Un monde, un climat : un appel planétaire à l’action

L'ambassadeur Macharia Kamau, membre de la Commission mondiale de l'ISC sur les missions scientifiques pour le développement durable, exhorte la communauté internationale à combler l'écart Nord-Sud dans la recherche scientifique sur le climat et à s'efforcer d'adopter une approche « un monde, un climat » pour des solutions mondiales et durables. la crise climatique.

Un monde, un climat : un appel planétaire à l’action

À l'occasion de la Conférence sur la science ouverte du WCRP à Kigali et de la prochaine COP28 à Dubaï, l'International Science Council (ISC) a développé une série de blogs spéciaux contribuant à sensibiliser aux perspectives climatiques inclusives, en mettant l'accent sur les chercheurs en début de carrière (ECR ) et des scientifiques du Sud.

Dans ce blog, l'Ambassadeur Macharia Kamau, membre de l'ISC Commission mondiale des missions scientifiques pour la durabilité, lance la série avec son discours captivant au Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC) Conférence scientifique ouverte.


« Mesdames et messieurs, distingués invités, participants, j'ai l'honneur de m'adresser à vous aujourd'hui et je remercie les organisateurs de cette conférence pour l'invitation à être ici. Mon discours de ce matin portera sur le besoin urgent d’une action climatique, notamment en abordant la question des objectifs de développement durable.

Comme certains d'entre vous le savent, entre 2012 et 2013, j'ai travaillé à l'élaboration des objectifs de développement durable à New York, en tant que coprésident du processus qui a permis de concrétiser ces objectifs. Même alors, en 2013, nous avons réalisé que parmi les 17 objectifs et 169 cibles, certains posaient un défi existentiel plus grand, plus urgent et plus urgent que d’autres pour la planète, les populations et notre prospérité collective.

Parmi les ODD les plus importants figuraient l’ODD 1 sur la pauvreté, l’ODD 3 sur la santé publique, l’ODD 16 sur la paix et la cessation des guerres et, surtout, l’ODD 13 axé sur la menace existentielle du changement climatique.

Pour la conversation d'aujourd'hui, je me concentrerai sur le changement climatique, mais je ne veux pas que l'auditoire comprenne que les 17 objectifs du développement durable doivent être abordés simultanément si nous voulons avoir l'impact souhaité sur le développement durable, lutter contre la pauvreté, construire une plus grande la paix et l’instauration d’une prospérité plus grande et équitable dans notre monde.

Pour répondre aux ODD et au changement climatique, nous devons aborder la question de l’avancement de la science et de la recherche sur le climat pour un avenir durable. Pour ce faire, nous devons également reconnaître que les éléments essentiels que sont le leadership, la volonté politique, la solidarité nord-sud, la solidarité intergénérationnelle et la solidarité entre les sexes font tous partie intégrante de la recherche des solutions durables dont nous avons besoin. À cet égard, cette conférence devra aborder l’intersection critique de la science, de la technologie, du leadership, de l’action politique et de l’action climatique, car toute action isolée de l’une de ces catégories n’aboutira pas au résultat souhaité que nous souhaitons voir.

Mesdames et messieurs, il existe désormais un consensus mondial sur le fait que l'action climatique doit être mondiale. Il existe également un large consensus sur le fait que la solidarité politique entre le Nord et le Sud, destinée à conduire l'action en faveur du développement durable et de l'action climatique, doit être assurée afin d'accélérer le processus de mise en œuvre des objectifs de développement durable, en reconnaissant que la mise en œuvre de tous les objectifs sont en retard et ne sont pas en voie d’être atteints d’ici 2030.

Le fait que tous les pays soient en retard dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable a des conséquences très graves. Les dernières recherches montrent que le monde a dépassé six des neuf limites planétaires en matière d’équilibre planétaire et de vie durable, notamment en matière de climat et de concentrations de CO2. J’espère que tout le monde comprend à quel point cela devient grave. Ce sont les limites planétaires qui nous aident à gérer le changement climatique, la perte de biodiversité et la dégradation de l’environnement, et donc la vie sur terre telle que nous la connaissons.

Nous ne pouvons pas continuer à transgresser ces frontières et espérer être capables de gérer le changement climatique et de transformer la vie de tous pour le mieux sur notre planète.

Pour ceux d’entre nous qui vivent en Afrique, ces questions suscitent un sentiment d’urgence particulier. Nous, en Afrique, sommes aux premières loges de ces défis auxquels la planète et les populations mondiales sont confrontées. Et comme l’Afrique est laissée pour compte, cela pose de sérieuses questions éthiques et morales autour de la justice climatique, de la justice du développement et des questions connexes de prospérité économique et sociale équitable, ainsi que de paix et de stabilité dans notre monde.

Ici, sur le continent africain, nous comprenons profondément qu’il ne peut y avoir d’action climatique indépendamment de tous les autres objectifs des ODD. En Afrique, nous vivons dans notre vie quotidienne la convergence de la triple crise planétaire du changement climatique, de la biodiversité et de la dégradation de l’environnement.

Je pense qu’il est également très clair pour nous que la solidarité mondiale autour de ces questions, tant de la part des pays en développement que des pays du Nord, doit être à l’unisson si nous voulons maîtriser les conséquences du changement climatique. La justice climatique et la justice du développement sont de réelles préoccupations pour les peuples africains. En fait, cela devrait préoccuper le monde entier. Le monde doit comprendre les conséquences de ces préoccupations, à savoir les migrants et réfugiés climatiques, les bouleversements et perturbations sociales, la faim généralisée et l’atteinte à la paix dans de nombreux pays. Que ce soit en Afrique, en Amérique latine, au Moyen-Orient ou même dans certaines parties de l’Asie, les migrants et les réfugiés climatiques deviendront un défi fondamental pour le nord de la planète dans un avenir prévisible si nous ne traitons pas de manière urgente et permanente la question du changement climatique.

Lors de cette réunion de recherche en science ouverte, il est important de discuter de la manière dont nous pouvons entreprendre une science ouverte plus grande et meilleure qui embrasse et relie toutes les communautés scientifiques et de recherche d’Afrique et du Sud avec celles du Nord. Des recherches et des actions scientifiques isolées dans les pays du Nord et dans les académies et universités, ainsi que des projets pilotes isolés dans les communautés ne résoudront pas le problème du changement climatique. Il est très important de mener et de mettre en œuvre des recherches à grande échelle si nous voulons résoudre le problème du changement climatique. Nous devons identifier de nouveaux moyens d’y parvenir, de nouveaux modes de collaboration qui rassembleront les efforts de recherche et l’action scientifique collective susceptibles de conduire un changement transformateur à l’échelle mondiale et de commencer à inverser la triple crise planétaire à laquelle nous sommes confrontés.

Mesdames et messieurs, en avril 2023, aux Nations Unies, lors du forum politique de haut niveau, le HLPF, le Conseil scientifique international a publié un rapport important intitulé « Inverser la science : une feuille de route vers des missions scientifiques pour la durabilité ». En tant que commissaire du Conseil scientifique international, j'aimerais recommander ce rapport à cette conférence. Le rapport souligne de nouvelles façons de collaborer et d’organiser la recherche scientifique autour de pôles régionaux stratégiques bien financés. Les pôles rassembleraient des scientifiques et des chercheurs ainsi que des partenaires politiques stratégiques pour travailler ensemble pour s'attaquer aux problèmes les plus épineux, les plus difficiles et les plus transformateurs auxquels sont confrontés l'action climatique et la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Le rapport promet une meilleure recherche collaborative à grande échelle entre le Nord et le Sud.

Couverture du rapport « Inverser le modèle scientifique »

Inverser le modèle scientifique

Conseil scientifique international, 2023. Renverser le modèle scientifique : feuille de route des missions scientifiques pour la durabilité, Paris, France, Conseil scientifique international. DOI : 10.24948/2023.08.


J'aimerais donc conclure en soulignant ce qui suit. Premièrement, le lien entre la science, la technologie et l’action climatique représente le point crucial de l’action concertée nécessaire pour atténuer les impacts du changement climatique, et nous devons rassembler une alliance puissante entre la science, la recherche, la technologie et l’action politique. La feuille de route proposée par le Conseil scientifique international est un bon point de départ.

Deuxièmement, nous devons convaincre nos communautés politiques et sociales que la science permet de mieux comprendre non seulement le changement climatique, mais aussi tous les autres défis de développement durable auxquels nous sommes confrontés. Les solutions fondées sur la science et la recherche sont la voie à suivre. Ce n’est que grâce à des recherches rigoureuses que nous pouvons espérer trouver les bonnes applications à grande échelle pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Par conséquent, l’action politique et politique doit être guidée par la science.

Troisièmement, l’innovation technologique nous offre des opportunités et des outils pour agir. Il s’agit notamment de la technologie des batteries et des ressources énergétiques renouvelables comme la géothermie, l’hydroélectricité, le solaire et l’éolien, qui peuvent garantir que nous réduisons les émissions de gaz à effet de serre et nous adaptons au climat qui change sous nos yeux. Tout aussi important, nous devons appliquer ces nouvelles technologies et innovations à partir de la base si nous voulons voir un changement à l’échelle transformatrice et au niveau communautaire, là où ces solutions sont les plus urgentes.

Quatrièmement, nous devons veiller à ce que les pays en développement, notamment ici en Afrique, bénéficient de la science et de la technologie de manière rapide, équitable et égale. La communauté internationale a la responsabilité de promouvoir le transfert de technologie. Le changement climatique ne sera jamais combattu si la technologie et la science profitent uniquement aux pays du Nord. Le transfert de technologies propres et durables vers les pays en développement n’est pas un acte de charité mais plutôt un impératif stratégique, même pour les pays du Nord, s’ils veulent gérer eux-mêmes le changement climatique. Je dois également souligner que les pays en développement, en particulier en Afrique, doivent également investir eux-mêmes dans la science, la technologie et l’innovation locales, sans nécessairement attendre les largesses du Nord. Cela aussi est important.

Permettez-moi donc de terminer en soulignant qu’il n’y a pas d’action climatique indépendamment de la mise en œuvre de tous les objectifs de développement durable. Pour relever efficacement le défi des ODD et de l’action climatique, nous devons veiller à ce que les avantages de la science et de la technologie soient accessibles à toutes les nations, quel que soit leur statut économique. En favorisant la coopération, l’échange de connaissances et le soutien financier collaboratif, nous pouvons tracer la voie vers un avenir durable et équitable pour notre planète.

Peut-être pourrons-nous bientôt arrêter de parler du nord et du sud, car en matière de climat, il n’y a ni nord ni sud. Il existe un monde, un système planétaire et un climat fragile."


Macharia Kamau

Ambassadeur, Envoyé spécial et conseiller principal, Uhuru Kenyatta Institute, et conseiller principal de GSTIC (Kenya). Membre de l'ISC Commission mondiale des missions scientifiques pour la durabilité.


Infolettre

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.


Photo de Plaisir Muzogeye sur Wikimedia.


Clause de non-responsabilité 
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et croyances du Conseil scientifique international.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu