Inscription

Rapport, Stratégie, planification et révision

Examen du programme de santé et de bien-être en milieu urbain

Le rapport documente l'examen formatif indépendant à mi-parcours du programme de santé et de bien-être urbains du Conseil international des sciences (ISC).

Le Programme Santé et bien-être urbains (UHWB) a été créé en 2014 et est actuellement coparrainé par l'Institut international de la santé mondiale de l'Université des Nations Unies (UNU-IIGH) et le Partenariat InterAcademy (IAP), avec un soutien financier important de l'Académie chinoise des sciences (CAS) à Xiamen, en Chine .

L'examen a été effectué par un comité indépendant de cinq experts. Comme l'examen est destiné à éclairer la prochaine phase du programme décennal, le comité d'examen a délibérément concentré ses travaux sur l'identification des domaines critiques pour la croissance et l'orientation.

Résumé

Ce rapport documente l'examen formatif indépendant à mi-parcours du programme de travail du Conseil scientifique international (ISC)[1] intitulé « Santé et bien-être urbains : une approche systémique ». Ce programme, créé en 2014, est actuellement coparrainé par l'Institut international de la santé mondiale de l'Université des Nations Unies (UNU-IIGH) et le Partenariat interacadémique (IAP), avec un soutien financier important de l'Académie chinoise des sciences (CAS) à Xiamen. , Chine.

Étant donné que l'examen vise à éclairer la prochaine phase de ce programme décennal, le comité d'examen a délibérément concentré ses travaux sur l'identification des domaines critiques de croissance et d'orientation.

Principales conclusions

  • L'évaluation globale du comité d'examen est que le Bureau du programme international (IPO) a développé un « plan scientifique » ambitieux et un comité directeur impressionnant, ainsi que des hôtes locaux.
  • Au cours des trois premières années environ, l'IPO a rencontré plusieurs difficultés pour atteindre ses buts et objectifs tels qu'énoncés dans le plan. Ces défis, attendus avec tout nouveau PAPE, vont des problèmes liés à la langue et au personnel à la clarté des attentes. Le comité d'examen est d'avis que l'idée centrale du programme – produire des recherches pertinentes pour les politiques – était ambitieuse et que, compte tenu des ressources limitées, il faut repenser soigneusement la manière d'aller de l'avant. Le plan de coordination des projets de recherche n'a pas été réalisé.

Recommandations

De l'avis réfléchi du comité d'examen, le programme n'est pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs énoncés dans le plan scientifique initial. Comme prochaines étapes logiques, le comité d'examen recommande que :

  • La direction de l'IPO devrait travailler en partenariat avec la CAS et le comité directeur pour réviser le plan scientifique afin de rendre les buts et les objectifs pertinents, réalisables et atteignables.
  • L'IPO est fortement encouragé à établir un modèle logique et/ou des paramètres de mesure (par exemple, des indicateurs de performance clés) qui serviraient à la fois de gouvernail pour les opérations quotidiennes et de cadre d'évaluation.

Le comité d'examen est également convaincu que le programme possède une force suffisante pour permettre un impact réduit et ciblé dans sa phase suivante et finale, une fois que les mesures de dotation appropriées ont été mises en œuvre.


[1] Le Conseil international des sciences (ISC) a été créé en 2018 à la suite de la fusion du Conseil international pour la science (ICSU) et du Conseil international des sciences sociales (ISSC). Ce rapport a été établi avant la fusion ; le cas échéant, les noms ont été mis à jour pour indiquer que l'ISC est co-parrain du programme à compter de juillet 2018.

Introduction

La santé humaine a été identifiée dans le Plan stratégique du Conseil international pour la science (ICSU) (2006-2011) comme une nouvelle priorité de recherche, avec l'objectif déclaré « de veiller à ce que les considérations sanitaires soient dûment prises en compte dans la planification et l'exécution des activités futures en en s'appuyant sur les atouts pertinents des unions scientifiques et des organismes interdisciplinaires.

Afin de définir plus clairement comment l'ICSU pourrait contribuer à la science pour la santé humaine, un groupe de cadrage a été créé en 2006. Le rôle du groupe de cadrage était d'examiner les initiatives de santé déjà développées au sein de la communauté de l'ICSU et d'identifier d'autres domaines ou approches où l'ICSU pourrait ajouter de la valeur à ces initiatives.

Le groupe de cadrage a identifié qu'un certain nombre d'unions scientifiques et d'organismes interdisciplinaires de l'ICSU avaient commencé à développer une initiative sur la science pour la santé et le bien-être dès 2002. Et en 2007, le Earth Systems Science Partnership, qui a réuni l'équipe de l'ICSU sur le changement environnemental mondial programmes, a publié un plan scientifique pour le changement environnemental global et la santé humaine. Parallèlement, le Bureau régional de l'ICSU pour l'Afrique a procédé à une analyse des besoins de recherche en santé pour le continent. Ces initiatives reflètent une prise de conscience et un intérêt croissants, tant dans les domaines des politiques que de la recherche, des liens entre l'écologie humaine urbaine moderne et les risques d'une gamme d'effets néfastes sur la santé.

Après consultation avec la communauté scientifique de l'ICSU, un nouveau groupe de planification a été créé en 2008 pour faire avancer les idées identifiées dans l'exercice de cadrage. Le résultat a été le présent plan scientifique qui propose un cadre conceptuel innovant pour considérer la nature multifactorielle des déterminants et des manifestations de la santé et du bien-être dans les populations urbaines mondiales. En plus de stimuler des projets de recherche spécifiques, un nouveau programme scientifique pour la santé et le bien-être urbains (UHWB) a été mandaté pour se concentrer sur :

  • Développer de nouvelles méthodologies et identifier les besoins en données et les lacunes dans les connaissances.
  • Construire et renforcer les capacités scientifiques.
  • Faciliter la communication et la sensibilisation.

Ce faisant, les activités du programme UHWB visent à :

  • Promouvoir une approche systémique de la santé et du bien-être humains dans un environnement urbain en mutation auprès des scientifiques et des décideurs.
  • Renforcer la capacité de mener des recherches sur la santé et le bien-être humains dans un environnement urbain en évolution en utilisant une approche systémique.
  • Plaider en faveur d'approches systémiques de financement pour la santé et le bien-être humains dans des environnements urbains en mutation.
  • Améliorer la compréhension des problèmes de santé et de bien-être en milieu urbain dans toutes les disciplines et tous les secteurs.
  • Médiation des alliances scientifiques et technologiques pour la mise en œuvre de solutions technologiques intelligentes pour la santé et le bien-être urbains.
  • Influencer l'agenda international pour englober les initiatives de santé urbaine.

Conformément au modèle « standard » de l'ICSU pour la mise en œuvre du programme, ces activités devaient être supervisées et guidées par un comité scientifique international et interdisciplinaire dédié et une IPO établie pour assurer une mise en œuvre efficace. Cela a été envisagé comme une initiative de 10 ans, afin de laisser suffisamment de temps aux communautés de recherche et de politique concernées par la santé et le bien-être urbains pour adopter des approches d'analyse des systèmes.

En 2011, l'Assemblée générale de l'ICSU a approuvé les plans de la nouvelle initiative mondiale « Santé et bien-être dans un environnement urbain en mutation : une approche d'analyse systémique ». En 2014, l'introduction en bourse a été ouverte à Xiamen, en Chine, hébergée par l'Institut de l'environnement urbain (IUE) du CAS, offrant une plaque tournante pour le développement, l'échange et la communication de connaissances scientifiques interdisciplinaires.

Santé et bien-être urbains : le programme

Le programme UHWB est un programme scientifique mondial et un organe interdisciplinaire du Conseil scientifique international, soutenu par l'UNU-IIGH et l'IAP. Son introduction en bourse est hébergée par l'IUE du CAS à Xiamen, en Chine.

La vision du programme est de générer pertinent pour la politique connaissances basées sur une approche systémique cela va améliorer l'état de santé, réduire les inégalités de santé et améliorer le bien-être des populations urbaines mondiales. Le programme est conçu pour s'appuyer sur les communautés scientifiques et politiques et créer des synergies avec elles, en se concentrant sur la santé de la population et en abordant une perspective d'une importance cruciale mais encore insuffisamment étudiée sur les déterminants systémiques de la santé et du bien-être humains.

Le programme envisage de futures villes saines fonctionnant comme des systèmes complexes intégrés qui offrent durablement des avantages pour la santé et le bien-être des résidents sans compromettre la santé planétaire.

Les objectifs de ce programme scientifique reflètent une structure telle que proposée par le rapport du groupe de planification (ICSU 2011) :

  1. Promouvoir et coordonner des projets de recherche en générant des résultats scientifiques à fort impact ; en permettant une prise de décision mieux informée par les divers acteurs impliqués dans la santé et le bien-être urbains ; et en établissant des approches systémiques de la santé et du bien-être en milieu urbain en tant que domaine de recherche interdisciplinaire florissant et pertinent.
  2. Développer des méthodologies et identifier les besoins en données en proposant des méthodologies et des approches systémiques innovantes applicables aux enjeux particuliers de santé et de bien-être en milieu urbain ; en identifiant les besoins en données qui informent et influencent les diverses initiatives d'observation et de suivi en cours et prévues ; et en identifiant de nouvelles données provenant de troisièmes études de recherche qui peuvent être rendues librement accessibles.
  3. Création et renforcement des capacités en renforçant les capacités scientifiques et en soutenant les plateformes interdisciplinaires nécessaires pour entreprendre des recherches sur la santé et le bien-être urbains en utilisant une approche systémique ; en renforçant la capacité des décideurs et des praticiens à comprendre la recherche scientifique sur la santé et le bien-être urbains en utilisant une approche systémique ; en facilitant la création de réseaux dans les milieux de la recherche, des affaires et de la société civile qui adoptent une approche systémique de la santé et du bien-être en milieu urbain ; et en augmentant le nombre d'étudiants et de jeunes scientifiques intéressés à entreprendre des activités de recherche et d'engagement entrepreneurial et civil pour la santé et le bien-être urbains en utilisant des approches systémiques qui abordent des questions de fond pertinentes pour les politiques.
  4. Communiquer de nouvelles connaissances : promotion et rayonnementen créant un forum virtuel comme point de référence pour la communauté scientifique et les autres parties prenantes ; en favorisant l'interaction et la collaboration entre les chercheurs et avec d'autres acteurs concernés, via des conférences et des ateliers ; et en mettant les résultats à la disposition de multiples parties prenantes dans un format pertinent qui permet de les comprendre facilement.

Le nouveau contexte urbain

Dans le contexte des changements environnementaux, économiques et sociaux mondiaux, aucun phénomène n'est peut-être plus frappant que l'urbanisation. Déjà, plus de la moitié de la population mondiale vit en milieu urbain. Les modes de vie urbains et la diversité croissante des conditions urbaines ont créé non seulement de nouvelles hiérarchies sociales et règles culturelles, mais aussi un nouvel ensemble de rôles pour les systèmes de santé et des modèles changeants d'accès et de demande de santé et d'autres ressources dans et entre les villes. L'urbanisation représente à la fois une opportunité et un risque, ainsi qu'un nouvel ensemble de défis pour ceux qui sont concernés par la protection et la promotion de la santé et du bien-être humains. La proximité engendre à la fois des avantages et des inconvénients – économies d'agglomération et d'échelle, mais aussi déséconomies de congestion et de surcharge institutionnelle.

Les villes sont devenues essentielles pour assurer un avenir durable défini dans le Nouvel Agenda Urbain, les Objectifs de Développement Durable et d'autres éléments marquants de l'Agenda 2030 pour le Développement Durable. Les trois piliers des transitions économique, sociale et environnementale peuvent être mieux réalisés dans les villes, qui représentent 75 % du PIB mondial et 75 % des émissions mondiales de carbone, et les acteurs au niveau des villes jouent un rôle de plus en plus important dans les affaires mondiales et régionales.

La science a également un rôle à jouer pour catalyser la transition vers la durabilité et peut être un partenaire puissant pour les acteurs politiques et les décideurs. Les voies par lesquelles la science peut influencer les politiques et soutenir le changement doivent être renforcées et encouragées.

La mégatendance de l'urbanisation (1.5 million de personnes par semaine s'ajoutent à la population urbaine mondiale, et 90 % de cette croissance a lieu dans les pays africains et asiatiques) imposera d'énormes exigences en matière d'infrastructures, de services, de création d'emplois, de climat, d'environnement et de bien-être. -étant. Des mécanismes de génération de connaissances de longue date tels que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) ont relevé le défi urbain. Mais cette transition urbaine globale nécessite une approche multi-échelle et multi-dimensionnelle.

Critère d'examen 1 : Planification stratégique et mise en œuvre

Dans l'ensemble, le programme UHWB est loin d'avoir atteint ses objectifs primordiaux. Les examinateurs suggèrent que ce qui est nécessaire à court terme est un système de hiérarchisation des activités et un sens concomitant de l'endroit où appliquer au mieux les ressources limitées. De plus, il doit y avoir une approche plus ciblée de l'engagement – ​​avec les partenaires, les autres chercheurs, les décideurs politiques et la société civile. Le programme, par l'intermédiaire de son comité scientifique, devrait travailler à l'élaboration d'un plan de travail plus stratégique et ciblé.

Les examinateurs reconnaissent que l'IPO a déployé des efforts considérables pour rédiger des demandes de recherche et assister à des réunions scientifiques dans le but d'atteindre l'objectif de coordination des projets de recherche. Cependant, une grande partie de cet effort a été opportuniste plutôt que stratégique, et le Comité scientifique doit fournir des conseils plus solides sur les domaines où dépenser son énergie étant donné que les ressources sont limitées.

L'objectif de développer des méthodologies pour les besoins en données reste à atteindre. En engageant son comité scientifique, le programme a construit une base solide en établissant un « réseau » lâche de chercheurs actifs en science des systèmes. L'opportunité au cours des cinq prochaines années est d'élargir et de renforcer ce réseau.

Le programme a également eu du mal à atteindre l'objectif de « coordonner » la recherche. Cela s'est avéré difficile pour un certain nombre de raisons : ressources limitées (personnel) ; problèmes de langue; la description de travail du directeur général (c'est-à-dire que seulement 20 % du temps devrait être consacré aux activités de recherche); et les termes de référence du comité scientifique (c'est-à-dire ne pas générer les résultats de recherche du programme). Avec ces contraintes, il est difficile de voir où la recherche originale sera produite.

Le programme s'est efforcé de stimuler la promotion de « l'approche systémique », comme en témoignent les divers ateliers et réunions auxquels le directeur exécutif a activement participé. Cependant, en raison de ressources limitées et du fait que le programme n'a pas été en mesure de recruter un chargé de communication, la promotion des activités du programme n'a pas été aussi efficace que prévu. Une approche plus pragmatique est nécessaire à l'avenir, qui encourage le secrétariat de l'IPO à fonctionner selon un mode hybride générant des ressources externes, tout en facilitant et en promouvant les activités de recherche des autres, c'est-à-dire des partenaires externes.

L'engagement positif du programme avec la Société internationale pour la santé urbaine (ISUH), et en particulier son congrès annuel, offre une occasion idéale de trouver une base à travers laquelle engager des universitaires et favoriser le développement d'une nouvelle génération de scientifiques du système. De plus, sous la direction de l'éminent comité scientifique, il existe une opportunité de développer le domaine en publiant des numéros spéciaux de revues ainsi que des monographies éditées publiées à l'échelle internationale liées à des questions à la pointe de la science des systèmes (par exemple, la revue de l'ISUH).

Le renforcement, la formalisation, la promotion, le soutien et l'utilisation des chercheurs en science des systèmes déjà présents dans le réseau devraient être un objectif clé. Un objectif principal devrait être de tirer parti de l'expertise de ces chercheurs pour former la prochaine génération de scientifiques des systèmes dans le domaine de pointe de la science des systèmes. La création d'un réseau formel de scientifiques du système - en particulier d'universitaires en début et en milieu de carrière capables de favoriser la recherche individuelle et de publier de nouvelles découvertes - contribuera à fournir un portefeuille plus actif pour le programme.

Compte tenu de l'urbanisation rapide qui se produit en Chine et du fait que le programme y est situé, ce serait une occasion manquée si des efforts n'étaient pas faits pour développer un réseau de scientifiques des systèmes dans le pays. L'organisme d'accueil, l'IUE, doit et doit jouer un rôle clé dans l'établissement, la promotion et l'animation de ce réseau, avec un comité scientifique national supervisant son développement.

Critère d'examen 2 : Gouvernance

Le programme UHWB se compose du personnel de l'IPO (le directeur exécutif et l'adjoint administratif au moment de la rédaction; il n'y a pas d'agent scientifique ou d'agent des communications) et du comité scientifique. Le comité scientifique définit les priorités et la stratégie de mise en œuvre du programme, élabore la politique et joue un rôle de plaidoyer. Cela comprend la collaboration avec le directeur exécutif pour solliciter les fonds supplémentaires nécessaires à la conduite des activités de programme dirigées par ou coordonnées par l'intermédiaire de l'IPO. Le programme fonctionne sous l'infrastructure de l'institution hôte - l'Institut de l'environnement urbain situé à l'Académie chinoise des sciences - qui fournit des services internes et un soutien financier, fonctionnant selon les procédures opérationnelles standard internes de l'institution et du pays hôte.

En réalité, le programme est trop petit pour justifier une structure de gouvernance élaborée. Cependant, dans le même temps, les rôles et les responsabilités semblent être en conflit. Un défi majeur pour le directeur exécutif est les priorités concurrentes du programme international vis-à-vis de son emplacement au sein d'un centre de recherche chinois ; et des restrictions sur le temps alloué aux activités de recherche (c.-à-d. 20 %). Les efforts pour surmonter ces tensions doivent être résolus, avec des attentes clarifiées sur ce qui est réalisable dans les limites du rôle.

Cette clarification devrait être effectuée dans le cadre d'une réunion de planification stratégique facilitée par le Comité scientifique afin de focaliser la mission, la vision et les plans d'action du programme lors de sa phase finale. La Conférence internationale sur la santé urbaine 2019, que le programme co-organise, offre une plate-forme idéale pour tenir ces discussions, ainsi qu'un véhicule pour réaliser les activités de renforcement des capacités et de développement du réseau du programme.

Le développement d'un programme de recherche national soutenu par un codirecteur ou un directeur associé de langue maternelle, ainsi que des boursiers postdoctoraux et des doctorants, pourrait aider l'initiative d'au moins deux façons. Cela permettrait de soutenir davantage le directeur exécutif dans ses efforts pour créer un programme international – les étudiants bénéficiant de l'ouverture d'un énorme réseau de chercheurs (par le biais du comité scientifique). Et cela soutiendrait le développement de réseaux en Chine tout en créant un programme de recherche national axé sur la santé et le bien-être urbains à travers le prisme de la science systémique.

Le rôle et les fonctions du comité scientifique devraient être revus. Il est clair que certaines fonctions n'ont pas été remplies conformément à son mandat initial. Le comité scientifique, en collaboration avec le directeur exécutif, devrait réexaminer son propre fonctionnement et ses termes de référence, et aider le directeur exécutif à établir un nouveau plan d'action stratégique et scientifique qui soit pertinent, réalisable et réalisable pendant la durée de vie restante du programme. . Le comité scientifique devrait examiner régulièrement les progrès du programme par rapport aux indicateurs de performance clés.

Critère d'examen 3 : Secrétariat, financement et opérations

Le comité d'examen reconnaît que beaucoup de fonds, de ressources et de bonne volonté ont été consacrés à la conception, au développement et à l'administration du programme UHWB tel qu'il se présente actuellement. C'est tout à l'honneur des personnes impliquées, et le comité d'examen note le financement généreux et le soutien en nature fournis jusqu'à présent par l'institut hôte et pour la prochaine phase du programme.

Le programme fonctionne sous l'infrastructure de l'établissement d'accueil - l'IUE de la CAS - qui fournit des services internes et un soutien financier, fonctionnant selon les procédures opérationnelles standard internes de l'établissement et du pays d'accueil. Cependant, malgré la volonté d'accueillir un programme international tel que celui-ci, quelques problèmes pratiques empêchent la mise en œuvre complète du programme en Chine.

Par exemple, la dotation en personnel de l'IPO a été un problème sérieux et une lacune majeure. Le programme a eu du mal à recruter un agent scientifique (le poste est vacant depuis 18 mois au moment de la rédaction) et un agent de communication - un poste qui avait été identifié comme crucial pour le succès du programme mais qui est resté vacant depuis le début du programme. Plusieurs séries d'entretiens ont été menées uniquement pour que les candidats choisis refusent l'offre en invoquant de meilleures perspectives ailleurs.

Le rôle d'agent scientifique, tel qu'annoncé, stipule qu'un doctorat est requis et que 50 % du temps sera consacré à la recherche. C'est une raison possible pour laquelle les candidats refusent : le poste n'offre pas une opportunité adéquate aux candidats au doctorat de faire avancer leurs recherches. Il faudrait envisager d'employer du personnel de niveau maîtrise (avec plusieurs années d'expérience) et de remanier davantage la description de poste.

Le comité d'examen reconnaît les défis d'un directeur exécutif qui est un locuteur non natif travaillant sans personnel de base. Le comité recommande qu'un modèle de codirecteur soit expérimenté, en mettant l'accent sur le développement d'un programme de recherche national lié à l'IPO (fournissant un point de contact et la supervision des chercheurs recrutés localement). Le rôle de codirecteur pourrait également aider à compléter le rôle du directeur général actuel, en veillant à éviter le dédoublement des responsabilités.

En formulant cette recommandation, le comité d'examen est conscient de la difficulté de s'assurer que l'IPO a un accès adéquat aux ressources financières et humaines dans un environnement de financement en évolution rapide pour la collaboration scientifique internationale. La mise en place d'un programme actif de recherche nationale au sein de l'IUE offre en principe la possibilité de constituer une masse critique, de répondre aux besoins institutionnels locaux et de compléter les objectifs internationaux du programme UHWB. L'IUE est, par exemple, la mieux placée pour attirer des chercheurs internationaux pour collaborer avec le programme UHWB et pour poursuivre le financement de projets de recherche discrets. Un tel modèle surmonte également l'isolement du programme de son contexte local et favorise un plus grand engagement avec d'autres chercheurs et collègues de l'IUE.

Au total, un mécanisme opérationnel pour assurer le succès du programme doit être basé sur un nouveau modèle visant à attirer davantage d'étudiants et de chercheurs dans l'institut. Cela permettrait d'intégrer le programme au sein de l'IUE et de lui permettre de bénéficier des recherches qui y sont menées. Ce modèle contribuerait également grandement à assurer la durabilité du programme au-delà de sa durée de vie actuelle.

Critère d'examen 4 : Parties prenantes et partenariats

Le programme UHWB a cultivé et engagé avec un vaste réseau de parties prenantes et de partenaires - à travers les divers événements, ateliers et conférences organisés ou auxquels ils ont participé. Cependant, les partenariats stratégiques à long terme doivent encore être formalisés.

Le programme a commencé à développer des relations de travail avec une variété d'autres programmes et organes de l'ICSU. Par exemple, le directeur exécutif joue un rôle dans trois des réseaux d'action et de connaissances de Future Earth (santé, urbain et risque). Tous les réseaux d'action Future Earth Knowledge sont à divers stades de développement, que le programme a pu influencer. Le programme a également commencé récemment à s'engager et à travailler avec les bureaux régionaux de l'ICSU, en élaborant des plans pour différentes perspectives régionales sur un modèle de santé urbaine qui sera orienté vers les politiques. Encore une fois, il y a un manque de partenariat formel dans la façon dont le programme fonctionne, ce qui signifie que les résultats et activités concrets doivent encore se matérialiser.

Les sponsors actuels du programme (UNU-IIGH, ICSU et IAP) s'engagent tous bien dans le programme et fournissent un soutien intellectuel important. L'ICSU s'efforce de placer le programme dans les sphères politiques de haut niveau des Nations Unies (telles que la conférence Habitat III à Quito) et l'UNU-IIGH au Forum urbain mondial à Kuala Lumpur. Cependant, le soutien des coparrains n'est pas répandu aux niveaux supérieurs de l'organisation, et il est difficile d'avoir une idée de l'importance stratégique du programme pour les organisations parrainantes.

Récemment cependant, l'IAP a commencé à utiliser le programme comme un moyen de montrer à ses membres (qui sont principalement médicaux/scientifiques) l'importance considérable du lien entre la santé et l'environnement urbain. En conséquence, le directeur exécutif de l'IPO a été invité à présenter le programme à l'Assemblée générale de l'IAP. Cela a conduit l'IAP à accorder plus d'importance et d'importance à ses autres activités qui lient la santé au développement durable (telles que ses activités One Health).

L'UNU-IIGH a récemment fait l'objet d'un examen stratégique; par conséquent, il reste à voir comment le programme s'aligne sur la nouvelle orientation stratégique de l'UNU-IIGH. Le programme est en contact étroit avec la nouvelle direction au moment de la rédaction.

Au moment de la rédaction de cet article, l'ICSU est en train de fusionner avec le Conseil international des sciences sociales (CISS) et l'avenir de ses activités scientifiques reste à définir. Cependant, l'intégration de l'ISSC et l'intégration des sciences sociales correspondent bien aux objectifs du programme UHWB, il est donc probable que la fusion renforcera sa base scientifique. Le programme n'a pas encore défini les relations de travail avec les principales organisations internationales dans cet espace - telles que l'Organisation mondiale de la santé et le Wellcome Trust - mais les futures discussions stratégiques se concentreront davantage sur la manière dont ces grands acteurs fonctionnent.

Dans le cadre de l'exercice de planification stratégique qui définit la mission et la vision du programme et ce qui pourrait être réalisé avec les ressources existantes, des efforts devraient être faits pour identifier les partenaires stratégiques avec lesquels le programme devrait travailler. Cela devrait inclure des objectifs clairs relatifs aux résultats souhaitables recherchés du partenariat. De tels objectifs aideraient à hiérarchiser les efforts et fourniraient un filtre permettant d'examiner les opportunités à venir. Les partenaires potentiels pourraient inclure ceux de la politique (internationale et nationale en Chine) ainsi que les sphères universitaires. Il est essentiel que les partenariats comprennent les bureaux régionaux de l'ICSU qui ont la santé urbaine comme priorité. Cela permettrait au programme de travailler dans des régions mondiales prioritaires, en créant des synergies et en amplifiant l'impact du programme. Un point de départ sera de travailler avec les bureaux régionaux situés dans des régions à croissance rapide, comme indiqué ci-dessus.

Critère d'examen 5 : Communication, visibilité et influence

Actuellement, malgré le vaste réseau d'acteurs avec lesquels il s'est engagé, le programme UHWB a du mal à montrer son influence dans ce qu'il fait. La communication s'est avérée problématique, principalement en raison du fait que le rôle du secrétariat n'a pas été rempli depuis le début du programme. Actuellement, un stagiaire aide le directeur exécutif à mettre à jour les pages Web du programme. Cependant, il s'agit d'une stratégie à court terme, et l'embauche d'un agent de communication permettrait au programme de fonctionner de manière beaucoup plus stratégique.

Le programme est isolé de son contexte local, sa visibilité en Chine doit donc être renforcée. Il est nécessaire que le directeur exécutif et les agents interagissent avec les fonctionnaires et les scientifiques du gouvernement local et chinois. Il est également nécessaire de traduire les principales publications du programme (en chinois et en anglais) afin d'augmenter l'impact et de rendre la communication plus accessible.

Ces efforts, associés à une orientation stratégique claire, permettront au programme d'être beaucoup plus ciblé dans son fonctionnement et dans l'utilisation de ses ressources.

Développement futur

Rôle du Comité Scientifique
Comme indiqué ci-dessus, le comité d'examen encourage vivement le comité scientifique à :

Examiner ses propres termes de référence et activités en ce qui concerne l'introduction en bourse.
Superviser une révision du plan scientifique.
Élaborer et surveiller la mise en œuvre d'un plan stratégique qui priorise les activités et comprend des indicateurs de performance clés.
Ce faisant, il y a peu de valeur ajoutée à se concentrer sur les pays/régions où la recherche intégrée est déjà forte. Au contraire, les principales lacunes en matière de recherche et de capacité résident dans les régions en urbanisation rapide de l'Asie, de l'Afrique et de l'Amérique du Sud. Étant donné que les bureaux régionaux ont manifesté un intérêt considérable pour une collaboration avec l'UHWB, l'IPO et le Comité scientifique devraient s'appuyer sur cela et s'efforcer de renforcer ces partenariats.

La planification stratégique
Comme indiqué ci-dessus, le comité d'examen encourage vivement le comité scientifique à travailler avec le directeur exécutif pour réviser le plan scientifique afin de s'assurer que les buts et objectifs sont stratégiques, pertinents, réalisables et atteignables dans le temps restant de la durée de vie du programme UHWB.

Ce faisant, le comité d'examen recommande que l'IPO établisse un plan stratégique qui comprend un modèle logique et/ou des paramètres de mesure (p. ex. des indicateurs de rendement clés) qui serviraient à la fois de gouvernail pour les opérations quotidiennes et de cadre d'évaluation.

Recommandations au Conseil scientifique international
Le comité d'examen recommande que l'ISC appuie un modèle de gouvernance qui permet la nomination d'un codirecteur. Ce codirecteur serait chargé de développer un programme de recherche national sur la santé et le bien-être urbains (y compris le développement de programmes de troisième cycle et postdoctoraux) et de faciliter des liens plus solides entre l'IPO, l'IUE et d'autres parties prenantes nationales.

Le comité d'examen encourage également l'ISC ainsi que le comité scientifique à soutenir l'IPO dans l'embauche du personnel nécessaire.

Compte tenu de l'importance mondiale de l'urbanisation et de la santé urbaine, le comité d'examen encourage le soutien à long terme du programme sur la scène mondiale et le rapprochement continu du programme et de ses concepts avec l'arène politique mondiale.

Annexe

  • Liste des acronymes:
  • CAS Académie chinoise des sciences
  • Partenariat inter-académies IAP
  • Conseil international pour la science du CIUS
  • Bureau du programme international IPO
  • Conseil scientifique international de l'ISC
  • Conseil international des sciences sociales du CISS
  • Société internationale ISUH pour la santé urbaine
  • Institut IUE de l'environnement urbain
  • UHWB Santé et bien-être urbain
  • UNU-IIGH Université des Nations Unies Institut international de santé mondiale
  • Membres du comité d'examen :
  • Susan Elliott, Université de Waterloo
  • Stewart Lockie, Comité de planification et d'examen scientifiques, ICSU
  • Billie Giles-Corti, Université RMIT
  • Carmencita Padilla, Université des Philippines
  • Chen Weiqiang, Académie chinoise des sciences
  • Liste des personnes interviewées :
  • Jose Siri, chercheur principal, UNU-IIGH
  • Peter McGrath, coordonnateur, IAP
  • Montira Pongsiri, associée de recherche principale, Université Cornell
  • Eulalie Ruan, Adjointe administrative, IPO
  • Sharizad Dahlan, Responsable scientifique, Bureau régional de l'ICSU pour l'Asie-Pacifique
  • Manuel Limonta, Directeur, Bureau régional de l'ICSU pour l'Amérique latine
  • Yong-Guan Zhu, directeur, IUE, CAS
  • Jieling Liu, stagiaire et doctorant, Université de Lisbonne
  • Victor Abass, doctorant et maintenance des pages web, IUE
  • Franz Gatzweiler, directeur, programme UHWB
  • Philippa Howden-Chapman, présidente du comité scientifique, programme UHWB
  • Fumiko Katsuga, directrice du hub mondial, Future Earth Japan
  • Susan Parnell, professeure, Institut des villes africaines
  • Carlos Dora, Organisation mondiale de la santé
  • Heide Hackmann, PDG, ISC (depuis juillet 2018) ; Directeur exécutif, ICSU (jusqu'en juillet 2018)
  • Jo Ivey Boufford, président, Académie de médecine de New York
  • Qunli Han, directeur exécutif, programme de recherche intégrée sur les risques de catastrophe
  • Pascale Allotey, Directrice, UNU-IIGH

Bibliographie
CIUS. 2011. Santé et bien-être dans un environnement urbain en évolution : une approche d'analyse des systèmes. Un plan scientifique interdisciplinaire : rapport d'un groupe de planification de l'ICSU. Paris, CIUS.

Passer au contenu