Rendre la transdisciplinarité réelle : des transformations soutenant la recherche transdisciplinaire

Le mouvement de transdisciplinarité (TD), initié par la reconnaissance des problèmes écologiques et sociétaux complexes avec lesquels nous luttons actuellement, est désormais adopté par de nombreuses institutions. Cependant, pour résoudre les problèmes « épineux » auxquels nous sommes confrontés, nous devons reconnaître la valeur du TD pour transformer, au-delà de la simple rhétorique, une transformation institutionnelle innovante en un outil de changement transgressif. Christian Pohl appelle cela la « communauté des transdisciplinaires » en constante expansion, lorsqu'il a énuméré le nombre de plates-formes diverses qui existent déjà, tant au sein qu'à l'extérieur du monde universitaire.

Rendre la transdisciplinarité réelle : des transformations soutenant la recherche transdisciplinaire

Le dialogue ouvert et le partenariat avec la société constituent une partie importante de la recherche TD, d'autant plus que la communauté au sens large s'associe à des projets de recherche en tant que scientifiques citoyens. Même si le principal système académique de « silos disciplinaires » structurés reste fermement en place, les universités devront donc prendre des mesures audacieuses de transformation institutionnelle lors de l'adoption du TD. Ce n’est pas une tâche facile et nécessite une approche à trois volets : prospective, financement et adhésion.

L'Université de Pretoria en Afrique du Sud a pris l'initiative de mettre en œuvre l'approche nécessaire. En faisant de la TD une pierre angulaire de sa stratégie globale, elle a créé des voies spécifiques pour accélérer et amplifier l’impact de la recherche. Quatre plateformes de recherche ont été créées pour soutenir la recherche collaborative dédiée à la TD dans les domaines scientifiques, les disciplines et avec la société : L'Afrique du futur, Ingénierie 4.0, Centre d'art UP-Javett et de Innovation Afrique@UP.

Future Africa a été créé en tant que campus désigné qui facilite et favorise l'engagement dans la recherche TD, tout en adoptant les principes de la science ouverte en réunissant et en connectant divers collaborateurs des mondes de la science, de la politique, des affaires, de la société civile et des médias. Les chaires de recherche sur « Advancing One Health : People, Health and Places », « Sécurisation des systèmes alimentaires durables en Afrique » et des projets spécifiques basés sur le développement d'une « alphabétisation du futur » permettent aux chercheurs de travailler dans un espace neutre et sûr. La plateforme Future Africa n’étant pas liée à l’évaluation au sens académique habituel, il n’existe aucune concurrence avec d’autres facultés.

Pour les chercheurs en TD qui travaillent souvent de manière isolée, avec un financement limité et une connaissance des couloirs quelque peu étroits des facultés traditionnelles, l'expérience de rejoindre une plateforme orientée vers la recherche en TD telle que Future Africa est comme une bouffée d'air frais – un retour à la maison. on pourrait l'appeler. Le campus agit comme un centre de recherche pour connecter les réseaux du continent africain avec des acteurs mondiaux, où les chercheurs peuvent rejoindre des plateformes internationales. De cette manière, Future Africa permet une nouvelle « communauté de transdisciplinaires ». Mais plus encore, les chercheurs rencontrent, dans un environnement facilitateur, une opportunité de travailler dans un espace géré avec soin et considération, et conformément à l'article 13 de la transdisciplinarité de la Charte de transdisciplinarité de 1994 qui exige «… une compréhension partagée fondée sur un respect absolu des diversités collectives et individuelles unies par notre vie commune sur une seule et même Terre».

L'architecture institutionnelle telle que conçue pour la plateforme Future Africa doit être considérée comme une transformation positive apportée par TD, pour la recherche TD. Non seulement l’initiative Future Africa fournit la plate-forme pour un écosystème de recherche innovant où de nombreuses synergies pionnières unissent leurs forces, mais elle crée également un environnement physique qui suscite une prise de conscience écologique. Le campus possède des potagers et des jardins indigènes qui intègrent les chercheurs de Future Africa dans un environnement respectueux de l’environnement. Le mentorat collaboratif, les réseaux de facilitation et le mentorat interdisciplinaire incitent la jeune génération de chercheurs à devenir plus aventureux dans leurs domaines d'intérêt. Les vaches de la Ferme Expérimentale de la même université qui jouxte Future Africa, par exemple, écoutent Mozart pour réduire leur stress et leur production de lait s'améliore ! De manière informelle, être sur le campus Future Africa permet aux chercheurs de nouer des liens, souvent autour d'une tasse de café, parfois dans la nature, ou au sein des nombreux ateliers et événements similaires organisés par les différents départements hébergés sur ce campus écologique.

Le défi demeure : comment mesurer le succès et l’impact de nos efforts en TD ? Le jury reste en suspens sur ce défi. Cependant, même si les efforts visant à mesurer et à évaluer les projets de recherche en TD sont en cours, il pourrait être approprié d’inclure, comme mesure d’impact, la transformation institutionnelle structurelle et innovante au sein des universités provoquée par l’adoption d’une approche de TD.

Dr Hester du Plessis, chercheur principal à Future Africa et chercheur associé à la Faculté des sciences humaines : École des arts, Université de Pretoria.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu