Pourquoi 2018 est une grande année pour les évaluations environnementales mondiales

Des océans à la pollinisation en passant par notre lutte continue contre nos sociétés dépendantes du carbone, vous êtes-vous déjà demandé ce qui motive l'apparition de ces gros titres dans nos fils d'actualité ? Alors que le Groupe d'experts international sur l'évolution du climat se prépare à célébrer son 30e anniversaire, l'une des principales réalisations a été de placer le changement climatique en tête de l'agenda public. Mais combien savent ce qu'est le GIEC et ce qu'il fait ? Le GIEC n'est que l'une des soi-disant évaluations environnementales mondiales qui rassemblent les meilleures connaissances scientifiques pour un public politique grâce aux efforts collectifs de milliers de scientifiques bénévoles et de gouvernements du monde entier. Alors que 2018 avance, nous examinons pourquoi ce sera une grande année pour ces évaluations environnementales mondiales.

Les délégués discutent du texte de la décision sur le rapport spécial 1.5°C
Photo de l'IIDD/ENB Leila Mead

Chaque victoire remportée sur la scène politique en faveur de l'environnement revient aux scientifiques, aux chercheurs et aux organisations chargées d'acronymes qui produisent des rapports pluriannuels et multinationaux sur la santé de notre planète.

L'année prochaine, peut-être l'itération la plus célèbre, la Groupe d'experts intergouvernemental sur les changements climatiques (GIEC) publiera son très attendu Rapport spécial sur le 1.5C. Si à un moment donné l'année dernière vous vous êtes senti concerné de manière inattendue par le sort des abeilles, vous pouvez remercier le Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) dont les gros titres rapport sur les pollinisateurs sera suivie en 2018 d'une série de nouvelles évaluations régionales majeures. Mais dans un climat de manque de financement, d'engagement des parties prenantes et d'un contexte géopolitique troublé, ces évaluations environnementales mondiales gigantesques ont-elles atteint un tournant ?

Ceci est le premier d'une série qui examine où en sont ces processus aujourd'hui et où ils se dirigent, en mettant l'accent sur les lancements majeurs prévus en 2018.

Pour ce premier article, nous avons discuté avec Bob Watson, Bob Scholes et Martin Kowarsch.

Bob Watson est actuellement président de l'IPBES, et tout au long de sa carrière, il a travaillé à l'intersection des sciences politiques et environnementales.

Bob Scholes a été l'auteur des 3e, 4e et 5e évaluations du GIEC et est actuellement coprésident du Évaluation IPBES de la dégradation des terres.

Martin Kowarsch est responsable du groupe de travail Évaluations scientifiques, éthique et politiques publiques (SEP) à la Institut de recherche Mercator sur les biens communs mondiaux et le changement climatique (MCC) à Berlin.

Pouvez-vous dire quelques mots sur les évaluations environnementales mondiales et ce que nous avons appris au cours des 10 dernières années ?

Bob Watson : Ils sont absolument essentiels pour influencer l'interface des politiques scientifiques aux niveaux national, régional et mondial. Ils sont particulièrement cruciaux aux niveaux régional et mondial.

Il est crucial qu'ils disposent d'un ensemble d'informations crédibles, transparentes et à jour, qui disent ce que nous savons, ce que nous ne savons pas, quel est le niveau de confiance que nous accordons à nos conclusions. Ainsi, lorsque la politique est élaborée au niveau régional, tout le monde utilise la même base de connaissances. Sans ceux-ci, différents gouvernements utiliseraient différents ensembles de littérature. Il serait impossible de voir quelle est la base de connaissances qui sous-tend les décisions. Ils devraient parler aux gouvernements, mais aussi aux autres parties prenantes.

Le succès des évaluations de l'ozone a conduit à la décision politique en vertu du protocole de Montréal. Je dirais que nous n'avons pas eu le même succès en matière de changement climatique, à cause d'un gouvernement en particulier à l'heure actuelle, mais néanmoins, sans le GIEC, nous ne serions même pas proches d'un ensemble de décisions sur le changement climatique.

Bob Scholes : Les évaluations sont recommandées pour les problèmes qui ont un ensemble particulier de caractéristiques : haute complexité technique, importance sociétale et contentieux. Si vous essayez d'utiliser un processus plus simple pour des problèmes avec ces caractéristiques, il est probable qu'il vous explose au visage. Les facteurs de réussite de l'évaluation sont l'importance, la légitimité et la crédibilité. La saillance signifie que vous répondez aux bonnes questions et que les questions sont posées de la manière dont le public destinataire les poserait – et non comme le feraient les scientifiques. C'est aux scientifiques de comprendre ce que les gens attendent de ces évaluations.

Sur la légitimité : avez-vous un milieu d'accueil ? Assurez-vous que vous ne faites pas simplement une évaluation et que vous la jetez par-dessus le mur – cela ne fonctionne pas. Cela nécessite un processus de négociation.

La crédibilité fait référence à qui effectue les évaluations - ont-ils des qualifications et des antécédents sur le sujet spécifique, avez-vous un éventail de perspectives au sein des disciplines, les auteurs sont-ils bien répartis en termes de géographie, de répartition des sexes et d'autres aspects de la diversité.

L'essentiel ici n'est pas que vous essayiez de trouver la seule « bonne » réponse, mais la distribution de réponses bien fondées, afin de fournir au décideur l'ensemble complet des arguments.

Martin Kowarsch : Il s'est passé beaucoup de choses en 10 ans. Au début de l'IPBES, le GIEC était considéré comme un modèle, mais l'IPBES a pris une autre voie. Ils se sont concentrés beaucoup plus sur l'inclusivité, l'engagement des parties prenantes, des processus bien conçus, la participation du public, etc. L'inclusion des connaissances locales et autochtones est très précieuse.

L'IPBES a également inspiré d'autres processus, y compris le GIEC, pour examiner de telles idées – nous avons donc assisté à des processus d'apprentissage mutuel entre les évaluations mondiales.

Du côté de la demande, nous avons observé pour le GIEC et GEO évaluations, il y a une plus grande demande d'options de solutions, en particulier de solutions politiques. En mettant l'accent sur les options politiques, les tensions deviennent plus évidentes entre les perspectives différentes et divergentes des parties prenantes, ce qui rend plus important le traitement explicite des points de vue et des valeurs divergents. De plus en plus, nous avons besoin de davantage de sciences sociales pour comprendre les moteurs des problèmes, mais aussi pour comprendre les ramifications sociales et politiques des politiques.

Malgré cette focalisation plus explicite sur les solutions, la communauté des sciences sociales n'est pas bien organisée pour offrir. Prenez le GIEC : il est très fort dans le Groupe de travail 1 pour synthétiser les connaissances sur le changement climatique, mais en termes d'impacts socio-économiques du changement climatique et d'options de solutions, l'agrégation des connaissances est encore assez faible. Outre la communauté des modèles d'évaluation intégrée, ils sont bien organisés pour intégrer différentes disciplines et expliquer la variation des résultats par le biais de méta-analyses.

Je vais vous donner un exemple - le Système européen d'échange de quotas d'émission – c'est l'une des expériences de politique climatique les plus intéressantes au monde, mais le GIEC n'a pas grand-chose à dire sur son évaluation.

Comment ces évaluations informent-elles les principaux processus et cadres politiques internationaux - tels que l'Accord de Paris, les ODD, le Cadre de Sendai sur la réduction des risques de catastrophe, le Nouvel agenda urbain, etc.

Bob Watson : Le GIEC et l'IPBES fonctionnent relativement bien. Au sein du GIEC, ils étaient extrêmement liés au SBSTA et COP procédés.

Avec l'évaluation de la pollinisation, après approbation en plénière, elle a été immédiatement transformée en un document de décision pour le SBSTA lors de la Convention sur la diversité biologique (CBD), puis s'est rendu à la COP à Cancun où un programme de travail clé a été élaboré sur la base de l'évaluation.

Tous les gouvernements individuels approuvent les documents de l'IPBES, de sorte que les gouvernements connaissent les résultats. Ils font partie du processus d'examen par les pairs et d'approbation. Ensuite, grâce au processus de la CDB pour l'IPBES, nous espérons qu'il en sera de même pour les évaluations régionales et les évaluations de la dégradation des terres. L'évaluation de la dégradation des terres, par exemple, alimentera le Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD).

La faiblesse ici est que nous voulons influencer toute une gamme de départements et de ministères – l'environnement, l'eau, les finances, l'agriculture, etc. Mais nous avons tendance à être confinés au ministère des Affaires étrangères et aux départements de l'environnement. Dans quelle mesure les ministères de l'agriculture, des finances et de l'eau voient-ils nos rapports ? Nous devons réfléchir encore plus à cette partie. L'un de nos co-sponsors est le Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) - nous devons donc travailler avec eux pour nous assurer que cela parvient aux ministères de l'Agriculture.

Martin Kowarsch : Depuis 1977, il y a eu environ 140 évaluations environnementales mondiales, dont la plupart ont été lancées au cours des 10 dernières années. Cela reflète une demande croissante. Les décideurs politiques sont particulièrement intéressés par les évaluations axées sur les solutions.

Malgré cette demande, ils n'ont pas de grandes attentes. C'est à la communauté scientifique de montrer qu'elle a son mot à dire sur les solutions, pas seulement sur les problèmes. Nous pensons que c'est possible, mais de nombreuses réformes sont nécessaires, notamment dans les sciences sociales.

Les évaluations sont utilisées par différents pays de différentes manières. Dans les pays moins développés, ils sont utilisés pour l'établissement de l'ordre du jour ; dans les pays de l'OCDE, ils sont importants pour la communauté des experts, pour les processus internationaux tels que la CCNUCC. Ils ont un impact important sur la contribution au discours public, aux processus d'apprentissage et plus largement au débat sur les ODD.

Et les ODD ?

Bob Watson : Dans toutes nos évaluations régionales, nous posons la question « quelle est l'importance de la biodiversité et des écosystèmes et de leurs services pour les 17 ODD ? » Pour la nourriture et l'eau, très important. Pour l'éducation, moins important.

Nous faisons une bonne analyse. Ce que nous suggérons pour le deuxième programme de travail, c'est qu'il existe 3 cadres politiques à grande échelle – les ODD, les objectifs d'Aichi et l'Accord de Paris.

Bob Scholes : Les ODD modernisent un processus semblable à une évaluation post facto. Jusqu'à présent, il s'agissait d'une approche de l'ONU, presque une approche post-vérité – chacun fournit sa valeur de 2 cents et il n'y a aucun filtrage.

La façon dont ils l'ont mis en place rend difficile la création d'un processus d'évaluation. Il y a 250 indicateurs qui ne sont jamais passés au crible, et beaucoup d'entre eux sont manifestement égoïstes.

Les ODD couvrent presque tout – donc avoir un processus d'évaluation autour de cela est vraiment assez lourd. Vous devrez peut-être faire des évaluations autour de chacun des objectifs. Le processus d'évaluation prend au minimum 3 ans en raison des boucles d'examen répétées, qui prennent légalement un certain temps minimum. En pratique, la plupart des grandes évaluations prennent 5 ans, de la planification à la réalisation. S'ils voulaient avoir une évaluation avec les ODD, ils devraient appuyer sur le bouton Go en 2025.

Martin Kowarsch : Les ODD ne sont pas un plan politique, mais plutôt un large éventail d'ambitions, et il n'y a pas beaucoup de détails sur la façon d'y parvenir. En Europe, j'ai observé que dans le débat scientifique comme politique, les ODD sont devenus un cadre de plus en plus important – de plus en plus d'acteurs y font référence, et cela influencera beaucoup le débat sur le développement durable. Cela ne signifie pas qu'ils sont effectivement mis en œuvre.

Comment les évaluations pourraient-elles être organisées pour fournir les connaissances nécessaires à la mise en œuvre des ODD ? Je ne sais pas si une super évaluation est possible, ni même souhaitable. C'est tellement complexe qu'il serait peut-être préférable de s'appuyer sur les processus d'évaluation existants et d'essayer de favoriser de meilleurs liens entre ces processus. À long terme, si ces évaluations veulent survivre, elles doivent être plus ouvertes au discours du développement durable, pour intégrer les compromis et les co-bénéfices dans leur perspective.

En 2019, le Mercator Research Institute on Global Commons and Climate Change (MCC) organisera un atelier d'experts sur l'intégration de l'éthique dans les évaluations à grande échelle. Quelle valeur voyez-vous que les considérations éthiques ajoutent au processus d'évaluation globale ? Et pouvez-vous nous parler de l'application pratique de l'éthique philosophique dans le processus de politique climatique ?

Martin Kowarsch : En partant de nos hypothèses, premièrement, de nombreux différends politiques ont une dimension de valeur. Deuxièmement, il est impossible pour les évaluations scientifiques de rester complètement à l'écart des problèmes de valeur contestés en raison de l'enchevêtrement des faits et des valeurs. Vous ne pouvez pas simplement présenter les faits et laisser la politique prendre des décisions sur des questions chargées de valeurs.

Alors que faire, si vous ne voulez pas devenir un défenseur des problèmes ? Une option consiste à identifier un consensus sur les valeurs, puis à présenter des évaluations scientifiques basées sur ces valeurs largement acceptées. C'est une bonne idée, mais presque impossible car vous avez toujours des jugements de valeur contestés.

Il existe plusieurs mécanismes différents au sein des processus d'évaluation pour savoir comment gérer les points de vue divergents sur les valeurs. Vous pourriez réunir quelques décideurs et auteurs principaux et discuter des choses et essayer de proposer une évaluation plus équilibrée.

Cela pourrait fonctionner pour des conflits à petite ou moyenne échelle, mais s'il s'agit de points de vue divergents plus fondamentaux et de plus grande portée, vous devrez peut-être cartographier scientifiquement - en étroite collaboration avec les diverses parties prenantes - des voies politiques alternatives et leurs diverses implications pratiques. Cela signifie des effets directs, des co-bénéfices et des effets secondaires indésirables, de divers points de vue, y compris différentes perspectives de valeur. Tous les groupes devraient avoir la possibilité de rendre explicites les implications des options politiques de leur point de vue. De cette façon, vous vous retrouvez avec une grande carte de voies alternatives. L'idée principale est que transformer les conflits idéologiques en une discussion sur les mondes futurs possibles et leurs ramifications pratiques est plus constructif qu'un débat sans fin sur des valeurs et des principes abstraits.

À tout le moins, cela aiderait à clarifier l'objet réel des conflits et faciliterait les compromis, car il est plus facile de faire des compromis sur une voie politique particulière que sur des valeurs sous-jacentes. Cela prend beaucoup de temps, mais à notre avis, c'est la seule façon de faire face au populisme et aux conflits politiques passionnés comme ceux que nous voyons aux États-Unis.

Pour notre conférence en 2019, nous réunirons des philosophes, des praticiens de l'évaluation, des décideurs politiques, des personnes de la communauté des modèles d'évaluation intégrée (IAM), et leur demanderons de contribuer aux processus d'évaluation en cours, en particulier l'IPBES car ils ont un intérêt explicite dans le traitement des questions éthiques et des conflits de valeurs à l'interface science-politique-société.

Quelle est la prochaine étape pour ces grandes évaluations ? Pourra-t-on bientôt s'appuyer sur l'intelligence artificielle pour raccourcir les délais entre production de connaissances et synthèse ?

Martin Kowarsch :  En termes d'IA au sens large, je vois beaucoup de potentiel pour les méthodes de la grande littérature pour l'évaluation. Mais je ne sais pas si la chose la plus importante est de proposer des délais plus courts. Il est évident que des évaluations plus opportunes seraient bien. Cependant, il ne faut pas oublier que la force des évaluations à grande échelle existantes est précisément le temps qui y est investi pour permettre les processus d'apprentissage. L'apprentissage se fait entre scientifiques et décideurs, mais aussi entre scientifiques.

Nous avons interrogé environ 100 principaux auteurs d'évaluations et décideurs - l'un des principaux résultats est qu'ils ont beaucoup appris. Il est important de se comprendre au fil du temps parce que ces choses sont complexes et chargées de valeur, de sorte que le temps est nécessaire.

Il y a un rôle pour des rapports beaucoup plus rapides, mais je n'essaierais pas nécessairement de me débarrasser de ces processus à plus long terme. Ce qui peut être fait, cependant, est de réduire la portée et de se concentrer sur des choses spécifiques. Pourquoi pas, par exemple, un rapport spécial du GIEC sur les systèmes d'échange de droits d'émission.

Sur le rôle de l'intelligence artificielle face à la grande littérature, il y a deux points. Premièrement, d'ici la fin du RE6 du GIEC, il y aura plus de 300,000 XNUMX nouvelles publications scientifiques sur le changement climatique. Il n'y a pas un seul être humain qui puisse lire au moins une partie significative de cette littérature. De grandes méthodes de littérature sont nécessaires, comme des revues systématiques et des outils bibliométriques, pour faciliter l'évaluation complète de la littérature que le GIEC promet aux décideurs.

La deuxième chose est que, indépendamment du nombre absolu de publications, vous avez une grande variété de résultats. Sur le système européen d'échange de quotas d'émission, par exemple, les études existantes aboutissent à des conclusions très différentes. Pour être pertinents sur le plan politique, nous devons expliquer aux décideurs pourquoi ces études diffèrent et quelles sont les hypothèses sous-jacentes qui ont joué un rôle clé. Donc, ici, vous auriez besoin d'une méta-analyse pour expliquer la variation.

Je suis globalement optimiste quant à l'avenir des évaluations environnementales mondiales, mais je vois un grand besoin de réforme. Un gros problème est que de nombreux chercheurs en sciences sociales ne sont pas disposés à se concentrer sur les questions politiques. Ils s'intéressent à la politique ou aux théories sociales plus larges, et presque personne, à l'exception des économistes, ne livre le genre de recherche dont nous avons besoin sur l'analyse critique des options politiques.

UPDATE

Suite à la publication de ce Q&A, Ruben Zondervan, Directeur Exécutif du Projet de gouvernance du système terrestre basé à l'Université de Lund, a écrit un article intitulé « Pour la défense des sciences sociales dans les évaluations environnementales globales » que nous voudrions souligner dans le cadre d'un débat important sur les évaluations environnementales mondiales. Vous trouverez ci-dessous les commentaires que les personnes interrogées ont fournis en réponse directe à cet article.

Martin Kowarsch: Le commentaire intéressant, mais en partie trompeur de Zondervan, nécessite la clarification de quelques malentendus des déclarations d'interview. Ma principale critique de l'organisation des sciences sociales concernant le changement climatique et les politiques de durabilité est le manque de méta-études qualitatives et quantitatives (c'est-à-dire méta-analyse, revues systématiques, etc.). Des méta-études nous aideraient à avoir une vision plus objective et équilibrée des littératures existantes en sciences sociales, en partie en pleine explosion, et surtout à mieux comprendre la variation des résultats des sciences sociales concernant des options politiques particulières. En ce sens, je suis entièrement d'accord avec Zondervan pour dire que nous devons « mieux relier les découvertes scientifiques sur les solutions aux processus politiques ». Les articles sous-jacents – en s'appuyant sur une collaboration, projet de recherche pluriannuel – aider à clarifier mes points. Je recommande de lire le Numéro spécial de Science et politique de l'environnement (Vol. 77, 2017) sur les GEA orientés solutions (2017), en particulier le Minx et al. papier sur « En savoir plus sur les solutions au changement climatique dans le GIEC et au-delà ».

Plus précisément, la diversité des disciplines et des approches des sciences sociales contribuerait idéalement à une meilleure compréhension des diverses ramifications des alternatives politiques. Cela aide à élargir les cadres économiques sous-jacents aux résultats de la modélisation d'évaluation intégrée (IAM). Bien qu'il existe de nombreuses études de ce type particulier, de nombreuses lacunes dans les connaissances subsistent, également en termes de synthèse des connaissances. Ces (méta-)études, y compris le cadrage du problème sous-jacent, doivent être soigneusement accompagnées par la recherche critique en sciences sociales – sans aucun doute nécessaire et encore largement invisible dans le GIEC, révélant un potentiel unilatéral et une « politique de la connaissance ». L'approche proposée ici est donc à l'opposé de l'objectif insinué de « dépolitiser les sciences sociales et de réduire la diversité en termes de paradigmes, d'approches ontologiques et épistémologiques, et de perspectives mondiales au langage simple des modèles d'évaluation intégrée ». Aucune « cohérence des idées » ou réduction de la diversité n'est envisagée par cet effort de synthèse, mais plutôt un processus d'apprentissage ouvert et éclairé par les sciences sociales sur les voies politiques alternatives à partir de différentes perspectives. La récente évaluation du GT III du GIEC, par exemple, a explicitement cherché à explorer les diverses implications des alternatives politiques, ce qui permet une évaluation – chargée de valeur – des effets politiques et des effets secondaires sans prescrire une politique particulière (voir GT III Préface et PEM article). Cet exemple montre que la revendication de neutralité du GIEC n'empêche pas les sciences sociales d'apporter une contribution significative, même si en effet plusieurs gouvernements ne souhaitent toujours pas que le GIEC évalue sérieusement les politiques.

Tout en convenant que le GIEC – extrêmement complexe et hétérogène – et ses cadres d'évaluation, sa structure, ses processus et sa culture trop quantitative doivent également être réformés, la critique en noir et blanc du GIEC, y compris les « désavantages structurels » pour les sciences sociales, est bien trop facile. . Au contraire, une meilleure offre de recherche synthétique en sciences sociales sur les options politiques est nécessaire pour surmonter la prédominance des résultats numériques agrégés de l'IAM et des sciences naturelles dans les évaluations du GIEC. Peut-être, cependant, il y a aussi un désaccord à un niveau beaucoup plus profond, malheureusement souvent implicite. Bon nombre de chercheurs en sciences sociales sont profondément convaincus que les sciences sociales ne devraient pas (pour des raisons différentes et non convaincantes) s'engager dans une évaluation politique conjointe et constructive dans le sens ci-dessus, mais plutôt rester exclusivement « critiques ». Compte tenu des défis politiques, c'est une tragédie.

Bob Watson: Contrairement à l'opinion de Ruben Zondervan, 2018 est une grande année pour les évaluations environnementales mondiales. Les rapports du GIEC et de l'IPBES ne sont pas des évaluations mineures, mais fourniront des preuves scientifiques crédibles pour façonner le débat science-politique dans le CCNUCC, CBD (et autres conventions liées à la biodiversité) et UNCCD. Ces évaluations sont co-conçues par la communauté scientifique et d'autres utilisateurs, en particulier les gouvernements, pour s'assurer qu'elles sont pertinentes pour les politiques et répondent aux besoins des communautés d'utilisateurs.

L'évaluation du GIEC à 1.5 degré jouera un rôle majeur dans les négociations sur l'évolution des engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat, car elle abordera les différentes voies d'atténuation nécessaires pour limiter le changement climatique d'origine humaine à pas plus de 2 degrés et 1.5 degrés Celsius, par rapport au climat préindustriel. Il évaluera les implications technologiques, sociologiques et économiques des différentes voies, et quantifiera également les différents niveaux d'impacts socio-économiques, sur la santé humaine et écologiques.

Les quatre évaluations régionales de l'IPBES évalueront l'état actuel et projeté de la biodiversité et des écosystèmes, les implications pour le bien-être humain et les politiques visant à promouvoir la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité. Ils aborderont également des questions politiques clés telles que la mesure dans laquelle les régions et sous-régions sont sur la bonne voie pour atteindre les vingt objectifs d'Aichi et la mesure dans laquelle les changements dans la biodiversité et les services écosystémiques affectent la capacité des régions et sous-régions à atteindre les objectifs Objectifs de développement durable. L'évaluation de la dégradation et de la restauration des terres fournira à la CNULD des informations précieuses sur le degré de dégradation des terres dans diverses parties du monde, les causes sous-jacentes et les options politiques pour arrêter la dégradation et la restauration. Ces évaluations, ainsi que les évaluations des pollinisateurs, de la pollinisation et de la production alimentaire de l'IPBES, fournissent une contribution essentielle à l'évaluation mondiale qui sera examinée et approuvée par la Plénière en mai 2019. Ensemble, ces évaluations de l'IPBES fourniront une grande partie de la base scientifique pour le prochain Rapport sur les perspectives mondiales de la biodiversité de la CDB.

CONTEXTE

Le GIEC a été créé en 1988 et est une entreprise massive qui recueille et résume les conseils de milliers de scientifiques bénévoles.

Plus récemment, le GIEC a publié le cinquième rapport d'évaluation (AR5) en 2014. Plus de 830 auteurs principaux et plus de 1000 contributeurs ont été impliqués dans la création du rapport qui a évalué les impacts socio-économiques du changement climatique et les défis pour le développement durable.

En 2018, le GIEC publiera un rapport spécial sur les impacts du réchauffement climatique à ou au-delà de 1.5 degré au-dessus des niveaux préindustriels.

L'IPBES est un organisme intergouvernemental indépendant qui a été créé en 2012 par les États membres pour renforcer l'interface science-politique pour la biodiversité et les services écosystémiques. Initialement mis en place pour refléter le succès du GIEC, l'IPBES a une mission plus large au-delà de la documentation des tendances de la biodiversité. En plus de ce travail, l'IPBES identifie des outils politiques pratiques et aide à renforcer la capacité des parties prenantes à utiliser ces solutions.

L'IPBES a recruté plus de 1300 2016 experts pour l'aider dans ses travaux, dont deux évaluations publiées en XNUMX : les pollinisateurs, la pollinisation et la production alimentaire, et le rapport d'évaluation méthodologique sur les scénarios et les modèles de biodiversité et de services écosystémiques.

En 2018, l'IPBES fournira cinq nouvelles évaluations - les quatre évaluations régionales (Amériques, Afrique, Asie et Europe) sur la biodiversité et les services écosystémiques et une évaluation sur la dégradation et la restauration des terres. En savoir plus sur les évaluations à venir avec le Amorces IPBES.

À PROPOS DES INTERVIEWÉS

Bob Watson est actuellement président de l'IPBES, poste qu'il occupe depuis 2016. Tout au long de sa carrière, il a travaillé à l'intersection des sciences politiques et environnementales, notamment en tant que président du GIEC de 1997 à 2002 et en tant que coprésident du conseil d'administration du Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (MEA) de 2000 à 2005.

Bob Scholes est actuellement professeur d'énergie des systèmes à l'Université de Witwatersrand, en Afrique du Sud. Il a été l'auteur des 3e, 4e et 5e évaluations du GIEC et a été coprésident du groupe de travail sur les conditions du MEA. Il est actuellement coprésident de l'évaluation IPBES de la dégradation des terres. Scholes a été membre du comité directeur de plusieurs programmes de recherche de l'ICSU.

Martin Kowarsch est à la tête du groupe de travail Évaluations scientifiques, éthique et politiques publiques (SEP) à l'Institut de recherche Mercator sur les biens communs mondiaux et le changement climatique (MCC) à Berlin. De 2013 à 16, il a coordonné un projet de recherche conjoint avec le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) intitulé « The Future of Global Environmental Assessment Making ». Kowarsch a fourni des examens et des conseils à l'évaluation GEO-6 du PNUE et au mécanisme de conseil scientifique de l'UE.

Partagez :

Passer au contenu