Plan « S » doit écouter la communauté scientifique et universitaire : entretien avec Luke Drury

Alors que l'initiative du Plan S visant à ouvrir la publication savante prend de l'ampleur, nous discutons avec Luke Drury, auteur principal de la réponse d'ALLEA (ALL European Academies) au plan.

Le « Plan S » – qui vise à garantir que toutes les publications scientifiques sur les résultats de la recherche financée par des fonds publics soient disponibles gratuitement d'ici janvier 2020 – gagne de nouveaux partisans à travers le monde. Alors que ses auteurs étudient encore les détails de la manière dont l'industrie de l'édition scientifique peut effectuer la transition vers l'accès libre immédiat - informé par un consultation publique en cours – le Plan a été bien accueilli dans des pays aussi divers que l'Inde et le Canada.

Cependant, malgré l'urgence d'évoluer vers un système plus efficace de publication savante, les bailleurs de fonds qui soutiennent le Plan S doivent prendre le temps de consulter et d'écouter les préoccupations des scientifiques, selon Luke Drury, ALLEA Membre du conseil d'administration et auteur principal du Réponse ALLEA au Plan S. Luke nous a parlé à titre personnel.

Pour commencer, je me demandais si vous pouviez nous dire pourquoi l'Open Access est important pour vous et pour ALLEA ?

L'accès libre est un fondement essentiel de l'universalité de la science – de toute communication savante. Ce qu'il faut, c'est un marché libre et efficace des idées, où les personnes ayant des idées intéressantes peuvent échanger ces idées, les commenter et être informées. Celui-ci doit être ouvert à tous et être aussi simple d'utilisation, transparent et efficace que possible. L'Open Access est un moyen à cette fin. Il permet également aux scientifiques des pays en développement de participer sur un pied d'égalité avec ceux des pays les plus riches. Ce sont des choses que nous devons défendre. Le danger est qu'en poussant à mettre en œuvre le Plan S, nous pourrions en fait compromettre certains de ces principes.

De quelle façon?

Si vous courez trop vite, vous risquez toujours de tomber. Je comprends pourquoi la cOAlition S veut se fixer des délais très ambitieux : cela traîne depuis des années. Mais ne sous-estimons pas la difficulté de la tâche. Il est très important d'amener la communauté scientifique et savante avec vous, et cela signifie avoir une consultation, et des organismes comme l'ISC devraient être impliqués parce qu'ils parlent au nom des syndicats scientifiques.

Pourriez-vous nous donner un aperçu de la préparation de la déclaration ALLEA en réponse au Plan S - y a-t-il des problèmes spécifiques pour lesquels il a été difficile de trouver un consensus ?

Il y avait un assez large degré de consensus, mais avec des accents différents. La plus grande différence concernait la question de la propriété intellectuelle : le groupe de travail ALLEA sur la propriété intellectuelle, qui historiquement s'est principalement penché sur le droit des brevets, avait un point de vue assez différent des personnes issues des humanités numériques, par exemple, mais nous avons pu trouver un compromis.

Il y a eu une discussion sur les accords de licence et sur l'opportunité d'utiliser la licence CC by NC qui dit que vous pouvez publier sous Creative Commons mais interdit l'utilisation commerciale, ce qui pourrait exclure les applications précieuses d'exploration de données. Un principe clé est que l'information doit être trouvable, ce qui signifie que le texte intégral doit être consultable et que vous devez pouvoir l'exploiter, à mon avis. Vous ne pouvez pas simplement dire que l'exploration de données peut être effectuée par des chercheurs universitaires - si un organisme commercial souhaite créer et mettre à disposition un outil de recherche vraiment précieux, nous ne devrions pas l'empêcher de le faire.

Le Plan pourrait-il en fait être plus radical ?

Je ne pense pas plus radical, mais il faut plus de clarté. Les directives de mise en œuvre évoluent et il est important de le noter : il s'agit d'un domaine qui évolue très rapidement. Je pense que certaines des spécifications pour les référentiels conformes, par exemple, sont beaucoup trop spécifiques et étroites et je suis sûr qu'elles seront assouplies.

Si j'ai une critique à faire au Plan S – et cela reflète mon expérience et mon parcours d'astrophysicien – je pense que le rôle des services de préimpression comme l'arXiv n'est pas suffisamment reconnu dans la version actuelle. Pour le moment, l'arXiv ne serait pas conforme. Cela semble être une anomalie très étrange - historiquement, vous pouvez affirmer que le passage à l'Open Access est venu du succès de l'arXiv.

Pouvez-vous m'en dire plus ?

Nous avons une longue tradition en astrophysique d'utiliser les préimpressions comme principal mode de diffusion rapide des idées. Nous avions l'habitude de le faire sur papier, puis au cours des 15 dernières années ou plus, tout est passé à l'arXiv électronique. Quatre-vingt-dix pour cent de la recherche en astrophysique apparaît d'abord sur ce serveur de préimpression, et c'est là que vous allez découvrir ce qui se passe. Par la suite, les prépublications migrent vers les revues traditionnelles et passent en revue par les pairs. L'autre chose qui est peut-être unique à l'astrophysique est que la NASA finance le système de données d'astrophysique - une bibliothèque virtuelle qui vous offre une capacité complète d'exploration de données pour trouver rapidement tout article pertinent pour un sujet que vous étudiez, où qu'il se trouve, y compris sur l'arXiv. C'est vraiment ce que nous utilisons comme bibliothèque, et c'est un modèle intéressant pour d'autres domaines.

Il y a des mouvements vers des serveurs de préimpression calqués sur l'arXiv dans d'autres disciplines - la chimie en a un maintenant, et la biologie l'expérimente. Cependant, il est pertinent de noter que la physique théorique et l'astrophysique, qui sont les utilisateurs traditionnels de l'arXiv, n'ont pas les mêmes problèmes sociaux que les autres disciplines. Si je publie personnellement un article en tant que prépublication, cela n'aura pas beaucoup d'impact sur la vie des gens, mais si je faisais des recherches sur le cancer et que je publiais un article avec un nouveau remède contre le cancer, les gens sauteraient sur la prépublication avant que la recherche n'ait été correctement examiné ou évalué par les pairs. Une partie du défi consiste à garantir la fiabilité de la communication scientifique et savante.

Il ne s'agit pas seulement d'aller vers plus d'Open Access : il y a une interaction compliquée entre le mode de publication, les processus d'évaluation de la recherche et la progression de carrière. Si vous faites partie d'un panel évaluant 30 candidatures et que tout le monde a envoyé un CV avec 100 articles, vous pouvez faire honneur aux principes DORA d'évaluation de la recherche - qui disent que vous devriez regarder le travail et non pas où il est publié - mais la réalité est que vous regardez si le candidat a publié dans ce qui est considéré comme un journal de haute qualité ou non. S'éloigner de cela rendrait la transition beaucoup plus facile. C'est une transformation majeure et c'est nécessaire et bon mais ce n'est pas facile.

Y a-t-il des signes que la communauté universitaire se penche de plus en plus sur des facteurs autres que Journal Impact Factor pour évaluer les chercheurs ?

C'est difficile, et je suis très heureux que Plan S le reconnaisse et fasse référence à la déclaration DORA. Le problème est de savoir comment faciliter l'adoption de DORA par les organisations - dans un certain sens, nous avons besoin d'un mécanisme par lequel la communauté des pairs peut dire « ce travail est ok, ce travail est exceptionnel, ce travail est une véritable percée, ou, nous ont découvert des problèmes avec ce travail et des questions devraient être soulevées ».

Nous devons trouver une méthode pour voir facilement ce que pense la communauté – une sorte d'évaluation communautaire continue de la recherche. Cela rendrait tout ce processus tellement plus facile. C'est une mauvaise analogie, mais on pourrait imaginer une version académique de TripAdvisor.

L'édition numérique pourrait-elle offrir la possibilité de critiques plus nuancées ?

Il existe des expériences intéressantes d'évaluation ouverte et continue par les pairs. En utilisant les médias en ligne plutôt que les médias imprimés, les rétractations et les corrections sont en réalité beaucoup plus faciles – nous devrions considérer la littérature comme plus dynamique et non aussi statique que le modèle papier imprimé nous le laisse penser.

Ces choses peuvent être faites, mais le défi est que les gens essaieront de jouer avec le système. Il faudrait qu'il soit bien conçu – c'est un problème humain et il faut les domaines des sciences humaines et des sciences sociales pour le résoudre.

Il pourrait y avoir un rôle pour les académies - elles retourneraient en fait à leur fonction d'origine, qui était d'agir en tant que gardien de ce qui est et de ce qui n'est pas une véritable contribution scientifique. Lorsque vous remontez au XVIIIe siècle, le processus de préparation des actes des académies était le mécanisme d'identification et de publication des recherches valides. Le grand changement s'est produit à la fin du 18e siècle, lorsque de nombreuses sociétés savantes et académies ont commencé à sous-traiter à des éditeurs commerciaux. Je pense que c'était une erreur.

Mais de nombreuses sociétés ont choisi d'externaliser pour améliorer l'efficacité et réduire les coûts

Avec les outils collaboratifs en ligne, beaucoup de ces arguments sont abandonnés. Quand vous regardez les profits exorbitants que certains des éditeurs commerciaux font, il est assez clair qu'ils ne sont pas là pour le bien de l'humanité ou de la science, ils sont là pour le profit. De toute évidence, il est dans leur intérêt de maintenir l'intégrité et la qualité de leurs revues, mais leur motivation principale est de faire de l'argent avec le système.

Concernant les prochaines étapes, que devrait faire – à votre avis – la cOAlition S à partir de demain pour s'assurer que le Plan n'ait pas de conséquences imprévues, notamment à court terme ?

Cela se résume en grande partie à la communication. Il doit y avoir plus d'efforts pour expliquer à la communauté scientifique exactement pourquoi cOAlition S fait cela. Je pense que les gens adhéreraient à cela et l'accepteraient.

Les gens commencent maintenant à s'intéresser au sujet et à le comprendre, mais il doit encore y avoir un effort de communication. Je ne peux pas parler au nom d'autres pays, mais en parlant à mes collègues en Irlande - où notre principal bailleur de fonds scientifique est membre de la cOAlition S - 90 % n'en ont jamais entendu parler. Mais je pense que tout le monde, en principe, soutient l'Open Access. C'est une vente assez facile – il suffit de persuader les gens qu'il n'y aura pas d'inconvénients à court terme.

Vous aurez vu l'opposition, en particulier dans la communauté de la chimie, et cela est en grande partie une anxiété justifiée de la part des chercheurs en début de carrière. Nous devons être conscients des défis pour les chercheurs en début de carrière, dont la carrière – pour le moment – ​​dépend de leur dossier de publication. Ils craignent légitimement de ne pas être en mesure de démontrer à quel point ils sont bons s'ils ne sont pas en mesure de publier dans des revues prestigieuses.

Si le Plan S doit réussir, il doit être un mouvement mondial. Cela ne peut pas se limiter à l'Europe, et il est très prometteur que d'importants bailleurs de fonds en Amérique du Nord et, en particulier, en Chine, soutiennent maintenant ouvertement le Plan. Il y a un élan derrière cela et je pense qu'il y a une réelle chance que nous puissions effectuer une transformation mondiale, mais alors qui parle globalement pour la science ? L'ISC doit être impliqué dans cela.

Partagez :

Passer au contenu