Le Forum sur la science et les politiques souligne la nécessité d'une collaboration entre la science, les décideurs et la société pour réussir dans la réduction des risques de catastrophe

Le Forum scientifique et politique, qui s'est réuni en amont de la Plate-forme mondiale sur la réduction des risques de catastrophe, avait un message très clair pour la communauté : l'amélioration de la résilience et la réalisation de la RRC nécessitent une collaboration et une intégration renforcées dans tous les domaines de la science, les décideurs, et la société pour répondre aux besoins d'information à court terme afin d'anticiper et d'atténuer les impacts à long terme.

Le Forum sur la science et les politiques souligne la nécessité d'une collaboration entre la science, les décideurs et la société pour réussir dans la réduction des risques de catastrophe

Le Forum, organisé par le Conseil international des sciences, le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe les nouveautés Recherche intégrée sur les risques de catastrophe programme, a attiré 400 participants pendant deux jours pour discuter des avancées scientifiques qui soutiennent la mise en œuvre du cadre de Sendai et pour identifier les besoins de connaissances critiques sur une approche intégrée de la RRC.

Le Forum a lancé un UNDRR-ISC facilité groupe de travail technique sur la terminologie des dangers visant à développer une définition et un langage communs pour l'ensemble des dangers couverts par le cadre de Sendai. Présidé par Professeur Virginie Murray, le nouveau groupe de travail a été chargé d'élaborer de nouvelles définitions et classifications des dangers, et sollicite les commentaires des parties prenantes pour s'assurer que la liste est solide et reflète l'éventail complet de la terminologie locale et régionale.

Le professeur Murray, responsable de la RRC mondiale, à Public Health England, a déclaré : « Une liste des dangers mise à jour basée sur la science est cruciale pour assurer une réponse intégrée à la réduction des risques de catastrophe et atteindre les objectifs fixés par le cadre de Sendai ».

Docteur Flavia Schlegel, les ISC Envoyé spécial pour la science dans la politique mondiale a déclaré : « Nous vivons à une époque de catastrophes de plus en plus fréquentes et graves alimentées par les impacts du changement climatique. En réponse, l'International Science Council investit pour combler le fossé entre les sciences naturelles et sociales afin de comprendre la nature très systémique et en cascade des risques ».

L'un des principaux défis discutés lors du forum était de savoir comment résoudre les problèmes liés à l'utilisation des données - y compris le manque de données de certaines des régions les plus vulnérables, et comment les mégadonnées, les données de qualité et l'interopérabilité des données étaient essentielles pour renforcer la capacité pour mieux comprendre et gérer les risques, en particulier compte tenu des progrès de la science et des technologies de rupture, et de la résilience à l'échelle des systèmes pour faire face aux risques technologiques.

Le Forum a exhorté la communauté de RRC à envisager des avancées majeures dans l'utilisation de la technologie pour la gestion des catastrophes qui avaient un fort potentiel pour les déploiements futurs, a cependant noté que leur application variait en rythme, en portée et en impact. Les avancées comprenaient :

Un autre message fort provenant des délégués au Forum Sendai Framework a fourni une compréhension du risque qui nécessitait un engagement avec les communautés vulnérables, un effort accru pour comprendre le contexte local dans lequel les risques émergent et les manières complexes dont les géographies physique et sociale se combinent sont nécessaires pour avancer La RRC et le programme de développement durable.

Travailler avec les communautés locales est un élément clé de cette science engagée et inclusive et on espère qu'à travers le Groupe de travail technique sur les définitions et la classification des dangers de Sendai, la liste reflétera l'éventail complet de la terminologie locale et régionale.

Pour en savoir plus:

1.       Groupe de travail technique sur les définitions et la classification des dangers de Sendai

2. Notes d'orientation de l'ISC :

3. Lancement du nouveau Journal Progrès dans la science des catastrophes

Pour plus de commentaires ou d'informations, veuillez contacter le responsable scientifique de l'ISC, Anne-Sophie Stévance:

Email: anne-sophie.stevance@council.science


Photo : Des pompiers recherchent des corps dans la ville rasée de Rikuzentakata, dans la préfecture d'Iwate, le 22 mars 2011, après le séisme et le tsunami dévastateurs du 11 mars. Le tremblement de terre jumeau et le tsunami, la pire crise du Japon depuis la Seconde Guerre mondiale, ont fait 8,805 12,664 morts et XNUMX XNUMX disparus, des communautés entières le long de la côte nord-est du pays ont été emportées. Crédit photo : MIKE CLARKE/AFP/Getty Images

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu