Inscription

Note d'orientation / note consultative

Note consultative sur les partenariats universités-industrie (2012)

En novembre 2011, plus de 50 dirigeants universitaires et chefs d'entreprise se sont réunis pendant 4 jours à la Fondation Sigtuna, près de Stockholm, en Suède. Ils représentaient un large éventail de disciplines, d'industries et de pays dans le but commun de promouvoir des partenariats efficaces entre les universités et l'industrie pour le plus grand bénéfice de la société.

Note consultative

Les participants ont été encouragés à penser de manière créative et à échanger ouvertement des idées qui ne seraient pas attribuées individuellement. Il a été reconnu d'emblée qu'il existe des domaines dans lesquels les partenariats entre les universités et l'industrie fonctionnent déjà bien – et desquels des leçons peuvent être tirées – mais qu'il existe de nombreux autres domaines dans lesquels les relations doivent être améliorées. L'accent a été mis sur ce dernier, dans le contexte plus large des grands défis pour la durabilité mondiale. La discussion était diversifiée et riche et, venant comme elle l'a fait au milieu d'une crise économique mondiale, il y avait un fort sentiment que le statu quo est inacceptable et que la nécessité de développer une relation plus forte et plus productive entre les universités et l'industrie de plus en plus urgente .

La réunion de Sigtuna a été organisée par le Comité pour la liberté et la responsabilité dans la conduite de la science (CFRS), qui est un comité politique du Conseil international pour la science, en partenariat avec l'Académie royale suédoise des sciences et l'Académie royale suédoise d'ingénierie. Un rapport de la réunion est disponible sur le site Web de l'ICSU. La brève déclaration qui suit est un résumé de certaines des contributions et conclusions les plus importantes. Bien que les questions mises en évidence dans cette note d'avis reflètent un consensus parmi les personnes qui ont assisté à la réunion, CFRS est seul responsable de son contenu.

Relations université-industrie dans un contexte sociétal

Les universités et l'industrie sont toutes deux intégrées et dépendantes du contexte plus large de la société. Les objectifs, les incitations et les défis des partenariats entre les universités et l'industrie ne peuvent être correctement considérés qu'à la lumière des besoins et des désirs de la société dans son ensemble. Dans le même temps, il est important de reconnaître que les conditions de réalisation de tels partenariats peuvent être très différentes d'un pays à l'autre et que les divers domaines scientifiques dépendent de divers facteurs, notamment économiques, culturels, historiques et éducatifs.

Les rôles traditionnels des universités et de l'industrie dans l'éducation, la formation, la génération de connaissances, l'innovation et la production pour le marché sont au moins aussi importants au 21e siècle qu'ils l'étaient auparavant. Le renforcement de ces rôles grâce à des partenariats efficaces est un objectif louable et important. Dans le même temps, il est urgent de s'attaquer aux grands défis mondiaux qui menacent l'avenir des sociétés et de la planète dans son ensemble. Il est nécessaire que les universités et l'industrie, en collaboration avec d'autres secteurs de la société, développent des solutions pour la fourniture de la sécurité alimentaire, hydrique et énergétique, ainsi que la réduction de la pauvreté et l'équité en santé. De nouveaux partenariats stratégiques entre la science du secteur public et les entreprises du secteur privé sont nécessaires pour relever ces défis, dans le nouveau paradigme de la croissance verte.

Dans le même temps, les efforts requis pour produire des partenariats efficaces entre les universités et l'industrie, qui répondent aux besoins sociétaux les plus urgents, ne doivent pas être sous-estimés. De nombreux programmes différents visant à promouvoir l'interaction entre les universités et l'industrie ont été essayés avec plus ou moins de succès. Dans certains cas, ils ont bien fonctionné, dans d'autres, ils ont eu moins de succès. Il n'existe pas de modèle simple qui puisse être appliqué à toutes les situations dans tous les pays. Néanmoins, il existe un certain nombre de facteurs communs qui, s'ils sont correctement pris en compte et traités, peuvent aider à éviter les malentendus et les pièges.

Construire une compréhension mutuelle

Tout partenariat efficace repose sur la compréhension et le respect des intérêts communs et divergents. Quelles sont les motivations et les incitations des acteurs académiques et commerciaux, respectivement ? Quelles sont leurs attentes et où est-il probable qu'il y ait un avantage mutuel ?

Du point de vue du monde universitaire, les partenariats avec l'industrie présentent un certain nombre d'attraits évidents, notamment :

  • Veiller à ce que les connaissances se traduisent par des produits et des avantages pour la société dans son ensemble ;
  • Identifier les problèmes et les idées pour développer des programmes de recherche intéressants et finançables ;
  • Donner accès aux ressources, tant financières que technologiques;
    Donner de la légitimité à la recherche universitaire et au soutien associé des décideurs politiques et de la société.

Et vu de l'autre côté, le milieu universitaire est apprécié par l'industrie pour :

  • Former des personnes compétentes et compétentes ;
  • Mener des recherches indépendantes à long terme et des biens publics librement accessibles ;
  • Produire des idées nouvelles et intéressantes qui peuvent être exploitées ;
  • Développer des connaissances de pointe pour résoudre des problèmes spécifiques;
  • Avoir une perspective globale intégrée ;
  • Être un acteur de confiance au service de la société dans son ensemble.

Il s'ensuit logiquement que les partenariats, qui sont conçus pour exploiter et/ou renforcer ces caractéristiques, ont beaucoup plus de chances de réussir que ceux qui les ignorent ou les menacent.

Principes et étapes clés pour des partenariats efficaces

Reconnaissant qu'il existe des valeurs et des pratiques communes différentes entre les universités et l'industrie, le Principe d'universalité (liberté et responsabilité) de la science fournit un large cadre normatif dans lequel les partenariats entre les universités et l'industrie peuvent être envisagés :

Le principe d'universalité (liberté et responsabilité) de la science : la pratique libre et responsable de la science est fondamentale pour le progrès scientifique et le bien-être humain et environnemental. Une telle pratique, sous tous ses aspects, requiert la liberté de mouvement, d'association, d'expression et de communication pour les scientifiques, ainsi qu'un accès équitable aux données, informations et autres ressources pour la recherche. Il exige la responsabilité à tous les niveaux d'effectuer et de communiquer le travail scientifique avec intégrité, respect, équité, fiabilité et transparence, en reconnaissant ses avantages et ses inconvénients possibles.

En combinant la prise en compte du principe d'universalité, avec les différentes perspectives et expériences des universités et de l'industrie, on peut extrapoler cinq principes ou problèmes clés qui doivent être pris en compte dans l'établissement de partenariats efficaces pour relever les défis sociétaux mondiaux :

  1. Les deux partenaires ont l'obligation de promouvoir des relations fondées sur la compréhension et la confiance mutuelles et fonctionnant selon les principes fondamentaux de transparence et de responsabilité ;
  2. Les partenaires universitaires doivent respecter les droits commerciaux et le rôle de l'industrie, tandis que les partenaires industriels doivent respecter l'obligation des universités de communiquer ouvertement et de publier en temps opportun. À cet égard, les dispositions juridiques concernant la propriété intellectuelle, le droit d'auteur et la paternité devraient être abordées dès le début ;
  3. Au-delà de tout intérêt commercial ou académique, les deux partenaires ont la responsabilité de s'assurer que les questions d'importance pour la société, qu'elles soient bénéfiques ou nuisibles, soient communiquées ouvertement et honnêtement en temps opportun ;
  4. Les universités et l'industrie devraient assumer leurs responsabilités sociales et intégrer les préoccupations sociales, environnementales, éthiques, des droits de l'homme et des consommateurs dans leurs opérations conjointes ;
  5. Des opportunités doivent être recherchées dans le cadre des collaborations pour développer un dialogue actif avec d'autres acteurs sociaux, y compris ceux qui pourraient avoir de véritables préoccupations au sujet de la science entreprise. Un tel dialogue peut ajouter de la vitalité et de la valeur à toutes les étapes de la chaîne d'innovation.

Il est essentiel d'aborder ces questions pour parvenir à des partenariats significatifs et productifs qui répondent aux défis mondiaux de la durabilité. Ils constituent un bon point de départ pour établir de nouvelles relations entre les universités et l'industrie.


Cette Note Consultative relève de la responsabilité du CFRS et ne reflète pas nécessairement les points de vue des organisations membres individuelles du CIUS.


Passer au contenu