Inscription

Note d'orientation / note consultative

Note consultative sur les biais dans l'édition scientifique

Le fondement de la science est la preuve publiée. Alors que les chercheurs, les éditeurs et les pairs évaluateurs doivent tous exercer un jugement prudent pour déterminer ce qui est publié, pour maintenir l'intégrité de la littérature scientifique, les biais doivent être consciencieusement évités, ou, au moins, reconnus et reconnus. À cette fin, les chercheurs ont la responsabilité de s'efforcer d'être objectifs lorsqu'ils recueillent et interprètent des données et soumettent des articles à des revues. De même, les rédacteurs en chef et les éditeurs ont la responsabilité d'éviter les préjugés injustifiés dans la sélection des articles à publier, et les réviseurs doivent rester désintéressés.

Note consultative

Des biais inappropriés peuvent entrer dans la littérature lorsque des facteurs autres que la qualité et le contenu scientifique influencent le choix d'un chercheur de ce qu'il doit soumettre pour publication, ou la décision d'une revue de publier ou non un article.

Quels facteurs contribuent au biais dans les publications scientifiques ?

Biais des chercheurs

Parce qu'il est impossible de publier toutes les informations nouvelles et que tous les résultats ne sont pas intéressants, les chercheurs doivent sélectionner les données qu'ils interprètent et les résultats qu'ils soumettent pour publication, ainsi que la revue à laquelle ils les envoient. Cela nécessite nécessairement de porter des jugements subjectifs.

Un biais inacceptable survient lorsque les auteurs ignorent des données qui ne correspondent pas à un point de vue particulier (par exemple, des cas d'effets secondaires de médicaments), ne soumettent que des résultats positifs ou n'incluent que des résultats qui concordent avec les opinions d'un éditeur ou d'un éditeur.

Les chercheurs peuvent déterminer qui inscrire comme auteur sur leurs publications dans le but d'influencer les décisions des éditeurs ou des réviseurs. Par exemple, les « auteurs honoraires », qui n'ont pas apporté une contribution significative à une publication, pourraient être ajoutés. Alternativement, les «auteurs fantômes», qui pourraient prétendre à la paternité, pourraient voir leur nom omis pour masquer les conflits d'intérêts potentiels.

Biais des éditeurs et des examinateurs

La décision d'une revue d'envoyer ou non un article pour examen et/ou de le publier peut également être sujette à des préjugés. Les rédacteurs doivent décider de ce qui convient à la portée de leur revue et de ce qui intéressera leurs lecteurs, ce qui empêche une totale objectivité. Étant donné que les résultats positifs sont plus susceptibles d'être soumis pour publication et sont plus susceptibles d'être acceptés, un biais en faveur de résultats positifs mais parfois erronés est inévitable.

Un biais inacceptable se produit lorsque la décision d'envoyer un article pour examen, ou la décision de l'accepter, est influencée par des facteurs autres que le contenu scientifique de l'article ou son adéquation avec la portée de la revue. Par exemple, les réviseurs, les rédacteurs et les éditeurs peuvent avoir des préjugés pour ou contre les articles d'un pays, d'une institution ou de l'affiliation, de la langue ou du sexe des auteurs.

Au cours du processus d'examen, les examinateurs peuvent exercer un parti pris non seulement dans la décision de recommander l'acceptation ou le rejet d'un article, mais ils peuvent également retarder sa publication. Ils peuvent rejeter ou retarder l'acceptation d'articles qui ne correspondent pas à leurs propres croyances, ou ils pourraient être plus susceptibles d'accepter, ou de ne pas juger de manière critique, un article qui appuie l'une de leurs conclusions précédentes, ou qui les cite abondamment.

Étant donné que certaines revues rejettent la plupart des articles soumis sans examen indépendant, les rédacteurs en chef peuvent être biaisés dans le choix des articles à envoyer aux examinateurs. Des preuves anecdotiques suggèrent que, dans certains cas, les éditeurs sont plus susceptibles d'envoyer des articles pour examen s'ils ont rencontré les auteurs, sont déjà familiers avec leur travail ou si les auteurs proviennent d'une institution connue des éditeurs. Les rédacteurs en chef peuvent choisir des relecteurs qu'ils pensent être « doux » ou « durs », dans le but d'influencer l'acceptation ou le rejet d'un article. Les décisions éditoriales peuvent être influencées par des conflits d'intérêts, par exemple s'ils portent de la publicité ou siègent au conseil d'administration de certaines sociétés.

Comment minimiser les biais de publication ?

Les auteurs, chercheurs, éditeurs, réviseurs et éditeurs doivent mettre en place des procédures pour minimiser les biais de publication et prendre des mesures correctives s'il est découvert.

Les rédacteurs en chef doivent veiller à éviter les préjugés et à rester indépendants des intérêts commerciaux de leurs revues.

Les auteurs et les éditeurs doivent s'efforcer de rendre accessibles des ensembles de données complets afin de réduire les biais contre les résultats négatifs. Les institutions, les revues et les associations de recherche devraient utiliser des bases de données partagées afin qu'elles soient facilement accessibles et que les calculs puissent être vérifiés. Pour les essais cliniques, les revues devraient rendre obligatoire l'enregistrement préalable, car cela peut réduire la probabilité que des données d'essai négatives soient « perdues » ou que les hypothèses soient modifiées rétrospectivement. En fin de compte, toutes les données des essais cliniques devraient être mises à disposition.

Les éditeurs et les éditeurs devraient être encouragés à rejoindre le Comité d'éthique des publications (COPE) et à partager des conseils sur les pratiques éthiques.

Les publications doivent indiquer explicitement dans leurs directives aux auteurs ce qui se qualifie pour la paternité, afin de réduire l'incidence de la paternité honorifique et fantôme. Lorsqu'elle reçoit un manuscrit, la revue doit alerter tous les auteurs qu'un article a été soumis et confirmer que tous les auteurs ont accepté d'être répertoriés. Les articles publiés doivent indiquer la nature des contributions des auteurs.

Les revues devraient envisager de mettre en œuvre une évaluation en « double aveugle ». Ici, les évaluateurs – et éventuellement les éditeurs qui décident si un article est envoyé pour examen – ne sont pas informés des noms des auteurs, ni de leurs adresses ou affiliations.

Les revues doivent demander et publier des sources de financement et répertorier les conflits d'intérêts potentiels et réels des auteurs, des réviseurs et des éditeurs. De cette façon, certains conflits d'intérêts peuvent être évités et les lecteurs peuvent en tenir compte lors de l'interprétation d'un article.

Les revues devraient fixer un seuil bas pour la publication des corrections et des réfutations, et établir des protocoles pour le traitement des appels des auteurs. Lorsqu'un article est rétracté, les éditeurs doivent fournir une explication. Les corrections, réfutations et rétractations doivent être indexées et liées afin que les lecteurs trouvent la version la plus fiable d'un article lorsqu'ils effectuent des recherches dans la littérature.

Lectures complémentaires


Passer au contenu