Une année prometteuse pour l’édition scientifique

2023 est devenue une année charnière pour l’édition scientifique, caractérisée par de nombreux appels à la réforme de la part des chercheurs, des éditeurs de revues, des agences de financement, des entités gouvernementales et non gouvernementales. Alors que nous réfléchissons à l’année, de plus en plus de voix au sein de la communauté universitaire s’expriment sur la nécessité de changer les systèmes existants de publication et d’évaluation de la recherche.

Une année prometteuse pour l’édition scientifique

Si vous avez manqué notre tour d'horizon mensuel de la science ouverte bulletins, cet article de blog résume les événements et initiatives clés qui ont défini 2023 comme une année charnière pour la science ouverte et édition scientifique, et offre un aperçu des principales tendances à suivre en 2024.

Critiques et démissions

Les chercheurs et les universitaires du monde entier partagent leurs préoccupations quant à la nature restrictive et commerciale des pratiques de publication, ce qui conduit à une série de démissions par les éditeurs de revues en réponse à ces défis. En avril, le comité de rédaction composé de 40 membres de NeuroImage a démissionné pour protester contre les frais élevés de traitement des articles. Le comité de rédaction a ensuite fondé une nouvelle revue en libre accès, Imagerie Neurosciences,  en partenariat avec MIT Press. La nouvelle revue vise à réduire les frais de traitement des articles (APC) et proposera une publication gratuite aux auteurs des pays à revenu faible ou intermédiaire. 

En mai, la plupart des membres du comité de rédaction de la revue Santé publique critique de Taylor et Francis quitter, protestant contre l'imposition d'un APC de 2700 3,400 £ par article (XNUMX XNUMX USD). Comme le précédent conseil d'administration de NeuroIlmage, ce groupe a également lancé une nouvelle revue, la Journal de santé publique critique (JCPH), publié par l'Université de Calgary au Canada et géré par l'entité à but non lucratif Critical Public Health Network, basée au Royaume-Uni. NeuroImage et Santé publique critique Il ne s’agit pas d’incidents isolés : d’autres démissions ont eu lieu dans des revues dirigées par des éditeurs commerciaux qui facturaient des APC élevés.  

Des APC élevées constituent un obstacle important à une publication équitable et inclusive, mais ne constituent pas le seul défi pour une publication diversifiée. La discrimination fondée sur le sexe reste un problème persistant, soulignant la nécessité d'un environnement universitaire plus inclusif et plus juste. Jillian Goldfarb, professeur agrégé de génie chimique à l'Université Cornell, a démissionné de son poste de co-rédactrice en chef de la revue Elsevier, Carburant, citant la priorité d'Elsevier aux profits plutôt qu'à la qualité, au traitement des questions éthiques et aux préjugés sexistes. Elle l'a exprimée déception avec Elsevier dans un Publication sur LinkedIn, et a annoncé son engagement à favoriser une communauté STEM inclusive.  

Ces démissions ont constitué une déclaration puissante contre le statu quo, mettant en lumière des problèmes tels que les frais élevés, le manque de libre accès, les problèmes d'équité et l'utilisation des revues comme mesures indirectes de la qualité de la science.

Le défi croissant de l’intégrité dans l’édition universitaire

2023 a été une année difficile pour l’édition scientifique, avec une attention particulière portée aux questions d’intégrité, mises en évidence par des cas de radiation de revues, des scandales dans des usines de papier et une augmentation notable des rétractations.

Certain 50 revues ont été radiées par la base de données et le site d'indexation Web of Science pour non-respect des normes de qualité. Le résultat verra les revues radiées perdre leur Facteur d'impact, une mesure généralement considérée comme une marque de qualité de la recherche scientifique.

Hindawi, un éditeur en libre accès acquis par Wiley en 2021, a vu 19 de ses revues radiées dans le cadre de ce processus, y compris des titres « prédateurs » ayant un historique de The International Journal of Environmental Research and Public Health (JERPH), un so- appelé méga journal par un éditeur en libre accès IPSM, était « un exemple de revue en raison de problèmes liés à la qualité ».

JERPH a eu un facteur d'impact de 4.6 et a publié 9,500 2020 articles en 17,000 et 2022 10,000 articles en XNUMX. La radiation ne se limite pas aux éditeurs en libre accès mais inclut également des éditeurs plus établis, avec un certain nombre de titres des revues Elsevier et Springer Nature. L'année a également été marquée par un nombre important de rétractations, dépassant les XNUMX XNUMX articles, en partie influencées par la Incident hindou. Cela marque une tendance notable dans la communauté universitaire.

Faire progresser le modèle « sans rémunération » : la discussion autour des revues « diamant » en libre accès

En mai 2023, le Conseil des ministres de l'Union européenne a adopté un ensemble de recommandations soulignant leur soutien à l’accès universel et ouvert à l’édition scientifique comme norme par défaut et la nécessité d’un modèle de publication « sans rémunération ». En octobre 2023, cOAlition S, un consortium d'agences de financement, a annoncé sa prochaine grande avancée en publication en libre accès « dirigée par des chercheurs » et « basée sur la communauté » dans le cadre du Plan S. Ils ont également appelé à des réformes du processus en adoptant un examen ouvert par les pairs, en rendant toutes les versions du document librement accessibles et en garantissant que ni les auteurs ni les lecteurs n'aient à supporter de frais.

L'Allemand Ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (BMBF) financé un projet, "Pensée Diamant», visant à simplifier la publication scientifique et à améliorer l’accès à la recherche. Cette initiative, qui se déroule de septembre 2023 à août 2025, se concentre sur la création de revues scientifiques de haute qualité à l'Institut technologique de Karlsruhe (KIT). La Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) a récemment, le 11 janvier 2024, lancé une initiative améliorer et consolider le paysage Diamond Open Access en Allemagne en sollicitant des propositions pour établir un centre de services capable de répondre aux besoins de ces revues.

La Sommet mondial sur le libre accès aux diamants s'est déroulé du 23 au 27 octobre 2023 au Mexique dans le but de fédérer la communauté Diamond Open Access. Cet événement a été organisé par Redalyc, UAEMéx, AmeliCA, UNESCO, CLACSO, UÓR, ANR, cOAlition S, OPERAS et Science Europe, et a fourni une plate-forme permettant aux éditeurs de revues, aux organisations, aux experts et à d'autres parties prenantes concernées du monde entier de collaborer. et engager une conversation significative pour promouvoir Accès libre au diamant.

Adopter l’ouverture : s’éloigner des bases de données bibliométriques commerciales

L’écosystème de la recherche universitaire a observé une autre transition importante en 2023, certaines institutions et organismes de recherche s’éloignant des bases de données commerciales traditionnelles comme Scopus et Web of Science. Ce changement est principalement alimenté par une aspiration collective à adopter des bases de données librement accessibles, associée à la crainte que les bases de données commerciales ne garantissent pas nécessairement la qualité.

Un exemple notable de cette tendance est Université de la Sorbonne, France, qui a mis fin à son abonnement à la base de données Web of Science et aux outils bibliométriques de Clarivate. Un autre développement crucial vient du Centre d'études scientifiques et technologiques (CWTS) à l'Université de Leiden, aux Pays-Bas, connue pour son classement universitaire basé sur des données bibliométriques. CWTS vise à lancer un système de classement open source qui utilisera les données du Base de données OpenAlex.


Le Conseil scientifique international plaide pour des réformes de l’édition scientifique

Le Conseil scientifique international (ISC), avec ses membres mondiaux de plus de 245 syndicats, associations et académies scientifiques, se consacre à la résolution de problèmes critiques ayant un impact à la fois sur la science et la société.

En réponse aux préoccupations croissantes concernant le paysage de l'édition scientifique, l'ISC s'est lancé dans un projet visant à redéfinir les normes de cet aspect critique du système scientifique en 2021 et a développé huit principes fondamentaux auquel l'édition scientifique devrait adhérer. Chacun de ces principes, ratifiés lors de l'Assemblée générale de l'ISC en 2021, vise à relever les défis du système d'édition existant et à exploiter le potentiel de l'ère numérique. Ils couvrent diverses dimensions de l'édition scientifique, notamment : le libre accès universel, les licences ouvertes, le partage de données, la promotion de l'équité, de l'inclusion et de la diversité, l'examen par les pairs rigoureux et ouvert, l'innovation dans l'édition ainsi que l'ouverture des archives scientifiques aux générations futures lorsque les recherches scientifiques sont menées. La communauté régit le système de diffusion des connaissances.

Dans le but d'orienter la conversation sur la nécessité de redéfinir le système de publication, l'ISC a publié un document de discussion en 2023, «Les arguments en faveur de réformes dans l’édition scientifique» réfléchissant aux priorités de la réforme. Cet article souligne la nécessité de s'attaquer à la culture du « publier ou périr » qui a émergé sous la pression de « publier à tout prix ». En conséquence, la communauté scientifique est actuellement confrontée au défi de gérer un volume élevé d’articles publiés, dont certains peuvent avoir un impact limité. Cette culture peut parfois, par inadvertance, contribuer à des problèmes tels que le plagiat et la falsification des résultats, en raison des pressions associées à la publication pour l'avancement de carrière.

Les arguments en faveur d’une réforme de l’édition scientifique

Ce document de discussion a été élaboré par le Conseil scientifique international dans le cadre du projet Future of Publishing du Conseil et constitue un complément au document « Principes clés de l'édition scientifique »..

Il existe également un besoin urgent de garantir que le processus d’évaluation par les pairs, qui constitue l’épine dorsale de la publication scientifique, repose sur une culture d’efficacité, de transparence, d’innovation et d’équité envers les contributeurs. La dépendance excessive à l'égard de mesures telles que le facteur d'impact du journal (JFI) et le nombre de citations ne parvient pas à saisir pleinement l'impact multiforme de toute recherche, ce qui entraîne un besoin urgent de réévaluer le processus d'évaluation de la recherche. La révolution numérique offre des opportunités de transformation de l’édition scientifique, mais une grande partie de son potentiel reste inexploité. En outre, il faut remédier à la sous-représentation des chercheurs des pays du Sud dans le processus scientifique, comme cela a été constaté lors de crises mondiales comme la pandémie de COVID-19.

L'initiative de l'ISC visant à réformer l'édition scientifique ne vise donc pas seulement à changer la manière dont nous partageons les connaissances ; il s'agit de redéfinir la valeur de la science dans la société. Il s’agit d’un appel à adopter la science ouverte comme moyen de garantir que la publication scientifique constitue un pont, et non une barrière, dans notre quête collective de connaissances.


2024 : Quatre tendances pour l’édition scientifique

  1. Poursuivant sur la lancée de 2023, on s'attend à une augmentation des efforts en faveur du libre accès à la littérature scientifique et aux données de recherche en 2024. L'accent sera peut-être mis sur le développement de modèles financiers durables pour le libre accès afin d'apporter une participation plus équitable aux chercheurs des pays du Sud. .
  2. On s’attend à ce qu’un plus grand nombre de pays et d’organismes de financement adoptent la science ouverte comme position par défaut pour promouvoir une plus grande transparence et reproductibilité dans la recherche, favorisant ainsi un environnement dans lequel le partage des données devient la norme plutôt que l’exception.
  3. Une discussion plus approfondie sur l’évaluation de l’impact de la recherche au-delà des mesures traditionnelles de citation est susceptible d’émerger. Nous prévoyons une tendance croissante à l'adoption de bases de données en libre accès comme Lens et OpenAlex, qui peuvent compléter ou offrir des alternatives aux bases de données commerciales telles que Scopus et Web of Science.
  4. Un domaine clé de curiosité et de potentiel en 2024 tourne autour du rôle de l’intelligence artificielle dans l’édition scientifique. Les possibilités sont vastes et variées, depuis la rationalisation des processus d’évaluation par les pairs jusqu’à l’amélioration de la découvrabilité de la recherche.

L'ISC a hâte de participer à la conversation sur l'avenir de l'édition scientifique qui répond à un système qui pourrait être plus ouvert, transparent et équitable, prêt à adopter l'innovation nécessaire pour relever les défis mondiaux d'aujourd'hui.


Rejoignez la conversation : clôture des commentaires le 1 mars 2024

Les membres de l'ISC et la communauté au sens large sont invités à fournir des réponses institutionnelles au projet de l'ISC sur l'avenir de l'édition scientifique. Geoffroy Boulton, membre du conseil d'administration et président du projet a récemment présenté un nouveau document de discussion, Les arguments en faveur d’une réforme de l’édition scientifique, ainsi que les huit principes de publication de l'ISC qui ont été approuvés lors de l'Assemblée générale de l'ISC en 2021.

Pour contribuer, veuillez remplir le court questionnaire : https://council.science/publications/reform-of-scientific-publishing/


Newsletter

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.


Photo par U.Lucas Dubé-Cantin on Pexels.


Clause de non-responsabilité 
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et croyances du Conseil scientifique international.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu