaration universelle des droits et des responsabilités de l'homme pourrait être une marque déterminante de notre volonté de franchir le pas vers une nouvelle civilisation pro-vie qui offre un travail adéquat, sûr et épanouissant pour tous grâce à une réorientation du but, du pouvoir et de la procréation.  

1. Rediriger l'objectif de la croissance du PIB vers la protection du bien-être des personnes et de la planète. En faisant de la croissance du PIB notre objectif humain déterminant, nous avons fait de l'argent notre valeur déterminante et créé une économie en contradiction avec notre nature en tant qu'êtres vivants qui dépendent d'une Terre vivante et possèdent une capacité hautement évoluée de choix conscient. Nous obtenons ce que nous mesurons. Nous avons maintenant de nombreuses preuves que la croissance du PIB est préjudiciable au bien-être des personnes et de la Terre. Il est temps de se concentrer plutôt sur les mesures du bien-être.

Gérer nos relations complexes les uns avec les autres et avec la Terre en utilisant le PIB comme seule mesure de performance et la croissance comme seul objectif est comme piloter un avion en utilisant uniquement un indicateur de vitesse, dans le but de maximiser la vitesse. Étant donné que la vitesse la plus rapide peut être atteinte au mieux par une descente rapide, c'est une formule pour un accident mortel.

Piloter un avion en toute sécurité nécessite un tableau de bord d'indicateurs, y compris l'altitude et la direction. Gérer une économie moderne pour répondre à nos besoins essentiels dans une relation équilibrée avec la Terre est encore plus difficile. Kate Raworth, dans son modèle Donut Economics largement acclamé, appelle à deux tableaux de bord : l'un pour le bien-être humain et l'autre pour le bien-être de la Terre. L'objectif est d'amener tous les indicateurs dans une relation saine et équilibrée, puis de maintenir une trajectoire stable.

2. Rediriger le pouvoir des sociétés à la recherche d'argent vers des communautés qui servent la vie. Le concept d'égalité inscrit dans la démocratie à une personne et à une voix visait à garantir le pouvoir du peuple. Le pouvoir ultime, cependant, réside dans le contrôle de l'accès aux moyens de vivre.

La démocratie, et l'humanité elle-même, ne peuvent survivre à une inégalité extrême dans la répartition de la propriété et du contrôle de la finance et des moyens de gagner sa vie. Les sociétés à responsabilité limitée sont des instruments juridiques permettant de concentrer un pouvoir pratiquement illimité entre les mains de particuliers cherchant à maximiser les rendements financiers personnels libérés de la responsabilité publique des conséquences de leurs décisions. En tant que telles, ce sont des institutions illégitimes et leur transformation doit être une priorité humaine clé.


La propriété doit être équitablement répartie et les propriétaires doivent être tenus responsables par la communauté d'exercer leurs droits de propriété d'une manière qui s'aligne sur leurs responsabilités en matière de propriété. La répartition équitable des droits de propriété et des responsabilités doit être inscrite à la fois dans la loi et dans la culture.

3. Rediriger la procréation de l'augmentation de la population humaine vers le lancement de vies saines, significatives et productives.

La Terre finie est la création et l'héritage communs de tous les êtres vivants. Les produits de ses systèmes de régénération doivent être partagés équitablement entre les humains et les autres espèces. Chez les humains, personne n'a droit à l'excès tandis que les autres sont privés de leurs besoins fondamentaux. Plus nous limitons notre nombre d'humains, plus les produits de la Terre sont disponibles pour que chacun puisse les partager. Si nous choisissons d'augmenter notre nombre, nous avons moins à partager et nous devons chacun être plus frugaux.

Chaque enfant doit être un enfant recherché. La conception humaine doit être un choix conscient compatible avec nos capacités et responsabilités humaines distinctives. Et chaque personne doit avoir les moyens de faire de la conception un choix conscient et éclairé.

Il faut vraiment un village pour élever un enfant humain. Ainsi, chaque personne doit être éduquée à assumer ses responsabilités envers les enfants qu'elle porte et à assumer sa responsabilité partagée envers tous les enfants de la Terre. De même, chaque personne, qu'elle choisisse ou non de concevoir un enfant, a le droit de partager la joie et le défi d'assurer le bien-être des enfants de notre espèce et de les préparer aux responsabilités de leur futur âge adulte. Personne ne devrait sentir qu'il doit avoir des enfants pour partager la joie d'élever des enfants ou pour assurer sa propre sécurité au cours de ses dernières années. Le monde a plus qu'assez d'enfants humains. Ce qui nous manque, c'est une attention adéquate aux soins et au développement de tous nos enfants pour qu'ils atteignent leur plein potentiel.

La perturbation par la pandémie de tous les aspects de la vie quotidienne normale nous pousse à prendre du recul et à examiner de plus près comment nous pouvons redéfinir le développement humain dans un cadre de bien-être. Il est grand temps de libérer le travail de l'ONU sur le développement humain et ses objectifs de développement durable de la mauvaise direction créée par l'insertion du PIB perpétuel et de la croissance du revenu personnel comme définissant les objectifs humains. Nous sommes une espèce intelligente et consciente qui est loin de notre contribution potentielle à la communauté vivante de la Terre. Que tant d'entre nous reculent maintenant à l'idée d'un retour aux affaires comme d'habitude après la pandémie est une source d'espoir. Peut-être pouvons-nous encore nous réunir pour actualiser nos possibilités de nous reconnecter à la vie avec une compréhension approfondie de nous-mêmes et de notre relation et de notre responsabilité envers la Terre, les uns envers les autres et la communauté de vie de la Terre.


Photo : David Korten

David C. Korten est un ancien membre du corps professoral de la Harvard Graduate School of Business et de la Harvard Graduate School of Public Health. Il a vécu et travaillé pendant 21 ans en tant que professionnel du développement économique en Éthiopie, en Amérique centrale, aux Philippines et en Indonésie et est fondateur et président du Living Economics Forum. Ses livres incluent When Corporations Rule the World et The Great Turning: From Empire to Earth Community.

Image de couverture : par Quinn Dombrowski on flickr.

Passer au contenu