Inscription

Épisode 5 – Prévention des crises : diplomatie scientifique et deux organisations

ISC Presents: Science in Times of Crisis a publié son cinquième et dernier épisode. Pour conclure la série, nous avons invité le président de l'ISC, Peter Gluckman, et l'ancienne directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, à discuter des réalités de la diplomatie scientifique.

ISC présente : la science en temps de crise est une série de podcasts en 5 parties explorant ce que vivre dans un monde de crise et d'instabilité géopolitique signifie pour la science et les scientifiques du monde entier.

Dans notre cinquième épisode final, nous sommes rejoints par le président de l'ISC, Sir Peter Gluckman, et Irina Bokova, femme politique bulgare et ancienne directrice générale de l'UNESCO pendant deux mandats.

Nous explorons l'importance des canaux informels et non gouvernementaux dans le maintien et la construction de collaborations scientifiques internationales, le rôle des canaux diplomatiques informels tels que la science et la culture dans la construction et le maintien de la paix, les réalités de la diplomatie scientifique dans la pratique et l'importance des scientifiques ordinaires dans favoriser la collaboration scientifique.

Transcription

Nous existons à une époque où la guerre, les troubles civils, les catastrophes et le changement climatique affectent presque tous les coins du globe et la crise est, à bien des égards, une fatalité. À cela s'ajoute la géopolitique sensible qui façonne la manière dont les décideurs politiques et les gouvernements se préparent et réagissent à ces crises.

Je m'appelle Holly Sommers et dans cette série de podcasts en 5 parties du Conseil international des sciences, nous explorerons les implications pour la science et les scientifiques d'un monde caractérisé par des crises et une instabilité géopolitique.

Après avoir discuté de l'histoire, des affrontements actuels et des crises en cours, nous nous tournons, pour notre dernier épisode, vers l'avenir.

La diplomatie traditionnelle est-elle en échec ? Des déploiements de vaccins inégaux aux faibles progrès en matière de changement climatique et aux conflits mondiaux en cours, il semble que la réponse puisse être oui. Dans notre dernier épisode, nous voulons explorer le rôle futur de la science en temps de crise, et nous nous tournons donc vers le rôle croissant des soi-disant «Track Two Organisations», telles que l'ISC. Nous explorons l'importance de ces canaux informels et non gouvernementaux dans le maintien et la construction de collaborations scientifiques internationales, le rôle des canaux diplomatiques informels tels que la science et la culture dans la construction et le maintien de la paix, les réalités de la diplomatie scientifique dans la pratique et l'importance des scientifiques ordinaires. dans la promotion de la collaboration scientifique.

Notre premier invité aujourd'hui est Sir Peter Gluckman, président du Conseil international des sciences. Peter est un scientifique biomédical de renommée internationale et dirige actuellement Koi Tū : Le Centre pour un avenir éclairé à l'Université d'Auckland. De 2009 à 2018, il a été le premier conseiller scientifique en chef du Premier ministre de la Nouvelle-Zélande et de 2012 à 2018, il a été l'envoyé scientifique du ministère néo-zélandais des affaires étrangères et du commerce. Peter a suivi une formation de pédiatre et de scientifique biomédical et a coprésidé la Commission de l'OMS pour mettre fin à l'obésité infantile. Peter a beaucoup écrit et parlé sur la science-politique, la diplomatie scientifique et les interactions science-société. En 2016, il a reçu le prix AAAS en diplomatie scientifique.

En tant que terme qui devient de plus en plus fréquemment utilisé, à la fois dans les espaces scientifiques et politiques, je voulais juste d'abord vous demander ce qu'est, selon vos propres mots, la diplomatie de la deuxième voie ?

Pierre Gluckman : Eh bien, la diplomatie de la deuxième voie est celle où les relations sont développées de manière informelle par le biais d'organisations non gouvernementales. La diplomatie Track One, c'est quand vous avez des diplomates qui interagissent avec d'autres diplomates; suivre deux diplomatie, et ils ne sont pas totalement indépendants, dont nous discuterons, c'est quand vous avez des organisations qui ne sont pas formellement des organisations gouvernementales qui interagissent au profit de la diplomatie internationale des relations multilatérales, de la réduction des tensions, etc.

Holly Sommer :  Et donc, dans ce sens, avec la piste XNUMX et les systèmes diplomatiques traditionnels, quelles sont les lacunes de celles que la diplomatie de la piste XNUMX d'organisations telles que le Conseil international des sciences peut aider à résoudre et comment le font-elles dans la pratique ?

Pierre Gluckman : Eh bien, premièrement, je pense que nous devons regarder l'histoire et souligner qu'ils ne sont pas indépendants. Ainsi, parfois la diplomatie de la voie deux découle de la diplomatie de la voie un, et parfois la diplomatie de la voie un découle de la diplomatie de la voie deux. Ainsi, un bon exemple de la diplomatie de la voie 1957 menant à la diplomatie de la voie XNUMX a été la formation de l'Institut international d'analyse des systèmes appliqués, où Kosygin et Johnson ont convenu que la science pouvait être utilisée pour réduire la tension entre les deux pays, les deux superpuissances à l'époque. , mais ils l'ont confié aux académies de Russie et des États-Unis pour déterminer comment le faire. Ils se sont donc rapidement déplacés pour attirer un développement de la deuxième voie de ce qui est maintenant une institution très importante, l'Institut international d'analyse des systèmes appliqués. D'un autre côté, la diplomatie de la voie XNUMX peut conduire à des résultats de la voie XNUMX. Et le meilleur exemple de cela a été l'Année géophysique internationale de XNUMX, lorsque le prédécesseur du Conseil scientifique international, l'ICSU, a promu la recherche internationale liée à l'Antarctique, la première fois qu'il y avait eu des activités multilatérales coordonnées dans l'Antarctique. Et cela a conduit deux ans plus tard au Traité sur l'Antarctique, que beaucoup considèrent comme le summum de la diplomatie scientifique. Donc, cela va dans les deux sens, et nous ne devrions pas les garder entièrement séparés. Au final, les scientifiques peuvent entretenir des relations, ils peuvent construire des activités, mais quand cela implique plusieurs pays, les diplomates finissent par s'impliquer plus souvent qu'autrement.

Holly Sommer : Sur le plan personnel, vous étiez l'ancien conseiller scientifique du premier ministre néo-zélandais. Vous avez donc vraiment expérimenté comment la diplomatie scientifique fonctionne de près et personnellement. Je me demandais simplement quels étaient, selon vous, les plus grands défis pendant cette période en tant que conseiller scientifique, en particulier à ce lien entre science et politique ?

Pierre Gluckman : Eh bien, je pense qu'en fin de compte, les scientifiques doivent comprendre que la politique est élaborée sur la base de beaucoup de choses en plus des preuves. Et si vous comprenez cela et acceptez que dans de nombreuses situations, d'autres considérations auront la priorité ; mais votre travail consiste à vous assurer que l'exécutif du gouvernement comprend les implications, leurs options. Et de même, si vous pensez à la science et à la diplomatie, l'un des jugements de valeur pour un pays est son intérêt national. Et par conséquent, il faut travailler pour montrer qu'il est dans leur propre intérêt national de travailler sur les questions de l'indivis mondial. Et parfois cela fonctionne bien, comme ce fut le cas dans le cas du Protocole de Montréal sur l'ozone il y a quelques années. Mais d'autres fois, cela n'a pas si bien fonctionné, comme nous l'avons vu au début de la pandémie de COVID, à la fois en termes de gestion des phases aiguës d'une pandémie, et en particulier de distribution de vaccins, etc. Il y a également des problèmes que nous voyons en ce moment, des problèmes d'exploitation minière des fonds marins, des problèmes de droit de la mer, où les pays ne travaillent pas bien ensemble. De toute évidence, le conflit en Ukraine est une autre situation où les systèmes fondés sur des règles, que ce système multilatéral a développés à un moment très différent après la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il n'y avait en fait qu'une seule superpuissance, se sont maintenant transformés en une situation plutôt difficile, parce qu'il est un monde multipolaire où l'accord conclu dans les années 1940 n'est plus considéré par toutes les parties comme signifiant la même chose.

Holly Sommer : Nous parlons, bien sûr, de systèmes, d'organisations, d'institutions assez vastes ici. Mais je voulais juste vous demander quel est, selon vous, le rôle des scientifiques ordinaires, des chercheurs, des universitaires, pour aider à construire des ponts pour favoriser la collaboration et, dans un sens, contribuer et faire partie d'une diplomatie de la deuxième voie ?

Pierre Gluckman : Ce sont les personnes clés. Je veux dire, la science est motivée par les efforts de millions de scientifiques à travers le monde, des spécialistes des sciences sociales et naturelles, ils travaillent au sein de leurs communautés locales, ils travaillent au sein de leurs sociétés, ils travaillent au sein de leurs espaces politiques. Et tous les scientifiques ne sont pas de grands communicateurs, mais tant qu'ils agissent de manière fiable et dans leur propre pays en tant que communicateurs scientifiques efficaces, vous voyez le mouvement ascendant, qui est essentiel. Je veux dire, nous ne ferions pas les progrès, si nous pouvons appeler cela des progrès, sur le changement climatique que nous faisons maintenant, s'il n'y avait pas eu d'activisme communautaire dans de nombreux pays. Donc, je pense que les scientifiques ont joué un rôle majeur là-bas, mais leur rôle premier et avant tout est d'être des vecteurs de connaissances de confiance pour leurs citoyens, leur société et leurs décideurs. Et je pense que c'est une des choses dont l'ISC est particulièrement conscient, que, vous savez, la science doit continuer à regarder la responsabilité des scientifiques eux-mêmes, qui sont dans une position particulièrement privilégiée à un niveau, et dans un position difficile à un autre niveau. Les conseillers scientifiques ont le rôle le plus délicat de tous parce que les conseillers scientifiques formels doivent avoir la confiance de différentes parties prenantes, la confiance du gouvernement, la confiance des décideurs politiques qui ne sont pas des élus, la confiance de la communauté scientifique, car tout compte fait, tout ce qu'ils font est un intermédiaire entre la communauté scientifique et la communauté politique et la confiance du public. C'est une position très difficile. Nous avons parlé de diplomatie scientifique dans ce podcast, être conseiller scientifique est une compétence différente, c'est une compétence diplomatique. Il entretient des relations avec ces quatre circonscriptions et maintient la confiance de toutes ces circonscriptions.

Holly Sommer : Peter, pensez-vous que la diplomatie scientifique a traditionnellement été instrumentalisée comme un réaction à événements, plutôt que comme un prévention d'entre eux, et comment s'assurer qu'il est de nature préventive ?

Pierre Gluckman : Eh bien, je pense que certains des succès ont été préventifs. Le traité sur l'Antarctique, le protocole sur l'ozone, ce sont de bons exemples qui font de la prévention. Je pense que le GIEC a commencé avec la communauté scientifique exigeant que la communauté multilatérale réagisse. Maintenant, nous sommes dans un monde très différent, un monde très interconnecté, un monde très fracturé, nous sommes au-delà de cette période des années 90 où nous étions connectés et non fracturés. Et nous sommes dans une période très tendue, probablement pour les deux prochaines décennies, compte tenu de ce qui se passe là-bas. Mais je pense qu'en général, la science peut continuer à être proactive. Nous avons parlé de la grande échelle, une grande partie de ce qui est fait est faite à une échelle beaucoup plus petite. Je veux dire, il y a des problèmes énormes. Un exemple classique de difficulté serait le bassin amazonien, où nous comprenons tous l'importance cruciale de la forêt tropicale pour la santé mondiale. Mais nous n'avons pas travaillé au sein de la politique intérieure du Brésil, ou d'autres pays tropicaux, sur la façon dont ils prennent des décisions dans l'intérêt mondial. Et c'est le genre de questions où la science, au-delà des sciences techniques, de la science politique, de l'économie, des sciences sociales, doit être davantage impliquée. Et encore une fois, c'est quelque chose où – par le fait que l'ISC a fusionné les sciences sociales et naturelles en une seule organisation – permet un discours différent. Lorsque vous regardez de nombreux problèmes dans le monde, la sécurité alimentaire, nous avons toute la technologie pour produire suffisamment de nourriture pour nourrir la population mondiale, nous avons un ensemble d'incitations et de problèmes qui empêchent la nourriture d'être distribuée de manière adéquate. Donc, nous investissons beaucoup d'argent dans la science alimentaire, investissons-nous suffisamment d'argent dans la science des systèmes alimentaires, pour réellement mettre fin à l'insécurité qui règne autour de la nourriture ? Par exemple, la majeure partie de notre science du climat a été consacrée aux aspects physiques de la science du climat. Combien d'argent a été dépensé et investi pour comprendre comment changer la compréhension de la communauté ? Comment changez-vous la compréhension des politiques ? Comment changez-vous la communication des risques ? Comme je l'évoquais à la COP26, ce sont là les vrais enjeux de la science du climat. Maintenant que nous savons que le monde va bouillir, ce que nous devons faire, c'est comprendre comment nous obtenons les structures politiques et sociétales qui ont empêché que cela se produise.

L'ISC a été créé en réunissant les organisations de sciences sociales et les organisations de sciences naturelles, avec la reconnaissance que la communauté scientifique avait besoin de trouver sa voix mondiale, et vous ne pouvez pas avoir une voix mondiale pour et de la science à moins d'avoir des gens qui envie d'écouter cette voix.

Après avoir entendu parler de l'importance des organisations de la deuxième voie telles que l'ISC, nous nous tournons maintenant vers une discussion plus approfondie sur la culture et le patrimoine, les systèmes de connaissances et le rôle des femmes dans la sphère diplomatique.

Notre deuxième invitée aujourd'hui est Irina Bokova. Irina est une femme politique bulgare et ancienne directrice générale de l'UNESCO pendant deux mandats. Au cours de sa carrière politique et diplomatique en Bulgarie, elle a exercé deux mandats en tant que membre du Parlement national, ainsi que vice-ministre puis ministre des Affaires étrangères. Elle a également été ambassadrice de Bulgarie en France et à Monaco, et déléguée permanente de la Bulgarie auprès de l'UNESCO. Irina est une Mécène de l'ISC et co-président du Commission mondiale des missions scientifiques pour la durabilité.

Holly Sommer : Irina, vous avez eu une carrière qui s'est étendue au parlement, à la société civile, aux affaires étrangères et à une agence des Nations Unies. Pourriez-vous me dire quels sont, selon vous, vos dénominateurs communs personnels dans l'ensemble de ces rôles ? Qu'est-ce qui vous a attiré vers eux ?

Irina Bokova : Merci d'avoir posé cette question. J'ai beaucoup réfléchi ces derniers temps à ce qui se passe actuellement dans le monde. Quels sont les défis ? Il y a eu un énorme changement dans les dernières, je dirais 20-30 ans particulièrement pour moi, après la chute du mur de Berlin. Et d'un côté, nous voyons qu'il y a des défis communs, il y a la science, la technologie, le développement, il y a une énorme amélioration de la vie humaine, partout où nous pouvons voir. Et en même temps, nous voyons une fragmentation du monde, nous voyons venir des risques que nous n'avons pas vus au cours de la dernière décennie, sinon plus que cela. On assiste à des conflits, on assiste à nouveau à un manque de croyance dans la science, à des informations qui circulent, et pour moi ce qui est très important c'est de se comprendre, c'est la diversité, c'est le dialogue interculturel, c'est à nouveau croire en notre destin commun. Et je crois, pour moi être un peu dans la politique bulgare, puis aux Nations Unies, être diplomate avant tout, parce que je suis diplomate, et je suis très attaché à la diplomatie. Je crois que cette approche de la mise en commun de nos espaces communs, de nos défis communs et de la nécessité de trouver des solutions communes est ce qui m'anime et m'anime au cours de ma carrière professionnelle.

Holly Sommer : En tant qu'ancien directeur général de l'UNESCO, et maintenant également enseignant d'un cours sur la diplomatie culturelle ici à Paris, le patrimoine et la culture sont évidemment des sujets qui vous tiennent à cœur. Je me demandais si vous pouviez nous expliquer l'importance de ces courants diplomatiques tels que la diplomatie culturelle et scientifique, pour aborder des questions auxquelles les moyens diplomatiques plus formels ne parviennent peut-être pas à faire face.

Irina Bokova : En effet, les thèmes de la protection du patrimoine culturel, de la diversité, me tiennent beaucoup à cœur, et nous venons de célébrer, littéralement il y a quelques jours, le 50e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial sur le patrimoine culturel et naturel. Et quand nous regardons l'histoire de cette convention, nous pouvons voir que c'est probablement l'idée la plus transformatrice, la plus visionnaire du siècle dernier, que quelque chose qui appartient à une autre culture, à une autre religion, à un autre groupe, à un période de l'histoire humaine, peut avoir une valeur universelle exceptionnelle, exceptionnelle et universelle. Et c'est pourquoi lorsqu'un patrimoine quelque part dans une autre partie du monde est détruit, nous nous sentons tous en quelque sorte diminués. Et si vous regardez la liste du patrimoine mondial aujourd'hui, qui compte plus d'un millier de sites, c'est vraiment un livre ouvert sur la diversité. Maintenant, quand on parle bien sûr de l'autre côté, la diplomatie, le fait d'inclure dans cette liste des sites de toutes cultures différentes est une façon de se connaître. C'est échanger nos connaissances. C'est se rapprocher des valeurs de l'autre et c'est un dialogue interculturel, et au bout du compte, quand on parle de patrimoine commun, c'est aussi apporter la paix. Il s'agit de plus de compréhension. Et en fin de compte, je pense que c'est reconnaître que nous sommes une humanité commune.

Holly Sommer : Et vous avez occupé de nombreux postes de haut niveau, tant au niveau national qu'international, et vous avez fait l'expérience du fonctionnement pratique de la diplomatie de la deuxième voie. Je me demandais si vous pouviez nous dire un peu comment votre expérience politique au niveau national s'est traduite dans la sphère internationale ?

Irina Bokova : C'est une question très intéressante, car je fais partie de cette génération d'Europe de l'Est qui a eu la chance historique, je dirais, de faire partie de la réconciliation sur le continent européen. Au niveau national, j'ai également eu le très grand privilège de faire partie de la première équipe de diplomates bulgares qui a entamé les négociations pour l'adhésion de la Bulgarie à l'Union européenne. Et la devise de l'Union européenne, unie dans la diversité, m'a beaucoup marqué au cours de mon travail. Et si vous me permettez sur le plan personnel, ma mère, qui m'a beaucoup marqué aussi dans mes vues, était une scientifique, une radiologue, et elle était passionnée par la connaissance. Elle était passionnée par la façon dont vous faites des découvertes et la façon dont la connaissance peut apporter plus de bien-être et plus de progrès dans une société. Et, pour moi, avoir cette approche d'une ouverture d'esprit vers le monde, et aussi venir d'un pays qui est assez multiculturel, être au carrefour de différentes cultures avec, je dirais, une longue histoire de strates de civilisation là-bas, m'a impacté beaucoup quand je travaillais déjà comme diplomate aux Nations Unies et plus tard, bien sûr, à l'UNESCO.

Holly Sommer : L'article 27 de la Déclaration universelle des droits de l'homme stipule que toute personne a le droit de participer librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et à ses bienfaits. Bien qu'il s'agisse d'un idéal dans la pratique, la réalité est que, surtout en période de conflit et de crise, cela n'est pas toujours réalisable. Et je me demandais dans quelle mesure pensez-vous que la science organisée et la communauté scientifique promeuvent actuellement l'article 27 et peuvent-elles faire plus ?

Irina Bokova : J'ai toujours pensé que le rôle et je dirais la responsabilité, également des scientifiques, est immense. Bien sûr, ils sont très concentrés sur leurs propres découvertes et leur propre travail. Mais nous savons par l'histoire que les scientifiques ont adopté des positions audacieuses et se tiennent à des moments critiques de l'histoire humaine récente. Permettez-moi de mentionner la conférence Pugwash sur la science et les affaires mondiales qui a été créée une fois de plus dans les années 50 à une époque très critique. Mais permettez-moi de dire qu'aujourd'hui, les scientifiques devraient effectivement être plus vocaux à mon avis, ils devraient être plus insistants, ils devraient donner beaucoup plus d'idées. Et je crois que ce qui me donne de l'espoir aujourd'hui, c'est que le Conseil international des sciences, créé il y a quelques années à peine par la fusion des deux grandes communautés scientifiques des sciences naturelles, des sciences exactes et des sciences sociales, promeut aujourd'hui effectivement cette vision de la science comme apportant les bonnes solutions aux besoins pressants du monde. Je pense que c'est un processus où nous voyons beaucoup plus de science faire partie de la conversation mondiale sur les connaissances communes que nous voulons établir. Je me souviens juste lorsque nous travaillions sur l'agenda 2015 et que l'ancien Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon, a créé avec lui le Conseil consultatif scientifique qui était guidé et coordonné par l'UNESCO. C'était un merveilleux exemple de la façon dont la science et la communauté scientifique peuvent non seulement promouvoir cet article 27, mais donner et participer de manière très directe à la recherche de solutions aux problèmes urgents. Et j'espère qu'il sera relancé de nos jours parce que le secrétaire général, l'actuel, Antonio Guterres, a mis dans son rapport de l'année dernière, Notre agenda commun, l'idée une fois de plus, en insistant fortement sur le rôle de la science et de la communauté scientifique.

Holly Sommer : Et juste pour aller un peu plus loin Irina, diriez-vous qu'à certains égards, la diplomatie traditionnelle est quelque peu défaillante ? Des déploiements inégaux de vaccins pendant le COVID-19 aux faibles progrès en matière de changement climatique et aux conflits mondiaux en cours, il semble que la réponse puisse être oui.

Irina Bokova : Eh bien, je dirai avec beaucoup de regret que la réponse est oui. Je pense que la diplomatie traditionnelle classique échoue en effet parce qu'elle n'a pas pu saisir la profondeur des défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui, les risques sans précédent, que ce soit avec le COVID-19 ou les vaccins, que ce soit aussi avec le changement climatique. Et je dirais que la conférence COP qui vient de s'achever à Sharm el Sheikh est assez décevante. Et je dirais que déjà beaucoup de commentaires pour savoir si ce processus est effectivement crédible, du point de vue d'atteindre les bons exemples. En même temps, c'est pourquoi je pense que nous avons besoin de beaucoup plus de diplomatie scientifique, nous avons besoin de beaucoup plus d'implication de la communauté scientifique au sens large. Et quand je dis communauté scientifique, je veux dire toutes les sciences. Je pense qu'il est très important ici de mentionner que lorsque nous parlons de diplomatie scientifique et de la contribution de la science, nous ne parlons pas seulement des sciences naturelles ou des sciences fondamentales ou de leur contribution, qui est essentielle, bien sûr, mais nous re parler de toutes les sciences. On parle des sciences sociales, on parle de l'impact sociétal de ce qui se passe dans le monde.

Holly Sommer : Je voulais juste passer maintenant à une note peut-être plus personnelle, en tant que première femme et première Europe de l'Est à diriger l'UNESCO, vous avez eu un impact énorme sur de nombreuses femmes qui essaient ou rêvent d'être dans une situation similaire postes de niveau. Lorsqu'il s'agit de faire face à nos inévitables futures crises mondiales, comment pouvons-nous garantir que les femmes aient un rôle central dans les discussions et la prise de décision, en particulier au sein de l'espace multilatéral ?

Irina Bokova : C'est une autre question qui non seulement me tient à cœur, mais qui me préoccupe beaucoup, non seulement pour moi, mais pour de nombreuses femmes dirigeantes qui ont occupé des postes élevés aux Nations Unies. Je regardais justement ce matin une des photos de la conférence COP27 en Egypte et encore une fois, j'y voyais à peine des visages de femmes. Et nous savons que le climat affecte beaucoup plus les femmes que les hommes dans de très nombreuses circonstances à travers le monde. Mais les femmes ne faisaient pas partie du débat et peut-être de la prise de décision. Et c'est vraiment une bien triste réalité. Je crois qu'il est nécessaire d'examiner tous les différents aspects de notre vie aujourd'hui à travers le prisme des femmes, d'y mettre l'optique et de voir ce que nous pouvons faire pour d'un côté résoudre ces problèmes du point de vue des femmes, mais d'un autre d'autre part que les femmes fassent aussi partie de la solution, que ce soit en matière de santé, que ce soit pour surmonter les conséquences de la pandémie. Nous savons que malheureusement, maintenant, à cause de ces conséquences, il y a un grand recul sur de nombreux objectifs de développement durable. Et surtout, je dirais, sur l'objectif numéro cinq, sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Et si nous n'y mettons pas un accent très fort, je pense que nous allons rater une occasion importante d'atteindre notre objectif d'inclusion et d'équité dans la société. Et j'ai toujours pensé qu'il ne fallait pas considérer cela comme un jeu à somme nulle. Les femmes gagnent et les hommes perdent. Nous devons vraiment le considérer comme un gagnant-gagnant. Parce qu'en fin de compte, ce n'est pas seulement l'agenda des femmes, c'est un agenda sociétal. Et il existe de nombreuses preuves de ce que nous gagnerons tous, toute la société gagnera, les familles, les communautés, si les femmes sont là à la table, et aussi avec le bon objectif. Mais comme toutes les femmes, nous devons presque tout le temps surmonter certains doutes quant à notre capacité à y arriver. Nous devons travailler, je crois, davantage afin de prouver que nous pouvons le faire. Et ce qui est important, de mon point de vue, c'est aussi de soutenir d'autres femmes dans des lieux où elles peuvent montrer que nous, les femmes, pouvons le faire. Mon ambition, et je l'ai réalisée dans l'organisation, était de nommer des femmes, des femmes compétentes, des femmes d'expérience, des femmes de vision, des femmes de savoir, à des postes importants dans l'organisation pour y créer cette masse critique de femmes. J'ai nommé, pour la première fois, un directeur général adjoint pour les sciences naturelles. J'ai nommé, pour la première fois, une femme directrice du Centre du patrimoine mondial. J'ai nommé, pour la première fois, une femme à la tête de notre programme géologique, qui est là, je dirais, un monde très masculin. Et je pense que c'est ainsi que cela devrait être pour nous de montrer que nous pouvons faire le travail comme les hommes peuvent le faire.

Holly Sommer : Le préambule de l'Acte constitutif de l'UNESCO stipule que « puisque les guerres prennent naissance dans l'esprit des hommes et des femmes, c'est dans l'esprit des hommes et des femmes que doivent être élevées les défenses de la paix ». Les scientifiques et les organisations productrices de recherche sont souvent délibérément ciblés en temps de crise. Et il est certain que les produits de la science et de la technologie sont essentiels à la guerre et à la paix. Comment faire en sorte que la science soit au cœur de la construction de ces défenses de la paix ?

Irina Bokova : L'Acte constitutif de l'UNESCO est en effet l'un des documents les plus inspirants, je dirais poétiques, du système des Nations Unies. Nous savons bien sûr qu'une grande partie du langage, les dispositions ont été littéralement transposées dans la Déclaration universelle des droits de l'homme. Et beaucoup disent que c'est trop idéaliste. Mais je pense que nous avons besoin de ce type d'ambition, nous avons besoin de ce type de valeurs élevées que nous voulons mettre. Et c'est là qu'intervient l'Acte constitutif de l'UNESCO, l'idée principale qu'on ne peut pas construire la paix uniquement par des moyens militaires, politiques, mais aussi en apportant, si vous me permettez de citer un autre paragraphe de l'Acte constitutif de l'UNESCO, à travers la solidarité intellectuelle, la solidarité intellectuelle et morale solidarité de l'humanité. L'UNESCO fait encore beaucoup dans cette entreprise, et le fait qu'elle ait créé les plates-formes pour non seulement un échange scientifique, mais je dirais un échange plus interculturel, avec plus d'échanges entre pays autour de questions communes, je parle de la biosphère programme de réserve, qui est aujourd'hui l'une des plus importantes plateformes mondiales d'aires protégées. Et nous connaissons l'importance de ces aires protégées pour le climat, pour la protection de la biodiversité et certaines des autres solutions. Et il a établi, bien sûr, le seul programme intergouvernemental de recherche, un programme hydrologique, sur ce qu'est la sécurité. Et c'est aussi le moyen de construire la paix, d'engager conjointement les gouvernements à créer un espace commun pour aller au-delà de l'intérêt national et trouver l'intérêt commun de l'humanité. Et je pense qu'il est très important d'aller plus loin si nous voulons ramener la paix dans le monde.

Holly Sommer : À la fin de notre conversation, j'ai demandé à nos deux invités de laisser un commentaire d'adieu sur le rôle futur de la science par rapport aux nombreuses crises et défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui.

Pierre Gluckman : Je ne veux pas revendiquer une position technocratique pour la science, je pense que c'est une déclaration dangereuse à soutenir. Les décisions seront toujours prises sur la base des valeurs d'abord et avant tout. Les sociétés ont des valeurs, les systèmes politiques ont des valeurs, ce que la science peut faire, c'est s'assurer que ceux qui sont en mesure de prendre des décisions, qu'ils soient des communautés et des citoyens individuels, ou qu'ils soient des décideurs politiques et des diplomates, comprennent quels sont les choix , quelles en sont les implications, car tous ces systèmes complexes sont des interactions de boucles de rétroaction. Et donc la science, en n'étant pas trop arrogante et en ne faisant pas preuve d'orgueil, sera bien plus écoutée que si nous prétendons avoir toutes les réponses. Et je pense que c'est la leçon des 20 dernières années, comprendre que la science entre dans des systèmes qui sont largement déterminés par des valeurs, et sur cette base, nous pouvons être beaucoup plus efficaces que de prétendre que nous connaissons toutes les réponses.

Irina Bokova : Je pense que la science est le plus grand effort collectif aujourd'hui. Ce qui me donne de l'espoir, c'est qu'il existe déjà une meilleure connaissance de la transversalité de ce dont nous avons besoin, que les sciences pourraient travailler ensemble. Parce que nous savons déjà par l'histoire humaine que l'impact sociétal de la science est énorme et qu'il a occupé les esprits de Pythagore aux sages de Chine ou d'Inde, en passant par les érudits arabes. Maintenant, nous sommes mieux équipés pour comprendre. Et aussi parce que la science, la technologie et l'innovation sont reconnues comme l'un des moyens de poursuivre un développement plus équitable et durable. Ce que j'aimerais voir davantage et ce sur quoi je pense que nous nous concentrons de plus en plus, c'est d'examiner l'aspect éthique, d'examiner la science, l'éthique et la technologie. Je pense que c'est l'un des plus grands défis de l'avancement de l'intelligence artificielle, non pas pour enraciner certains des préjugés qui existent là-bas, mais pour regarder vraiment, d'une manière très équitable et démocratique, et pour élaborer et mettre fortement l'accent sur science et éthique. Encore une fois, il a été là, mais nous avons vraiment besoin d'avoir un nouveau regard sur ces questions.

Cela nous amène non seulement à la fin de cet épisode, mais à la fin de notre série. Merci beaucoup d'avoir écouté la série de podcasts Science in Times of Crisis du Conseil international des sciences. Nous espérons que le partage de ces conversations aide à comprendre l'impact général que les crises peuvent avoir sur la science organisée, les systèmes scientifiques et les scientifiques individuels, ainsi que le rôle que tous ces éléments peuvent jouer pour aider à surmonter les crises.

 — Les opinions, conclusions et recommandations de ce podcast sont celles des invités eux-mêmes et pas nécessairement celles du Conseil international des sciences —

En savoir plus sur les travaux de l'ISC sur la liberté et la responsabilité dans la science

Libertés et responsabilités en science

Le droit de partager et de bénéficier des progrès de la science et de la technologie est inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, tout comme le droit de s'engager dans une enquête scientifique, de poursuivre et de communiquer des connaissances et de s'associer librement à de telles activités.

Passer au contenu