Le développement humain doit devenir relationnel

Facundo García Valverde soutient que les facteurs sociaux et environnementaux rendent inégales les capacités des individus. Les institutions, les politiques, les lois et les normes sociales en particulier ont une influence considérable sur la formation des capacités des personnes. Le développement humain doit donc intégrer une prise en compte spécifique des relations égalitaires car il existe un lien étroit entre l'inégalité et le manque de libertés précieuses.

Le développement humain doit devenir relationnel

Deux personnes ont des billets pour un concert de rock. L'un vit dans un quartier pauvre et l'autre dans un quartier bourgeois. Alors que ce dernier arrive tôt au concert, le premier arrive pendant la quatrième chanson car la police l'a arrêté et interrogé sans autre raison que son emplacement et sa couleur de peau.

Deux femmes passent le même temps sur leur lieu de travail mais l'une (l'enseignante) sent que ses talents sont reconnus et estimés par leur communauté tandis que l'autre (la femme de ménage) perçoit que ses talents sont subalternes et indignes de reconnaissance.

Deux actionnaires sont fortement en désaccord lors d'une réunion sur une décision de l'entreprise. Le conseil prend l'attitude agressive de l'homme comme signe de détermination mais l'attitude agressive de la femme comme signe d'être incontrôlable et animé par les passions ; le premier obtient une promotion et le second une réputation.

Qu'est-ce qui rend ces trois exemples problématiques d'un point de vue normatif ? Le problème n'est pas la violation d'un droit, ni la quantité d'interférences directes sur leurs choix, ni l'inégalité distributive entre eux. Chacun peut faire ce qu'il préfère, personne n'est si pauvre qu'il doive accepter des offres coercitives, et il semble qu'il n'y ait aucune loi ou institution formelle qui entrave totalement la satisfaction, par exemple, du droit à la libre circulation. Alors, y a-t-il un problème normatif dans ces exemples ?

La communauté du développement humain s'engage à répondre par l'affirmative. Les trois exemples illustrent comment les capacités précieuses sont diminuées par des contraintes structurelles qui ne sont pas exclusivement la responsabilité d'un individu en particulier. Ce n'est pas le membre individuel de la communauté scolaire ni le conseil d'administration qui restreignent volontairement les libertés réelles de la femme de ménage ou de la femme actionnaire. Ce sont des facteurs sociaux et environnementaux qui rendent les ensembles de capacités inégaux : le profilage racial et les stéréotypes influencent la conversion de la même quantité de ressources en différents niveaux d'accès et de liberté de mouvement et affectent notre imagination ; les signes hiérarchiques de statut et de reconnaissance attachés aux postes et aux emplois affectent les capacités d'affiliation, en exprimant le message symbolique que certains travailleurs sont plus dignes que d'autres ; les pratiques sexistes au travail nuisent à la capacité des femmes à démontrer leur valeur épistémique sur un pied d'égalité avec les hommes, produisant une communauté de connaissances biaisée.

Alors que la percée initiale du développement humain a été sa reconceptualisation significative de la pauvreté comme un manque individuel de capacités fondamentales, il a, dans une certaine mesure, intégré l'influence des contraintes structurelles dans les « êtres et faire » disponibles pour un individu. Par exemple, le Rapport sur le développement humain de 2004 s'est concentré sur la façon dont les identités raciales et culturelles façonnent les libertés réelles des individus, et comment l'appartenance à certaines minorités était un indicateur fiable de la pauvreté en termes de capacités. Le Rapport sur le développement humain 2019 a considérablement élargi son attention au-delà des capacités de base et s'est concentré sur la façon dont une myriade d'inégalités (telles que le genre, le pouvoir, la santé, l'éducation et l'origine ethnique) non seulement se consolidaient, mais se diversifiaient également à travers une accumulation de désavantages tout au long de la vie.

Dans le même sens mais dans le domaine conceptuel, Ingrid Robeyns a à condition de une formidable défense de l'absolue indispensabilité d'incorporer des contraintes structurelles dans tout projet ou évaluation qui prétend respecter les principes de base et les modules d'une théorie capacitaire. Selon elle, les institutions, les politiques, les lois et les normes sociales ont une influence considérable à la fois sur les facteurs de conversion des personnes et sur la formation des capacités des personnes, même des capacités telles que l'amitié ou l'estime de soi qui ne dépendent pas des ressources matérielles.

Malgré cette étape initiale, l'inégalité dans le développement humain va plus loin que ce qu'elle est identifiable au niveau des institutions formelles, des lois et des politiques. Comme nos trois premiers exemples visent à le montrer, elle se situe fondamentalement au niveau des normes sociales et informelles qui constituent et structurent les valeurs, les attitudes et les croyances avec lesquelles les individus et les groupes se rapportent les uns aux autres. En d'autres termes, les relations entre les individus sont médiatisées par un ensemble de croyances, de préjugés, d'attitudes et d'attentes qui ne pourraient pas être entièrement couverts par les normes formelles et juridiques.

Par exemple, il est non seulement conceptuellement possible mais aussi sociologiquement prévisible de trouver une société qui a adopté des actions positives ou des politiques de compensation et qui est toujours raciste, misogyne et ségréguée. Il en est ainsi parce que les politiques et les lois, dans de nombreux cas, laissent intactes les normes et pratiques sociales qui justifient les hiérarchies de valeur, les évaluations différentielles, la subordination et l'exclusion des membres défavorisés des communautés.

Cela suggère que le développement humain doit intégrer une prise en compte spécifique des relations égalitaires – si c'est le cas (et je pense que c'est le cas) qu'il existe un lien fort entre l'inégalité et le manque de libertés précieuses. Comme je le montrerai ensuite, « l'égalitarisme relationnel » offre une telle explication qui est attrayante du point de vue du développement humain.

L'égalitarisme relationnel est une conception de la justice sociale qui soutient que l'objectif principal n'est pas la réalisation d'une distribution juste ou égale entre les individus mais, au contraire, la réalisation d'une communauté dont les membres peuvent se rapporter les uns aux autres en termes égalitaires - c'est-à-dire sans faisant appel à des divisions de statut, des catégories hiérarchiques ou des classements de valeur (voir les travaux d'Elizabeth Anderson, Jonathan Wolff, Carina Fourie et Schemmel par exemple). Par conséquent, il s'oppose aux systèmes d'apartheid et de caste, à la ségrégation et aux ordres de noblesse car ils impliquent une division hiérarchique par laquelle certains membres sont supérieurs et d'autres inférieurs.

En se concentrant sur les relations interpersonnelles et intergroupes, cette conception égalitaire a développé des outils et des arguments conceptuels afin de construire une perspective critique sur les bases sociales et les pratiques d'une société inégalitaire. L'inégalité n'étant plus conçue comme un problème purement distributif, ses aspects relationnels émergent. Les stéréotypes, les préjugés implicites et les préjugés explicites, les signes de statut, les biens positionnels et les attitudes de dédain et de déférence sont autant d'éléments qui structurent ces relations inégalitaires ; puisque ces éléments sont ancrés dans des contextes spécifiques, consolidés dans les pratiques et reproduits à travers des récompenses ou des réprimandes, ils sont plus stables et donc plus difficiles à changer.

En analysant si telle ou telle politique, ou tel ou tel transfert de ressources, favorise des relations égalitaires, nous devons examiner à la fois le résultat réel et le processus. Par exemple, un égalitaire relationnel a des ressources conceptuelles pour une critique forte des rampes pour fauteuils roulants qui sont conçues et construites avec négligence, des soins médicaux fournis aux groupes autochtones qui les humilient et les infantilisent, des stigmates attachés à la protection sociale axée sur les personnes pauvres et du prestige et statut accordé à certains emplois ou talents naturels et pas à d'autres. Tous ces cas montrent que tant au niveau de la délibération que de la conception, des éléments de relations inégalitaires (émotion de pitié, attitude condescendante, espace public privilégié valide et désir fétichiste de statut) sont identifiables et doivent être critiqués.

La proposition de ce texte est que le développement humain devrait devenir relationnel ou, au moins, incorporer une préoccupation explicite quant à l'impact des normes et des relations sociales sur les libertés précieuses. La raison fondamentale est que la stigmatisation, la subordination, la domination et les hiérarchies influencent de manière spécifique ces libertés. Cette influence peut être enregistrée à deux niveaux : l'individuel et le communautaire. Concernant le premier, lorsque les traits des relations inégalitaires sont répandus dans une société, ils restreignent la réflexion critique sur ce qu'un individu valorise en privilégiant une conception dominante de ce qui a de la valeur. Concernant le second, ces mêmes éléments affectent les niveaux d'empathie et d'engagement entre les membres de différents groupes de statut et entravent les conditions sociales nécessaires pour étendre les libertés individuelles réelles.

L'incorporation de cet aspect relationnel dans le concept de développement humain ouvre un nouvel agenda, qui appelle un travail interdisciplinaire qui dépasse la portée limitée de ce texte. Sans aucune intention d'exhaustivité, trois dimensions sont dignes d'attention.

Premièrement, concernant la dimension individuelle, la reconnaissance et l'estime obtenues par un individu doivent être analysées de manière relationnelle : comment se faire appeler des noms, être harcelé au lycée ou ne pas avoir certaines qualités estimées par votre communauté (comme la beauté, l'argent, les vêtements ) impact sur sa confiance en soi, son sens de la reconnaissance et dans la poursuite d'êtres et d'actions de valeur ?

Deuxièmement, concernant la dimension du travail, le prestige et le statut attachés aux postes bien rémunérés suscitent une question relationnelle : comment une culture de compétition dans un environnement de travail impacte-t-elle sur les libertés dont jouissent les « gagnants » et les « perdants » et sur les relations entre ces deux groupes ?

Troisièmement, concernant la dimension politique : comment les stéréotypes ethniques ou de genre imposent-ils un fardeau plus lourd aux minorités et aux individus opprimés qui participent politiquement ou activement à la vie de leur communauté ?

Le concept de développement humain est une invention majeure du monde académique qui a transcendé ses propres frontières et a obtenu une certaine reconnaissance politique dans les documents et institutions internationaux et nationaux. Une réarticulation du processus devrait viser à franchir encore plus de frontières et devenir un discours public accessible non seulement aux pauvres mais aussi à ceux dont les libertés sont limitées par les inégalités sociales.


Facundo García Valverde est professeur de développement humain à la Faculté latino-américaine des sciences sociales (FLACSO) et chercheur au Centre de recherche argentin (CONICET). Il a été boursier Fulbright et a publié plusieurs articles et chapitres de livres dans différentes revues internationales (Dianoia, Análisis Filosófico, Revista Latinoamericana de Filosofía et Revue d'Ethique et d'Economie entre autres). Ses domaines de recherche sont les fondements normatifs de l'approche par les capabilités, le républicanisme et l'égalitarisme relationnel.

Image de couverture : par 900hp on Flickr

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu