Nouvelle note d'orientation de l'ISC : Un appel à une voix scientifique formelle dans la lutte mondiale contre la pollution plastique

Au milieu d'une crise mondiale qui s'intensifie, le Conseil scientifique international (ISC) a publié une note d'orientation appelant à la création urgente d'une interface science-politique-société solide pour s'attaquer au problème persistant et à long terme de la pollution plastique mondiale.

Nouvelle note d'orientation de l'ISC : Un appel à une voix scientifique formelle dans la lutte mondiale contre la pollution plastique

Face à la propagation généralisée de la pollution plastique dans des endroits reculés de la planète, il est devenu évident que des efforts internationaux immédiats et collectifs sont nécessaires. Dans ce contexte, la dernière note d'orientation de l'ISC vise à éclairer la troisième session en cours du Comité de négociation intergouvernemental (CNI-3) organisée au Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) Siège social à Nairobi, au Kenya, qui élabore un instrument international juridiquement contraignant sur la pollution plastique.

Note d'orientation : Créer une interface solide entre la science, la politique et la société pour lutter contre la pollution plastique mondiale

Conseil scientifique international, 2023. Note d'orientation de l'ISC : Créer une interface solide entre la science, la politique et la société pour lutter contre la pollution plastique mondiale. Paris, Conseil international de la science. https://council.science/publications/plastic-pollution-policy-brief/

La note d'orientation de l'ISC souligne la nécessité d'une approche systémique pour guider l'action politique tout au long du cycle de vie et de la politique d'économie des plastiques afin de réduire et, à terme, d'éliminer la pollution plastique. Le principe de précaution – un engagement selon lequel, en l’absence de certitude scientifique totale, des mesures efficaces ne devraient pas être retardées pour prévenir tout dommage potentiel à l’environnement et à la santé humaine – devrait constituer la base de nos efforts mondiaux.

Pour atteindre cet objectif, la note appelle à la création d'un solide mécanisme d'interface science-politique-société et à la création d'une plate-forme scientifique formalisée sous l'égide du Secrétariat de l'INC pour favoriser une approche éclairée et inclusive des nombreuses facettes de la pollution plastique à travers le monde. .


Pollution plastique mondiale : un défi complexe

La vie moderne regorge de plastiques, et ils ont atteint tous les coins du monde et de notre corps. Avec environ 6,300 2015 millions de tonnes de déchets plastiques générés d’ici 2050, un chiffre qui devrait presque doubler d’ici XNUMX, les conséquences environnementales, sur la santé publique, sur le bien-être et à l’échelle mondiale de la pollution plastique sont profondes.

En effet, les microplastiques et nanoplastiques, rejetés dans l’environnement, peuvent affecter les organismes à la base du réseau alimentaire et s’accumuler dans les organes, potentiellement nocifs pour la santé humaine. La pollution plastique contribue également au changement climatique, a un impact sur la biodiversité et la résilience des écosystèmes, perturbe le cycle du carbone dans les océans et entraîne des coûts socio-économiques qui affectent de manière disproportionnée les groupes marginalisés et les zones géographiques vulnérables.

La lutte contre la pollution plastique nécessite une approche systémique qui prend en compte l’ensemble du cycle de vie des plastiques et l’interdépendance des impacts sociaux, environnementaux et économiques. Les solutions holistiques doivent minimiser la production de plastique vierge – du plastique produit à partir de gaz naturel ou de pétrole brut et qui ne contient aucun matériau recyclé –, éliminer les additifs nocifs et les articles jetables inutiles, et donner la priorité à la recherche et au développement d’alternatives sûres et durables.



L’appel des scientifiques indépendants

Dans un déclaration au Secrétariat du Comité international de négociation (CNI) cette semaine, des scientifiques indépendants, représentant des organisations de premier plan comme l'ISC et la Coalition des scientifiques pour un traité efficace sur les plastiques, entre autres, ont souligné la nécessité d'une plate-forme plus solide pour la contribution scientifique.

Soulignant la nécessité cruciale pour l'INC d'utiliser les meilleures preuves scientifiques pour établir un instrument efficace contre la pollution plastique, les scientifiques ont souligné l'absence de plate-forme formelle entravant un engagement significatif. Ils ont souligné l'urgence de modalités claires de travail entre les sessions du CNI, proposant la création de divers groupes techniques.

Margaret Spring, l'un des principaux auteurs de la note d'orientation de l'ISC et responsable scientifique et de la conservation à l'Aquarium de Monterey Bay, a souligné : « Il n'existe aucune plate-forme formelle permettant aux États membres de s'engager avec une expertise scientifique dans les négociations du Traité mondial sur le plastique. La communauté scientifique réclame un accès clair et une participation significative au processus INC en tant qu'experts techniques.

La déclaration exhorte le Bureau et le Secrétariat de l'INC à établir de telles lignes directrices formelles, encourage les États membres à mandater une plate-forme formelle et souligne la nécessité d'un travail technique intersessions, présentant un appel convaincant en faveur d'une approche transparente, inclusive et fondée sur la science pour lutter contre les maladies mondiales. pollution plastique.

✉️ Lis la lettre.


Construire un mécanisme scientifique du 21e siècle

L'ISC propose une approche en deux phases pour impliquer la science, la politique et la société dans la lutte contre la pollution plastique. À court terme, une plate-forme serait créée sous l'égide du Secrétariat de l'INC pour permettre le dialogue, évaluer les solutions et fournir rapidement des connaissances scientifiques pour améliorer les négociations. À moyen et long terme, un mécanisme permanent science-politique-société serait mis en place pour soutenir la mise en œuvre des engagements mondiaux en synthétisant les informations scientifiques, en facilitant la génération de connaissances, en offrant des conseils politiques et en promouvant la communication et la sensibilisation.

L'efficacité du mécanisme proposé est de la plus haute préoccupation pour l'ISC, et sa réalisation dépend de principes clés. Ceux-ci incluent l'indépendance, une approche axée sur les résultats et axée sur la demande, une diversité de disciplines scientifiques, l'inclusion de toutes les parties prenantes, l'utilisation des initiatives existantes et une volonté d'apprendre et de réfléchir.

Alors que les négociations du CNI-3 se déroulent, la communauté scientifique, les décideurs politiques et la société doivent collaborer pour mettre en œuvre un instrument international solide et fondé sur la science. Le mécanisme science-politique-société proposé fournit un modèle pour une prise de décision éclairée, des solutions durables et un engagement collectif à relever l’un des défis les plus urgents de notre époque.

Idéalement placé pour appliquer ses connaissances et son expertise approfondies au développement d'un mécanisme efficace visant à soutenir les efforts mondiaux de lutte contre la pollution plastique, l'ISC est prêt à travailler avec toutes les parties.


Infolettre

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.


Photo par Shardar Tarikul Islam on Pexels.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu