Recadrer la confiance dans la science pour une politique multilatérale : aperçus du Forum des journalistes scientifiques

Nick Ishmael-Perkins, consultant principal pour l'ISC, a récemment dirigé une session axée sur la confiance dans la science au Science Journalism Forum. Rejoints par d'éminents rédacteurs en chef du journalisme scientifique, ils discutent du rôle du journalisme scientifique pour promouvoir la fiabilité.

Recadrer la confiance dans la science pour une politique multilatérale : aperçus du Forum des journalistes scientifiques

Le Center of Science Futures, un nouveau groupe de réflexion du Conseil international des sciences (ISC), a publié son dernier document de travail (« The Contextualization Deficit : Recading Trust in Science for Multilateral Policy ») lors de l'édition 2023 du Science Journalism Forum (SJF), lors de la session dirigée par l'ISC « Recadrage de la confiance dans la science : quelles sont les leçons pour le journalisme scientifique ?

Nick Ishmael-Perkins, consultant principal pour l'ISC et auteur principal du rapport, a été rejoint par d'éminents rédacteurs en journalisme scientifique, Mia Malan, rédactrice en chef du Centre Bhekisisa pour le journalisme de santé en Afrique du Sud et Subhra Priyadarshini, rédactrice en chef de Nature India, pour discuter la nécessité d'une approche plus sophistiquée de la manière dont la science est communiquée et de la manière dont nous comprenons la « confiance dans la science », posant la question : « Quel rôle cette approche suggère-t-elle pour le journalisme scientifique ?

L’un des problèmes clés identifiés dans l’article et soulignés par Ishmael-Perkins dans son introduction est que la confiance est souvent interrogée de manière globale, comme s’il s’agissait d’une mesure quantifiable. La science, elle aussi, est souvent considérée comme une entité monolithique, négligeant sa diversité inhérente. Une autre lacune soulignée dans le rapport concerne la manière dont les systèmes d’information communiquent avec le « grand public », comme si les publics constituaient une entité unique et homogène, négligeant ainsi le vaste éventail de publics et de communautés.

En effet, comme le note l’article, le discours dominant encadrant l’engagement science-politique-société suit un modèle linéaire visant à renforcer la confiance du public dans les messages fondés sur un consensus scientifique. Lorsque le public ne respecte pas les règles, cela est attribué à un prétendu « déficit d’appréciation » de la part du public. Cependant, cette approche ne s’est pas révélée suffisante, et les conséquences sont évidentes dans les progrès décevants vers la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) et la prolifération de la désinformation.

Contextualisation et diversité

La pandémie de COVID-19 est une illustration très médiatisée des échecs des politiques scientifiques et de la résistance du public et des dirigeants politiques, révélant les problèmes systémiques et structurels liés à la traduction des connaissances au sein de l’interface politique. Ishmael-Perkins a ensuite rappelé aux participants une histoire de réussite : la stratégie efficace d'éradication de la poliomyélite de l'Inde, réalisée grâce à plusieurs changements clés dans l'interface science-politique-société. L’Inde a notamment réussi à reconnaître l’hétérogénéité dans la façon dont les gens perçoivent et comprennent la confiance dans la science. Comme le souligne l’article, le contexte est essentiel pour comprendre le niveau de confiance, et de multiples facteurs entrent en jeu au-delà de la confiance dans la science en soi.

Pour remédier au « déficit de contextualisation » actuel, l’article suggère plusieurs stratégies, qu’Ishmael-Perkins a adaptées au journalisme scientifique spécifiquement pour le débat. Mia Malan, rédactrice en chef du Centre Bhekisisa pour le journalisme de santé en Afrique du Sud, a offert une perspective unique. Dans un pays avec 11 langues officielles et un large éventail de perceptions de la science, l'Afrique du Sud a été confrontée à des défis importants, notamment la tragédie nationale du sida résultant de décisions politiques mal informées influencées par des préjugés historiques. Dans un tel contexte, Malan a souligné que la cohérence et l’adaptation aux publics locaux sont la clé de la fiabilité – une leçon renforcée par les expériences des journalistes scientifiques pendant la pandémie de COVID-19. Non seulement les journalistes doivent adapter et faciliter le dialogue avec le public, en utilisant les canaux que les gens utilisent pour accéder à l’information, mais la rédaction elle-même doit refléter la diversité des publics qu’elle informe et sert.

Le déficit de contextualisation : recadrer la confiance dans la science pour une politique multilatérale

DOI : 10.24948/2023.10 « Le déficit de contextualisation : recadrer la confiance dans la science pour la politique multilatérale ». Centre des sciences du futur, Paris. https://futures.council.science/publications/trust-in-science2023


Humaniser la science

Subhra Priyadarshini, rédactrice en chef de Nature India, s'est jointe à la conversation, soulignant le pouvoir de l'empathie pour promouvoir la confiance – en particulier sur des sujets de vie et de mort, comme la santé ou les catastrophes. Les journalistes doivent investir du temps et de l’énergie pour construire un pont avec leur public, en établissant une véritable connexion au niveau individuel ou communautaire. Le bon sens qui sous-tend la confiance dans la science est qu’elle doit être gagnée : « devrait-il en être autrement pour le journalisme ? note-t-elle.

Priyadarshini a souligné un autre point important du rapport en soulignant l'incertitude et la vulnérabilité de la science qui devraient être communiquées de bonne foi. Parallèlement aux informations fondées sur des preuves, l’humanisation de la science est l’ingrédient clé pour parvenir à la fiabilité.

Un autre défi important est que, généralement, la science est considérée comme le domaine des spécialistes, même si elle est empêtrée dans un jargon complexe, généralement utilisé dans la langue anglaise. Les fausses nouvelles constituent une option plus simple, et pour lutter contre la désinformation, il existe un besoin croissant d’une communication scientifique plus accessible et simplifiée dans plusieurs langues. Cependant, Ishmael-Perkins a averti que la gestion de l'information ou les technologies de la communication n'apporteront pas de solutions faciles aux défis de la confiance. La question de la responsabilité se pose : qui doit rendre la science plus fiable et plus accessible ? Ce fardeau incombe en grande partie aux scientifiques, mais comme le souligne Priyadarshini, ils manquent souvent de temps et de formation pour un engagement public efficace. C’est là que les militants scientifiques entrent en jeu, agissant comme intermédiaires entre les scientifiques et les publics qu’ils sont censés servir. Priyadarshini a observé que nous nous trouvons à un moment critique de l'histoire, avec la possibilité de faire tomber les barrières qui entravent la science et les communicateurs scientifiques.

Former les journalistes à la communication scientifique

 Nick Ishmael-Perkins a réagi aux cas passionnants présentés en se plongeant dans les quatre domaines d'engagement du public décrits dans le document. Il ne suffit pas que les journalistes scientifiques publient leurs articles, note-t-il, mais ils doivent réfléchir au rôle qu'ils jouent dans le maintien de la responsabilité au sein de l'interface science-politique. Cela nécessite de situer la question dans un contexte plus large, notamment en reconnaissant le contexte politique. Cependant, comme l'ont souligné les participants et le panel, les journalistes ne sont pas équipés pour jouer ce rôle, en particulier à une époque de modèles économiques tendus. Comme le souligne Malan, le déjargoning prend beaucoup de temps : 15 à 20 heures sont consacrées à la rédaction d'un article de 1,500 XNUMX mots, dont la moitié est consacrée au déjargonage. De nombreuses compétences sont nécessaires pour décomposer les concepts, les contextualiser et les expliquer par analogie – en particulier lorsque toutes ces tâches doivent être exécutées plus rapidement lors de crises, comme une pandémie. Cela nécessite que les partenariats soient véritablement efficaces – notamment à travers des ateliers de formation des journalistes par des scientifiques – formations que les journalistes de Bhekisisa suivent désormais mensuellement.

Priyadarshini conclut l'échange en soulignant que la communication scientifique reste un « domaine vert » – le bureau scientifique étant l'un des plus récents ajouts aux salles de rédaction, là où ils existent, et que la concurrence pour publier des articles est forte. La science doit se battre pour obtenir une place en première page des informations politiques et économiques – les histoires scientifiques doivent être intégrées dans l’une des « têtes d’hydre » de l’information. Et cela nécessite de réfléchir aux dimensions politiques et économiques des histoires.


Infolettre

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.


Clause de non-responsabilité 
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et croyances du Conseil scientifique international.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu