Histoire : l'ICSU et le changement climatique

Depuis les années 1950, le Conseil international pour la science (ICSU) a joué un rôle de pionnier dans le développement de la science du climat au niveau international, principalement en créant des mécanismes pour orienter et compléter les recherches entreprises au niveau national.

Au cours des dernières décennies, la science du climat a exigé une collaboration internationale entre les chercheurs à une échelle sans précédent, associée à une collaboration au niveau intergouvernemental. La contribution de l'ICSU a été cruciale pour définir les enjeux scientifiques, faciliter le consensus sur les priorités de recherche et organiser les collaborations qui ont sous-tendu la recherche. En parallèle, l'ICSU a également travaillé sans relâche pour lancer et soutenir des mécanismes de recherche climatique révolutionnaire afin d'atteindre les décideurs dans certains cas, ce qui a entraîné des changements importants dans l'élaboration des politiques.

Jusqu'au milieu des années 1950, la coopération internationale entre scientifiques de divers domaines s'intéressant au climat était assez limitée. Une opportunité d'intensifier cette coopération s'est présentée avec l'initiative de l'ICSU Année géophysique internationale (IGY) en 1957-58, qui a réuni des scientifiques de plus de 60 pays pour participer à une série d'observations coordonnées de phénomènes géophysiques. Alors que les gaz à effet de serre n'étaient pas sa principale priorité, l'AGI a fourni un financement pour lancer les mesures systématiques du dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique. Ce travail a été réalisé par Charles David Keeling dans une base du Mauna Loa à Hawaï. En 1961, Keeling a produit des données montrant que les niveaux de dioxyde de carbone augmentaient régulièrement sur ce qui est devenu connu sous le nom de « courbe de Keeling ».

Suite au succès de l'AIG, l'Assemblée générale des Nations Unies a formellement invité le CIUS à travailler aux côtés du Organisation météorologique mondiale (OMM) dans l'élaboration d'un programme de recherche sur les sciences de l'atmosphère. L'ICSU et l'OMM ont nommé un comité pour planifier un nouveau programme de recherche qui est devenu le Programme de recherche sur l'atmosphère mondiale (GARP) en 1967. L'objectif était de comprendre la prévisibilité de l'atmosphère et d'étendre la plage de temps des prévisions météorologiques quotidiennes à plus de deux semaines.

L'une des principales réalisations du GARP a été sa reconnaissance précoce de la nouvelle science qui pourrait être réalisée avec des satellites pour l'observation continue et globale de la Terre et avec des ordinateurs pour modéliser la circulation atmosphérique mondiale. Dans les années 1970, il a produit plusieurs expériences et résultats de collaboration visionnaires, notamment l'Expérience tropicale atlantique du GARP (GATE) en 1974. Le GATE a fourni de nouvelles informations sur la manière dont les systèmes météorologiques tropicaux sont organisés et leurs liens avec la circulation tropicale globale et les variations de surface. température et d'autres propriétés de l'océan. L'Expérience tropicale de l'Atlantique a conduit à l'Expérience météorologique mondiale très réussie en 1979, impliquant plus de 140 pays, qui a jeté les bases scientifiques de la refonte de la Veille météorologique mondiale opérationnelle de l'OMM. Le GARP, ainsi que plusieurs autres initiatives, ont conduit à l'élaboration du programme de science climatique.

En 1978, le CIUS, l'OMM et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a organisé un atelier international sur les questions climatiques à Laxenburg, près de Vienne, où les participants ont planifié une Conférence mondiale sur le climat pour 1979. Leur mode d'organisation était crucial, établissant une norme pour de nombreux efforts ultérieurs. La participation était sur invitation, principalement des scientifiques et quelques représentants du gouvernement. Les organisateurs de la conférence ont commandé une série d'articles de synthèse inspectant l'état de la science du climat. Ceux-ci ont été diffusés, discutés et révisés. Ensuite, plus de 300 experts de plus de 50 pays sont venus à Genève en 1979, ont examiné les preuves scientifiques, confirmé l'importance à long terme des niveaux de CO2 atmosphérique pour le climat mondial et appelé à la mise en place d'un programme climatique à part entière.

Les représentants gouvernementaux de l'OMM et la direction scientifique de l'ICSU ont tenu compte de l'avis et ont lancé en 1979 un Programme climatique mondial (WCP) avec diverses branches, y compris le Programme mondial de recherche sur le climat (WCRP), qui a succédé au GARP. Le PMRC a pour objectifs généraux de déterminer dans quelle mesure le climat peut être prédit et l'étendue de l'influence humaine sur le climat.

Au fil des décennies, le WCRP a établi un programme révolutionnaire de recherche internationale et interdisciplinaire qui a produit des avancées majeures dans la science du climat. Les réalisations notables comprennent l'établissement de la base physique pour comprendre et prédire les événements El Niño, des modèles climatiques améliorés comme base pour la recherche et les évaluations internationales, et des mesures complètes sur le terrain et le développement d'ensembles de données climatiques d'observation régionales et mondiales conduisant à une meilleure compréhension des processus climatiques clés. .

En 1985, l'ICSU, en collaboration avec l'OMM et le PNUE, a organisé à Villach (Autriche) une grande conférence sur « L'évaluation du rôle du dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre dans les variations climatiques et les impacts associés ». Les scientifiques présents à cette conférence ont convenu que les gaz à effet de serre pourraient réchauffer la terre de plusieurs degrés, avec de graves conséquences. Les conclusions scientifiques du groupe ont été résumées par le Comité scientifique sur les problèmes de l'environnement (SCOPE) initié par l'ICSU dans un rapport fondateur « L'effet de serre, le changement climatique et les écosystèmes ». Il s'agissait de la première évaluation internationale complète de l'impact environnemental des gaz à effet de serre atmosphériques. Le rapport SCOPE, avec la conférence de Villach, a été le premier à déclarer qu'un « réchauffement substantiel » se produirait à la suite d'un doublement du CO2, à noter que les augmentations de CO2 « étaient attribuables aux activités humaines », à recommander une variété de des actions politiques spécifiques, et d'encourager des mesures plus importantes vers la coopération internationale sur les questions de changement climatique, appelant les gouvernements à reconnaître que le changement climatique futur pourrait être enrayé par une attention aux politiques concernant l'utilisation des combustibles fossiles, la conservation de l'énergie et les émissions de gaz à effet de serre. Le rapport a appelé les gouvernements à envisager des actions positives, voire une « convention mondiale » pour empêcher un réchauffement climatique trop important. La science du climat, en somme, n'était plus seulement l'affaire des scientifiques. Le rapport SCOPE a également façonné les recommandations du rapport Brundtland de 1987 « Notre avenir à tous » sur les mesures à prendre pour protéger le climat de la planète.

La conférence de Villach a demandé au CIUS, à l'OMM et au PNUE de créer un groupe de travail sur les gaz à effet de serre et de veiller à ce qu'une évaluation scientifique périodique soit entreprise. Cela a conduit à la création d'un Groupe consultatif sur les gaz à effet de serre (AGGG), nommé par l'ICSU/WMO/UNEP. Ce groupe a organisé des ateliers internationaux et produit plusieurs rapports sur les implications politiques de la science climatique émergente.

L'AGGG peut être considéré comme un antécédent du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Les décideurs politiques commençaient à comprendre les graves implications à long terme des découvertes scientifiques et concluaient que l'AGGG devait être remplacée par un nouveau groupe officiel indépendant sous le contrôle direct de représentants nommés par chaque nation. En réponse à cette demande, l'OMM et le PNUE ont créé conjointement le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) en 1988, chargé de faire régulièrement le point sur la science à des fins gouvernementales et d'examiner les options pour répondre au changement climatique induit par l'homme. La création du GIEC a fourni la base institutionnelle pour un examen plus ciblé et mieux coordonné des interactions science-politique nécessaires au niveau international. Bert Bolin, qui était membre de l'AGGG et auteur du rapport SCOPE, a été nommé premier président du GIEC.

Tout au long des années 1980, les preuves se sont accumulées que le changement climatique était une partie d'un phénomène plus vaste - le changement global - nécessitant une vision scientifique encore plus large et l'établissement de liens entre la géophysique, la chimie et la biologie. Cette prise de conscience a finalement conduit au lancement du projet parrainé par l'ICSU Programme international géosphère-biosphère (IGBP) lors de l'Assemblée générale de l'ICSU en 1986. L'IGBP a été créé pour aborder la Terre en tant que système de phénomènes interagissant à l'échelle mondiale, et pour comprendre les processus physiques, chimiques et biologiques qui régulent ce système, les changements qui se produisent dans ces processus et le rôle de activités humaines dans ces changements.

Suite au succès de la Conférence de 1979 qui a conduit à la création du PMRC, le CIUS et l'OMM ont parrainé une deuxième Conférence mondiale sur le climat à Genève en octobre 1990. Cette conférence a marqué une nouvelle étape dans la reconnaissance de la réalité du changement climatique. Il a reçu le premier rapport d'évaluation du GIEC. Un chapitre clé sur un plan d'action scientifique pour une meilleure prévision du changement climatique mondial a été co-écrit par les présidents du WCRP et de l'IGBP.

La publication du GIEC Premier rapport d'évaluation en 1990 a incité les gouvernements à négocier la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui était prête à être signée lors de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED) de 1992 – également connue sous le nom de « Sommet de la Terre » – à Rio de Janeiro .

Le GIEC Deuxième rapport d'évaluation de 1995 a fourni d'importants éléments sur lesquels se sont appuyés les négociateurs dans la perspective de l'adoption de la Protocole de Kyoto à la CCNUCC en 1997. Le PMRC et l'IGBP ont joué un rôle clé dans la coordination de la recherche évaluée par le GIEC.

Ce texte est tiré de la brochure « Le Conseil international pour la science et le changement climatique : 60 ans de facilitation de la recherche sur le changement climatique et d'information sur les politiques », disponible en téléchargement ci-dessous.


Partagez :

Passer au contenu