Réduction des risques de catastrophe

L'ISC, et son prédécesseur l'ICSU, participent depuis longtemps à la coordination de la recherche internationale sur les risques de catastrophe.

Examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe

2023 marque le milieu de la période de mise en œuvre du Cadre Sendai pour la prévention des catastrophes, offrant une occasion majeure d'examiner et de renforcer la mise en œuvre du cadre à l'horizon 2030 et, surtout, de renforcer l'intégration avec d'autres accords internationaux, notamment l'accord de Paris et le programme de développement durable à l'horizon 2030. Cet exercice de bilan examinera les progrès réalisés à ce jour, l'évolution du contexte - y compris en ce qui concerne la pandémie de COVID-19 et d'autres crises mondiales - et les opportunités de s'attaquer aux causes profondes sous-jacentes des catastrophes et des processus de création de risques qui s'étendent à tous les secteurs et à toutes les échelles.

Dans ce contexte, l'ISC a mis en place un groupe d'experts multidisciplinaire pour contribuer au processus d'examen à mi-parcours (MTR) dirigé par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR). Le groupe est chargé d'élaborer un rapport succinct qui sera publié début 2023 et sera annexé au rapport principal dirigé par l'UNDRR. Ce rapport de l'ISC constituera une précieuse contribution de la part du Grand groupe de la communauté scientifique et technologique dans la rédaction de l'UNDRR MTR. Le rapport vise à utiliser les connaissances scientifiques de toutes les disciplines pour traiter les risques de manière plus globale et améliorer la prévention et la préparation.

Les conclusions de l'examen à mi-parcours éclaireront une déclaration politique négociée qui sera adoptée lors de la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies sur l'examen à mi-parcours du cadre de Sendai en mai 2023. Elle alimentera également le Forum politique de haut niveau 2023 , le Sommet sur les ODD et le Dialogue de haut niveau sur le financement du développement lors de la 78e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.


Groupe d'experts

  • Roger Pulwarty (coprésident), scientifique principal, US National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), États-Unis
  • Rathana Péou Norbert-Munns (Coprésident), Expert en prospective climatique et en développement de scénarios à la FAO et ancien coordinateur des scénarios pour l'Asie du Sud-Est au CCAFS, Cambodge
  • Kristiann Allen, secrétaire exécutif, International Network for Government Science Advice, Nouvelle-Zélande
  • Angela Bednarek, directeur, projet de preuves, the Pew Charitable Trusts, États-Unis
  • Charlotte Benson, spécialiste principal de la gestion des risques de catastrophe, Banque asiatique de développement, Philippines
  • Alonso Brenes, Faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO), Costa Rica
  • Maria del Pilar Cornejo, Directeur, Centre international du Pacifique pour la réduction des risques de catastrophe, Équateur
  • Olivier Costello, Chef de projet – Connaissances traditionnelles (Conservation Futures), Bush Heritage Australia, Chef d'équipe – Propriété intellectuelle culturelle autochtone (ICIP) Stratégie et résultats autochtones, NSW Department of Planning and Environment, Australie
  • Suzanne Cutter, professeur émérite, Université de Caroline du Sud et codirecteur, Hazards Vulnerability & Resilience Institute Directeur, IRDR International Center of Excellence (ICoE-VaRM), États-Unis
  • Bapon Fakhrouddine, Tonkin & Taylor IRDR-CODATA co-président de travail, Nouvelle-Zélande
  • Victor Galaz, directeur adjoint, Stockholm Resilience Center, Suède
  • Franziska Gaupp, Directeur, Food Systems Economics Commission, Allemagne
  • Satoru Nishikawa, Professeur, Centre de recherche sur l'atténuation des catastrophes, Université de Nagoya, Japon
  • Aromar Revi, Institut indien des établissements humains, Inde
  • Albert Salamanque, chercheur principal, Stockholm Environment Institute Asia Center, Thaïlande
  • Pauline Scheelbeek, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Directeur – Centre collaborateur de l'OMS, Pays-Bas
  • Renato Solidum, Sous-secrétaire à la réduction des risques de catastrophe - Adaptation au changement climatique, Département des sciences et de la technologie et responsable, Institut philippin de volcanologie et de sismologie, Philippines

Contexte et travaux antérieurs

En 2008, la division de  Programme de recherche intégrée sur les risques de catastrophe (IRDR) a été créé, qui a commencé à fonctionner en 2010 et s'appuie sur des décennies de travail des membres GeoUnion de l'ISC. Tous les deux UNISDR & CISS sont co-parrains. La création de l'IRDR découle de la reconnaissance du besoin d'une science interdisciplinaire pour résoudre les problèmes les plus urgents dans le domaine.

Sur la base de son bilan à la conférence Rio+20 sur le développement durable, l'ICSU a été invité en 2014 par Margareta Wahlström, responsable de l'UNISDR (aujourd'hui UNDRR), à coordonner et représenter la communauté scientifique et technologique dans le cadre des préparatifs de la 3e Conférence mondiale sur le développement durable. Réduction des risques de catastrophe, Sendai, mars 2015. Cette conférence a adopté un nouvel accord mondial post-2015, le Cadre Sendai pour la prévention des catastrophes – assurer le suivi du Cadre d'action de Hyogo de 2005.

L'ICSU a plaidé en faveur d'une base scientifique solide pour ce cadre, notamment lors des deux réunions du Comité préparatoire de la conférence, tenues les 14-15 juillet et 17-18 novembre 2014 à Genève. Le cadre de Sendai, adopté lors de la troisième Conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophe, contient une forte reconnaissance de l'importance de la science dans le domaine de la RRC et offre de nombreuses pistes à la communauté scientifique pour aider à mettre en œuvre le cadre dans les années à venir.

L'ISC travaille également en étroite collaboration avec l'IRDR et la communauté scientifique au sens large pour stimuler la science intégrée qui répond aux priorités du cadre de Sendai et pour soutenir l'adoption de la science dans les communautés politiques et pratiques. Des exemples de nos activités incluent une forte présence à la Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe 2017 (22-26 mai 2017, Cancún), notamment par le biais d'une série de notes d'orientation, l'identification des principaux domaines de collaboration et des lacunes dans les connaissances à travers l'IRDR, Future Earth et PMRC programmes, partenariat avec le Conseil scientifique du Japon, l'UNISDR et d'autres pour l'organisation d'un Forum mondial sur la science et la technologie pour la résilience aux catastrophes 2017 en novembre 2017 au Japon.

En 2019, la division de ISC a lancé des notes d'orientation avant la Plateforme mondiale des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophe (GP2019) pour fournir des messages clés aux décideurs politiques sur les données sur les pertes dues aux catastrophes et les synergies entre les principaux accords mondiaux du Cadre de Sendai sur la réduction des risques de catastrophe, l'Accord de Paris et les ODD.

En 2022, l'ISC a participé au Septième session de la Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe (GP2022). La contribution d'ISC au GP2022 comprenait une série de notes d'orientation fournir des messages et des recommandations clés destinés aux responsables politiques et aux décideurs à différents niveaux de gouvernance, du local au mondial, sur la manière de faire progresser la RRC et le développement durable en comblant le fossé science-pratique au niveau local ; sur l'adoption d'approches multirisques pour la réduction des risques sur la base des profils d'information sur les dangers de l'UNDRR/ISC ; et sur l'utilisation de différentes données de domaine pour améliorer la gestion des catastrophes. À événement parallèle, l'ISC a plaidé en faveur de la nécessité urgente de combler le fossé entre les connaissances et l'action au niveau local dans le but d'améliorer la gestion des risques de catastrophe. L'ISC a également élaboré sur la condition préalable à la prise en compte de la vulnérabilité aux catastrophes aux niveaux mondial et régional lors d'une Présentation de la scène Ignite.


Restez à jour : la science pour la réduction des risques de catastrophe

Rejoignez plus de 2,200 XNUMX abonnés dans le monde pour recevoir des mises à jour occasionnelles sur recherche internationale sur la réduction des risques de catastrophe, ainsi que opportunités pertinentes pour la communauté scientifique - comme participer à l'élaboration des politiques mondiales et aux processus des Nations Unies et soutenir et informer les voies vers un développement tenant compte des risques.

Ce bulletin transmet les contributions de différents réseaux scientifiques travaillant sur la réduction des risques de catastrophe et est convoqué par le groupe majeur de la communauté scientifique et technologique coordonné par le Conseil scientifique international.

* obligatoire
Quelle(s) newsletter(s) souhaitez-vous recevoir ?

Explorez les archives des numéros précédents :


Projets pertinents

Voir d'autres projets dans notre courant Plan d'action 2022-2024.

Partagez :

Passer au contenu