Congrès de la recherche et de l'innovation en développement durable 2021

Le Sustainability Research & Innovation Congress 2021 (SRI2021) est le premier rassemblement transdisciplinaire au monde sur le développement durable - ce sera un espace de plaidoyer féroce pour l'érudition, l'innovation, la collaboration et l'action en matière de développement durable.
Congrès de la recherche et de l'innovation en développement durable 2021

Cet événement annuel réunit des leaders mondiaux du développement durable, des experts, l'industrie et des innovateurs pour inspirer l'action et promouvoir une transformation du développement durable. Pour la première fois, le Congrès sera lancé en tant qu'événement en ligne avec un programme diversifié et innovant. En plus des plus de 100 sessions disponibles tout au long de la journée et de la nuit, grâce à la portée mondiale du SRI et de ses partenaires, le forfait en ligne SRI2021 comprend des événements et des services exclusifs, notamment des formations, des ateliers et des conférences de haut niveau.

L'ISR est une initiative conjointe de Future Earth les nouveautés Forum de Belmont. L'Australie, qui accueille le Congrès en 2021, a un rôle unique à jouer dans la communauté mondiale en tant qu'intermédiaire entre le Nord et le Sud, les peuples autochtones et les pratiques traditionnelles de durabilité. Le consortium d'hébergement local, dirigé par Future Earth Australia et de CSIRO, présente des partenaires universitaires et gouvernementaux de Brisbane et de l'État du Queensland pour répondre à l'étendue de la Agenda ISR2021.

SRI2021 offre une gamme d'opportunités pour se réunir en personne à Brisbane, en Australie. C'est une excellente occasion d'échapper au monde des appels Zoom et de rencontrer votre prochain partenaire de projet, collaborateur, collègue ou mentor.


Le Conseil scientifique international est un sponsor du Congrès SRI, et vous pouvez rencontrer des représentants du Conseil, ainsi que de ses programmes et projets financés, lors des sessions suivantes :

Plénière 3 : Construire la résilience pour un monde post-Covid

Lundi, 14 juin
12h00 - 14h00 CEST

La résilience n'est pas simplement « rebondir », c'est être prêt à apprendre et à s'adapter, voire à se transformer, afin de maintenir le fonctionnement essentiel d'un système. Nous avons besoin que notre système socio-écologique planétaire, qui fournit le support de vie à l'humanité, soit résilient. D'une part, nous savons que nos modèles économiques et modes de consommation actuels ne peuvent être durables, surtout dans un monde plus égalitaire. D'un autre côté, de nombreuses réponses à la pandémie ont montré que les modèles mentaux de ce qui est économiquement possible et souhaitable peuvent changer très rapidement.

En savoir plus et réserver une place.

Invités :

Pierre Gluckman

Président élu de l'ISC ; Koi Tū : le Centre pour un avenir informé de l'Université d'Auckland

Leena Shrivastava

Directeur général adjoint pour la science de l'Institut international d'analyse des systèmes appliqués (IIASA), Autriche

Scientifiques en exil – Une méta-vue de l'impact de l'incertitude et des risques en cours pour les scientifiques et la production scientifique (Forums)

dimanche 13 juin 2021   
11h00 – 12.00hXNUMX CEST

Les urgences humanitaires et les catastrophes déplacent des millions de personnes. Parmi eux se trouvent des scientifiques, des médecins, des ingénieurs et d'autres ayant une formation universitaire et technique avancée. Le déplacement forcé a des conséquences dévastatrices sur l'entreprise scientifique – les connaissances et les personnes se perdent.

Il y a peu de reconnaissance des scientifiques réfugiés et déplacés, ni de leur potentiel ni de leurs besoins. Ne pas préserver le travail de ces scientifiques (et aspirants scientifiques) entraîne une perte tragique de connaissances à l'échelle mondiale et a des conséquences dévastatrices car les pays perdent leurs experts et leurs éducateurs. Permettre aux scientifiques de maintenir des carrières intéressantes et de créer de nouvelles collaborations préservera non seulement leurs recherches, mais permettra également aux communautés de bénéficier de leurs précieuses connaissances, y compris la possibilité de reconstruire leurs pays à l'avenir.

Les programmes de soutien aux scientifiques déplacés sont peu nombreux et fragmentés. Jusqu'à présent, il n'y a pas eu d'effort mondial unifié pour identifier et défendre les scientifiques concernés, où ils peuvent se réunir pour le soutien de leurs pairs, exprimer leurs préoccupations ou rechercher des opportunités - et la recherche sur ces questions est limitée. Une nouvelle initiative, lancée en mars 2021, vise à créer une telle plate-forme mondiale et un réseau qui répond aux besoins des scientifiques réfugiés et déplacés et plaide pour une réponse mondiale coordonnée.

Organisée par le Conseil international des sciences (ISC), en collaboration avec l'Académie mondiale des sciences (TWAS) et l'InterAcademy Partnership (IAP) sous l'égide de Science International, cette session réunira un groupe de réfugiés et déplacés en début et en milieu de carrière. scientifiques travaillant dans le domaine de la durabilité et de la résilience socio-environnementales. En utilisant une approche humaniste de la préservation de la science, la session s'appuiera sur les propres récits de scientifiques en exil pour explorer l'impact du déplacement ; les défis et la reconstruction ; les avantages du soutien et de l'intégration, et comment la communauté scientifique peut réagir.

En savoir plus et réserver une place.

Invités : 


Vivi Stavrou
Secrétaire exécutif, Comité pour la liberté et la responsabilité dans la science, Bureau scientifique supérieur, ISC.


Pierre McGrath
Coordonnateur, Partenariat InterAcademy

  • Trois autres intervenants qui sont eux-mêmes des scientifiques déplacés, réfugiés, exilés :
Saja Al Zoubi

Dr Saja Al Zoubi

Dr. Al Zoubi est un économiste du développement qui se spécialise et enseigne le genre et la migration forcée et la politique au Moyen-Orient. Ses recherches se sont concentrées sur les questions de genre et de développement rural, y compris les questions d'autonomisation des femmes, et son rôle dans le développement. Depuis que la guerre a éclaté en Syrie, sa préoccupation a été de rechercher des moyens d'améliorer les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des ménages touchés (PDI et réfugiés), en particulier les ménages dirigés par des femmes. Elle examine les réponses du pays hôte à travers ses politiques et politiques qui déterminent les moyens de subsistance des réfugiés. Dr. Al Zoubi est maître de conférences au Département de politique et de relations internationales (DPIR), Université d'Oxford. Elle a travaillé comme tutrice et chargée de recherche au département d'Oxford pour le développement international (ODID) et au Christ Church College de l'Université d'Oxford. Actuellement, elle est chercheuse invitée à l'Université de Glasgow en tant que mentor du « Master international en éducation des adultes pour le changement social (IMAESC) (Erasmus Mundus) ». Saja travaille depuis environ 15 ans dans des fondations universitaires/de recherche et des Nations Unies et des ONG à l'étranger. Elle a mené des études approfondies en Syrie et au Liban. Le Dr Al Zoubi est récipiendaire de nombreux prix et bourses d'universités et de fondations internationales et régionales. 

Dr Kaan

Le Dr Kaan est un biologiste spécialisé en biotechnologie végétale et en génétique moléculaire.

Docteur Sony

Le Dr Sony est un géographe humain spécialisé dans le pastoralisme, qui étudie les politiques de développement et d'environnement, la gestion et l'accès aux parcours et aux ressources naturelles, les connaissances autochtones et le changement climatique.

Stratégies pour renforcer la science transdisciplinaire de la durabilité dans les pays du Sud (Forums)

Lundi 14 juin 2021  
9h00 - 10h30 CEST

La recherche transdisciplinaire (DT) – c'est-à-dire la recherche impliquant des partenaires universitaires et non universitaires – est de plus en plus considérée comme importante pour développer des solutions à des défis socio-environnementaux complexes. De plus en plus de bailleurs de fonds s'intéressent à la recherche transdisciplinaire et l'encouragent à travers des programmes de recherche. Dans le même temps, les chercheurs universitaires qui souhaitent s'engager dans une recherche transdisciplinaire sont confrontés à des obstacles structurels et systémiques qui peuvent entraver l'efficience, l'efficacité et l'appréciation de leur travail et qui peuvent même nuire à leur carrière. Les défis deviennent encore plus aigus dans les contextes de recherche internationaux et pour les chercheurs des pays du Sud.

De plus, parmi le nombre croissant de centres de recherche consacrés à la durabilité dans le monde, seuls quelques-uns ont été établis dans des pays à revenu faible ou intermédiaire ; il y a donc un besoin urgent de construire des infrastructures et des capacités locales et nationales dédiées à la science transdisciplinaire de la durabilité dans les pays du Sud. De tels centres d'expertise doivent à la fois aborder les questions de R&D locales et régionales et devenir des espaces innovants de recherche transdisciplinaire.

Cette session invitera à la présentation et à la discussion des avantages et des défis, académiques et non académiques, de diverses stratégies de renforcement des capacités pour la recherche transdisciplinaire sur la durabilité, à partir de programmes de recherche à court terme tels que Leading Integrated Research for Agenda 2030 en Afrique (LIRA 2030) et Transformations to Sustainability (T2S, un programme conjoint du Belmont Forum et de NORFACE), à la mise en place d'infrastructures et de capacités dans les pays du Sud. Les questions abordées incluront les défis auxquels est confrontée la recherche transdisciplinaire sur le développement durable dans les pays du Sud, les mérites relatifs des initiatives à court et à long terme, la conception et la mise en œuvre optimales de programmes de recherche transdisciplinaire, ainsi que la situation et les besoins des chercheurs en développement durable en début de carrière dans les pays du Sud.

En savoir plus et réserver une place.

Invités : 


Zarina Patel
Université de Cape Town, Afrique du Sud (Modérateur)


Shuaib Lwasa
Université Makerere, Ouganda


Flurina Schneider
ISOE – Institut de recherche socio-écologique, Université Goethe de Francfort


Joanes Atela
Centre africain d'études technologiques, Kenya


Anabel Marin
Institut d'études du développement, Université du Sussex

Perspectives critiques des sciences sociales sur les transformations vers la durabilité – cadrages et approches émergents  (Session)

Lundi, 14 juin 2021
11h00 - 12h00 CEST 

L'accent mis récemment dans les évaluations scientifiques et les cadres politiques sur le besoin urgent de transformations vers la durabilité signale deux choses : la reconnaissance des dimensions sociales des problèmes environnementaux ; et, la reconnaissance que nous avons besoin d'approches innovantes et visionnaires pour relever les défis sociétaux. Le discours sur les transformations implique que des changements profonds sont nécessaires dans les systèmes sociaux et économiques, les structures, les valeurs et les pratiques qui perpétuent les problèmes socio-écologiques contemporains. Cela suggère le besoin d'innovation dans la science de la durabilité, de remettre en question les structures de pouvoir et d'ouvrir des espaces pour valoriser une diversité de connaissances. Cela met l'accent sur la co-conception et la coproduction avec les parties prenantes, en ancrant les transformations de la durabilité dans des contextes spécifiques et en renforçant le potentiel de rendre le changement transformateur pertinent pour les acteurs locaux. Il est largement admis que les sciences sociales peuvent apporter une contribution vitale à la compréhension et à la conduite des transformations de la science et de la société dont nous avons besoin. Cependant, jusqu'à présent, il n'y a eu qu'un succès limité dans l'application des connaissances des sciences sociales aux efforts visant à éliminer les obstacles sociopolitiques à la durabilité, ou, de même, à utiliser la capacité des sciences sociales pour éclairer l'action pratique, pour construire des pratiques propices au changement transformateur . Cette session est une occasion de présenter et de discuter de manière critique des approches conceptuelles et méthodologiques émergentes dans la recherche en sciences sociales pour la durabilité. Contributeurs du Belmont Forum–NORFACE Transformations vers la durabilité Le programme discutera des défis conceptuels et méthodologiques et réfléchira à ce qui pourrait constituer une transformation dans des endroits spécifiques, y compris comment cela pourrait éclairer une action plus large. Les questions incluent : Quelle(s) contribution(s) les sciences sociales peuvent-elles apporter à notre(s) vision(s) du changement transformateur et de la durabilité ? Comment les sciences sociales et naturelles pourraient-elles se compléter plus efficacement ? Comment pouvons-nous tirer parti de diverses connaissances et perspectives dans les conversations sur la transformation ?

En savoir plus et vous inscrire.

Invités : 


Sarah Moore
Conseil international des sciences (modérateur)


Fabio de Castro
Université d'Amsterdam, Pays-Bas


Akriti Jain
Institut indien des sciences, Bangalore, Inde


Silke Beck
Centre Helmholtz pour la recherche environnementale, Allemagne


Sabine Luning
Université de Leiden, Pays-Bas


Shreya Chakraborty
SACIWATERS, Inde


Mathew Bukhi Mabele
Université de Dodoma, Tanzanie


Éléonore Fisher
Institut nordique d'Afrique, Suède

Financer la science pour la durabilité mondiale (Session) 

Mardi, 15 Juin 2021
9h00 - 10h00 CEST

La mobilisation d'une action scientifique mondiale durable est impérative si nous voulons réaliser l'Agenda 2030 et les 17 objectifs de développement durable (ODD). Pour libérer tout le potentiel de la science pour atteindre les ODD dans le court laps de temps qui reste, il faut un changement de système dans la manière dont la science est menée, exploitée, évaluée et financée. « Decade of Global Sustainability Science Action », dirigée par le Conseil international des sciences en partenariat avec Future Earth, Belmont Forum, l'Agence suédoise de coopération au développement, la Fondation nationale pour la science des États-Unis, la Fondation nationale pour la recherche d'Afrique du Sud, le Centre de recherche pour le développement international, UK Research and Innovation et Institut international d'analyse des systèmes appliqués - cherche à catalyser une action collective parmi les bailleurs de fonds scientifiques pour accélérer l'impact de la science et du financement de la science sur la réalisation des ODD. Ensemble, les bailleurs de fonds scientifiques sont dans une position de force et peuvent avoir un impact à plus long terme à une échelle supérieure à ce qu'un acteur pourrait réaliser seul.

Grâce à l'initiative décennale, les bailleurs de fonds scientifiques et la communauté de la recherche promeuvent la recherche axée sur la mission qui exploite les connaissances axées sur les solutions de tout le spectre des disciplines et approches scientifiques, y compris la recherche fondamentale ; adopte une approche systémique; et éclaire les politiques et l'action publique grâce à un engagement avec les décideurs et les innovateurs pertinents du monde des politiques, de la société civile et des affaires. Ce type de recherche nécessitera des transformations systémiques des systèmes scientifiques, ce qui constitue une responsabilité systémique, partagée par les scientifiques eux-mêmes, les institutions dans lesquelles ils travaillent et les bailleurs de fonds scientifiques qui influencent et financent les programmes prioritaires.
En avril 2021, le Forum mondial des bailleurs de fonds réunira les dirigeants des agences nationales de financement de la recherche, des agences internationales d'aide au développement, des fondations privées et des institutions scientifiques pour explorer comment soutenir de manière collaborative les missions scientifiques qui seront essentielles pour accélérer la mise en œuvre des ODD au cours de la prochaine décennie.

En savoir plus et vous inscrire.

Invités :


Katsia Paulavets
Agent scientifique principal, Conseil scientifique international (modérateur)


Albert van Jaarsfeld
IIASA


Maria Uhlé
NSF


Anna Maria Oltorp
Asdi

Innovations technologiques dans l'éducation pour aider à atteindre les ODD (Session)

Mardi, 15 Juin 2021
10h00 - 11h30

La session sera basée sur et poursuivra les travaux en cours de la COVID Education Alliance (COVIDEA). COVIDEA a été créé en réponse aux problèmes systémiques des systèmes éducatifs actuels, mis à nu par la pandémie de COVID-19. Ces systèmes n'ont pas fondamentalement changé au cours des 150 dernières années et ne sont pas encore complètement passés à l'ère numérique, et ne sont pas non plus équipés pour répondre aux chocs externes comme une pandémie.

COVIDEA cherche à rendre les outils numériques et les ressources connexes plus facilement compréhensibles et disponibles pour les décideurs politiques, les éducateurs et les apprenants du monde entier, pour aider à transformer les systèmes éducatifs et les adapter à un monde en évolution rapide et de plus en plus numérique, complexe et interconnecté. Au cœur de l'approche COVIDEA se trouve la reconnaissance du potentiel de transformation de l'éducation pour aider les gens à développer leurs connaissances, leur caractère, leur jugement, leur résilience, leur conscience sociale et une citoyenneté responsable et active. Les systèmes éducatifs rénovés soutenus par les technologies numériques ont le potentiel de contribuer de manière substantielle à la réalisation des ODD et des objectifs climatiques, et d'aider les sociétés à passer à des modèles de développement plus durables, résilients et équitables.

L'objectif de cette session SRI sera de présenter et de discuter de l'approche COVIDEA dans le but d'obtenir des commentaires pour l'améliorer et de solliciter de nouveaux partenariats pour l'opérationnaliser, en tant que contribution à la construction de l'avenir de l'éducation.

En savoir plus et réserver une place.


Mathieu Denis
Conseil scientifique international (président)


Veerle Vandeweerd
Partenaire co-fondateur, P4TT et co-organisateur, COVIDEA

Les origines et la philosophie de COVIDEA – Le COVIDEA Primer.bine Luning


Georgios Kostakos Directeur exécutif, FOGGS et co-organisateur, COVIDEA

L'agora de l'éducation numérique – Apprentissage et mise en réseau dans le cyberespace


Louis Névés
PDG, GeSI

Le mouvement numérique avec un objectif – La contribution du secteur privé à l'éducation et à la durabilité.

Faire preuve de leadership dans la science du développement durable : leçons du Sud et au-delà de l'académie (Session)

Mardi, 15 Juin 2021
11h00 - 12h00 CEST 

Cette session facilitera l'apprentissage de l'expérience dans le leadership de la recherche internationale sur la durabilité dans les pays du Sud. Les initiatives internationales de recherche sur et pour la durabilité se multiplient, en réponse à la reconnaissance croissante du caractère mondial et interconnecté des défis de la durabilité. Il existe simultanément une demande croissante pour que la recherche sur la durabilité soit menée en collaboration avec des acteurs ou des membres de la société concernés par des problèmes spécifiques (dans des configurations dites « recherche transdisciplinaire »), pour accroître la légitimité et la pertinence de la recherche ainsi que la probabilité de son éventuelle prise en compte dans la politique et l'action. Ces nouvelles demandes soulèvent un certain nombre de questions : Quels sont les avantages uniques de la recherche sur le développement durable conçue et dirigée depuis les pays du Sud et/ou avec les parties prenantes sociétales ? Quelles sont les expériences des chercheurs du Sud et non universitaires occupant des rôles de premier plan dans la recherche internationale et transdisciplinaire pour la durabilité ? Qu'est-ce que l'établissement universitaire a à apprendre des pays du Sud et des non-universitaires sur la recherche pour la durabilité ? Comment les bailleurs de fonds de la recherche peuvent-ils éviter de perpétuer par inadvertance les inégalités et les injustices dans le système scientifique mondial ? La discussion sera lancée par des représentants d'équipes de recherche internationales dans deux programmes de recherche pionniers du Conseil international des sciences : Mener la recherche intégrée pour l'Agenda 2030 en Afrique (LIRA 2030) les nouveautés Transformations vers la durabilité (T2S) programme (un programme commun avec le Belmont Forum et NORFACE). Le public sera invité à partager ses propres réflexions sur des expériences de leadership ou de participation à des initiatives de recherche internationales ou nationales. Le résultat de la session sera une riche collection d'idées et de suggestions de modèles pour une organisation et un financement plus progressifs et inclusifs de la science collaborative internationale pour la durabilité.

En savoir plus et réserver une place.

Invités : 


Joanes Atela
Centre africain d'études technologiques, Kenya (modérateur)


Déborah Darko
Institut de recherche sur l'eau du Conseil pour la recherche scientifique et industrielle, Ghana


D.Parthasarathy
Institut indien de technologie, Bombay, Inde


Sylvie Croese
Université du Witwatersrand, Afrique du Sud


Gladman Thondhlana
Université de Rhodes, Afrique du Sud

Passer au contenu