Rapport pour l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe

Le rapport identifie les réalisations en matière de réduction des risques de catastrophe (RRC) depuis 2015 dans le cadre de Sendai et met en évidence les principales lacunes de mise en œuvre. Le rapport fournit des orientations aux décideurs politiques, aux bailleurs de fonds, aux chercheurs, aux organisations internationales et aux autres parties prenantes qui façonnent la manière dont nous évaluons, valorisons, gérons et surveillons les risques, dans le but de contribuer à l'élaboration d'un cadre de gouvernance au-delà de 2030 qui intègre la réduction des risques comme un facteur clé du développement durable.

Rapport pour l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe

2023 marque le milieu de la période de mise en œuvre du Cadre Sendai pour la prévention des catastrophes, offrant une occasion majeure d'examiner et de renforcer la mise en œuvre du cadre à l'horizon 2030 et, surtout, de renforcer l'intégration avec d'autres accords internationaux.

Le Rapport pour l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe examine les progrès réalisés à ce jour, l'évolution du contexte - y compris en ce qui concerne la pandémie de COVID-19 et d'autres crises mondiales - et les opportunités de s'attaquer aux causes profondes sous-jacentes des catastrophes et des processus de création de risques qui s'étendent à tous les secteurs et à toutes les échelles.

En fin de compte, son objectif est de soutenir la construction d'un cadre de gouvernance post-2030, qui intègre la réduction des risques comme un déterminant clé du développement durable et accélère la mise en œuvre du cadre de Sendai ainsi que l'intégration de la réduction des risques et de la résilience dans d'autres programmes mondiaux tels que les ODD, l'Accord de Paris sur le changement climatique et le Cadre mondial pour la biodiversité.


Rapport pour l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe

Conseil scientifique international. 2023. Rapport pour l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe. Paris, France. Conseil scientifique international. DOI : 10.24948/2023.01.

Résumé analytique du rapport pour l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe

Le résumé exécutif est disponible en plusieurs langues :


Un groupe d'experts multidisciplinaire créé par l'ISC a élaboré le rapport pour contribuer au processus d'examen à mi-parcours (MTR) dirigé par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR). Ce rapport de l'ISC constituera une précieuse contribution de la part du Grand groupe de la communauté scientifique et technologique dans la rédaction de l'UNDRR MTR.

Les conclusions du rapport contribueront à éclairer une déclaration politique négociée qui sera adoptée lors de la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies sur l'examen à mi-parcours du cadre de Sendai en mai 2023. Forum, le Sommet sur les ODD et le Dialogue de haut niveau sur le financement du développement lors de la 2023e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.


Messages clé

  1. Solutions basées sur la nature peut aider à lutter contre la dégradation de l'environnement et le changement climatique tout en renforçant la résilience aux catastrophes et en offrant des co-bénéfices de développement.
  2. Déplacement en raison du changement climatique doit être anticipé et géré pour éviter les dommages et les pertes.
  3. Problèmes de santé mentale causés par des catastrophes doivent être traités par les systèmes de santé qui incluent des solutions de santé mentale.
  4. Les paradigmes de développement actuels sous-estiment la nature, externaliser les risques et saper le développement durable.
  5. La gouvernance des catastrophes et des risques doit être repensée dans un modèle multisectoriel et multiniveaux davantage axé sur la gouvernance des risques territoriaux.
  6. Financements pour la réduction des risques ex ante doit atteindre les plus vulnérables pour éviter la hausse des coûts de relèvement post-catastrophe.
  7. De meilleurs systèmes d'alerte précoce multirisques sont essentiels fournir un soutien ciblé aux plus vulnérables.
  8. Des améliorations dans le qualité et disponibilité des données sur les risques sont cruciales.
  9. Une surveillance complète de la vulnérabilité est nécessaire pour lutter contre les facteurs de création et d'accumulation de risques.
  10. La communication sur les risques doit être améliorée pour mieux éclairer la prise de décision et prévenir la création de risques.
  11. Les collaborations transdisciplinaires peuvent jouer un rôle majeur dans la construction de la compréhension et de la confiance.

Regarder le lancement

Principales recommandations

  1. Renforcer la gouvernance des risques au niveau territorial dans les régions et au niveau local qui s'attaque aux facteurs de risque dans tous les secteurs.
  2. Défragmenter le financement pour aligner les investissements sur les objectifs de réduction des risques à l'échelle mondiale, régionale et locale.
  3. Développer des solutions communautaires basées sur la nature renforcer la protection des tampons naturels qui réduisent les risques et procurent des co-bénéfices pour la durabilité.
  4. Développer des systèmes d'alerte précoce multirisque pour anticiper et réduire les impacts des catastrophes et des risques en cascade à travers les échelles de temps.
  5. Développer des systèmes d'information intégrés surveiller l'épuisement des ressources naturelles en amont des seuils dangereux pour soutenir l'action d'anticipation et la réduction prospective des risques.
  6. Faire évoluer l'évaluation traditionnelle des risques et améliorer les méthodes pour l'identification, la cartographie et la notification des risques afin d'accroître la transparence, et comme éléments clés pour l'alerte précoce, la gestion des risques et l'implantation et la conception des infrastructures.
  7. Piloter de nouvelles façons de communiquer les informations sur les risques et ses implications pour la gestion des risques et le développement durable.
  8. Développer un cadre de professionnels véritablement transdisciplinaires d'élargir l'interface entre la science, la politique et la pratique.

Nos autres publications sur la réduction des risques de catastrophe

Examen de la définition et de la classification des dangers : rapport technique

Conseil scientifique international et Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, 2020.

Accéder à la page des publications >

Profils d'informations sur les dangers : supplément à l'examen de la définition et de la classification des dangers de l'UNDRR-ISC – Rapport technique

Conseil scientifique international et Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, 2021.

Aller à la parution page >

Note d'orientation : Utilisation des profils d'information sur les risques UNDRR/ISC pour gérer les risques et mettre en œuvre le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe

Conseil international des sciences, 2022.

Accéder à la page des publications >

Combler le fossé entre la science et la pratique au niveau local pour accélérer la réduction des risques de catastrophe

Conseil international des sciences, 2022.

Accéder à la page des publications >

Couverture de la note d'information sur le risque systémique

Note d'information sur le risque systémique

Conseil scientifique international, Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, Knowledge Action Network for Emergent Risks and Extreme Events, 2022.

Accéder à la page des publications >

Un cadre pour la science mondiale

Conseil scientifique international, Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, Programme de recherche intégrée sur les risques de catastrophe, 2021

Accéder à la page des publications >

Le rapport Groupe d'experts

  • Roger Pulwarty (coprésident), scientifique principal, US National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), États-Unis
  • Rathana Péou Norbert-Munns (Coprésident), Expert en prospective climatique et en développement de scénarios à la FAO et ancien coordinateur des scénarios pour l'Asie du Sud-Est au CCAFS, Cambodge
  • Kristiann Allen, secrétaire exécutif, International Network for Government Science Advice, Nouvelle-Zélande
  • Angela Bednarek, directeur, projet de preuves, the Pew Charitable Trusts, États-Unis
  • Charlotte Benson, spécialiste principal de la gestion des risques de catastrophe, Banque asiatique de développement, Philippines
  • Alonso Brenés, coordinateur du Réseau d'études sociales sur la prévention des risques de catastrophe en Amérique latine et dans les Caraïbes (LA RED), Costa Rica
  • María del Pilar Cornejo, Directeur, Centre international du Pacifique pour la réduction des risques de catastrophe, Équateur
  • Olivier Costello, Chef de projet – Connaissances traditionnelles (Conservation Futures), Bush Heritage Australia, Chef d'équipe – Propriété intellectuelle culturelle autochtone (ICIP) Stratégie et résultats autochtones, NSW Department of Planning and Environment, Australie
  • Suzanne Cutter, professeur émérite, Université de Caroline du Sud et codirecteur, Hazards Vulnerability & Resilience Institute Directeur, IRDR International Center of Excellence (ICoE-VaRM), États-Unis
  • Bapon Fakhrouddine, Responsable du secteur de l'eau, Division de l'atténuation et de l'adaptation, Fonds vert pour le climat, Nouvelle-Zélande
  • Victor Galaz, directeur adjoint, Stockholm Resilience Center, Suède
  • Franziska Gaupp, Directeur, Food Systems Economics Commission, Allemagne
  • Satoru Nishikawa, Professeur, Centre de recherche sur l'atténuation des catastrophes, Université de Nagoya, Japon
  • Aromar Revi, Institut indien des établissements humains, Inde
  • Albert Salamanque, chercheur principal, Stockholm Environment Institute Asia Center, Thaïlande
  • Pauline Scheelbeek, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Directeur – Centre collaborateur de l'OMS, Pays-Bas
  • Renato Solidum, Sous-secrétaire à la réduction des risques de catastrophe - Adaptation au changement climatique, Département des sciences et de la technologie et responsable, Institut philippin de volcanologie et de sismologie, Philippines

Image : Marcel Crozet / OIT 18-11-2013

Passer au contenu