COP28 : L'engagement du Conseil scientifique international dans la science du climat

Alors que la COP28 s'ouvre à Dubaï, aux Émirats arabes unis (EAU), le Conseil scientifique international revient sur ses près de 70 ans d'engagement dans la science du climat. Il exhorte les gouvernements à tenir compte du consensus scientifique vieux de plusieurs décennies et à sortir de l’impasse grâce à des mesures urgentes d’atténuation et d’adaptation.

COP28 : L'engagement du Conseil scientifique international dans la science du climat

???? Le Conseil scientifique international à la COP28
Le Conseil scientifique international (ISC), ses membres et partenaires sont impliqués dans plusieurs événements parallèles et réunions parallèles officiels de la COP28. Explorez la profondeur de notre engagement, y compris une liste détaillée d'événements et de lectures recommandées. ici.


La science est claire, et ce depuis des décennies : le climat de notre planète se réchauffe et les activités humaines, en particulier la combustion de combustibles fossiles, sont les principaux moteurs de ce changement. Suite aux récents développements de la COP28, Future Earth et le Programme mondial de recherche sur le climat (WCRP), deux organismes affiliés à l'ISC, ont convoqué une déclaration des scientifiques du monde entier en réponse aux commentaires concernant les voies d’élimination progressive des combustibles fossiles. Si vous êtes un scientifique, vous pouvez appuyer cette déclaration avec votre signature.


La question est évidemment complexe, du fait de l’interaction des politiques et des accords internationaux, et nécessite d’importants changements sociétaux – mais les progrès ont été dramatiquement lents, avec de profondes inégalités qui confrontent certaines régions à des risques disproportionnés de pertes, de dommages et de migrations forcées généralisées.  

Depuis des décennies, des organismes scientifiques internationaux et interdisciplinaires, tels que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), fournissent les meilleures preuves scientifiques disponibles, exhortant les gouvernements à agir à l’échelle mondiale pour atténuer les impacts du changement climatique. 

Le Conseil international des sciences (ISC) et son prédécesseur, le Conseil international des sciences (ICSU), ont été à l'avant-garde de la science du climat, facilitant la recherche, éclairant les politiques et pionniers dans certains des programmes majeurs axés sur la science du climat, responsables de nombreux des connaissances climatiques et des mécanismes de surveillance utilisés aujourd’hui.


Le Conseil scientifique international et ses prédécesseurs ont toujours été à l’avant-garde de la science du climat, dirigeant de grands programmes internationaux, interdisciplinaires et transdisciplinaires. Ces initiatives ont non seulement amélioré considérablement notre compréhension du changement climatique, mais ont également fourni aux décideurs politiques les connaissances scientifiques les plus solides, façonnant des décisions éclairées pour un avenir plus durable depuis plus de 60 ans.

Salvatore Aricò, PDG


Une brève histoire de la science du climat 

Jusqu’au milieu des années 1950, la coopération scientifique internationale et interdisciplinaire autour du climat était limitée. La déclaration par l’ICSU de l’Année géophysique internationale en 1957 a marqué un tournant, car elle a permis des observations scientifiques coordonnées et mondiales des phénomènes géophysiques, notamment en finançant la mesure pionnière du dioxyde de carbone atmosphérique (CO2) par Charles David Keeling – connu aujourd’hui sous le nom de « Courbe de quille ». Par la suite, l'ICSU a travaillé avec l'Organisation météorologique mondiale (OMM) pour établir le Programme de recherche sur l'atmosphère mondiale (GARP) en 1967, favorisant ainsi les percées dans la science de l'atmosphère et la modélisation du climat. Ce succès a ouvert la voie au Programme climatique mondial (PCM) en 1979, qui a ensuite donné naissance au Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC) – l'un des organismes affiliés à l'ISC. Depuis sa création, le WCRP a contribué à des progrès significatifs dans la science du climat, comme notre compréhension des événements El Niño.

En 1988, répondant au besoin d'un organisme scientifique indépendant pour éclairer les décisions, l'OMM et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) ont formé conjointement le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), renforçant les liens entre la science et la politique sur le changement climatique. Depuis la création du GIEC, l'ICSU, avec ses organes interdisciplinaires et ses réseaux scientifiques associés, a apporté des contributions scientifiques majeures à toutes les évaluations du GIEC et a informé dès le départ les processus politiques de la CCNUCC.   

L'Année polaire internationale (API) est un autre programme scientifique international lancé par l'ICSU, qui contribue à créer une dynamique significative en faveur de la coopération scientifique transdisciplinaire, du financement de la recherche et de l'action transformatrice autour du climat. En collaboration avec le Comité scientifique pour la recherche antarctique (SCAR) et le Comité international des sciences de l'Arctique (IASC), l'ISC a commencé à planifier l'organisation du prochaine API en 2032-33.

60 ans à faciliter la recherche sur le changement climatique et à éclairer les politiques

Ce document met en évidence les principales contributions de l'ISC (anciennement ICSU) et de sa communauté scientifique au développement de la science du climat, et explique comment l'approche de l'ISC visant à faciliter la collaboration en matière de recherche pour éclairer l'élaboration de politiques a évolué au fil du temps.


Promouvoir la science du climat et co-parrainer des programmes axés sur le climat

Aujourd'hui, l'ISC continue de co-parrainer des programmes climatiques par l'intermédiaire de ses organismes affiliés, qui travaillent ensemble pour combler les lacunes dans les connaissances et promouvoir des actions de transformation. Agissant en tant que plates-formes et réseaux interdisciplinaires internationaux, ils rassemblent des scientifiques de toutes disciplines et de tous les pays pour faire progresser la science du climat et offrir des conseils politiques.

???? Dialogue virtuel de partage de connaissances sur le changement climatique
Au cours de la COP28, l'ISC organisera un dialogue virtuel de partage des connaissances, réunissant les principaux programmes climatiques pour présenter les développements récents dans la science du climat et discuter des opportunités de collaboration internationale. 📅 Lundi 4 décembre 🕒 de 14h00 à 15h30 UTC. Nous invitons tous les acteurs de la science du climat à y assister en s'inscrivant ici.

Lancé en 2015, Future Earth est une initiative internationale visant à fournir aux scientifiques, aux chercheurs et aux innovateurs un programme de recherche mondial sur la recherche en matière de durabilité afin d'accélérer les transformations vers la durabilité mondiale et de vivre de manière plus durable à l'intérieur des limites de notre planète. Future Earth s’appuie sur plus de trois décennies de recherche sur le changement environnemental mondial et continue d’être un pionnier de la science du climat avec la publication de son «10 nouvelles perspectives en science du climat» publié lors des COP climat, aux côtés du Secrétaire exécutif de la CCNUCC et du Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC).  


Dix nouvelles perspectives en science du climat

Chaque année, Future Earth, la Earth League et le Programme mondial de recherche sur le climat (WCRP) réunissent d'éminents chercheurs mondiaux pour examiner les résultats les plus critiques de la recherche sur le climat. Grâce à un processus scientifique rigoureux, ces résultats sont résumés en 10 idées, offrant des conseils précieux aux décideurs politiques et à la société.


La mission du WCRP est de faciliter l'analyse et la prévision de la variabilité du système climatique terrestre afin de développer la compréhension scientifique fondamentale du système climatique physique et des processus climatiques et de déterminer l'étendue de l'influence de l'humanité sur le climat. Créé en 1980 par l'ICSU et l'OMM et rejoint par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO en 1993. Le PMRC est la plus ancienne et la seule initiative uniquement dédiée à la coordination de la recherche internationale sur le climat et a considérablement accru nos connaissances sur le climat. . Le WCRP a jeté les bases physiques de la compréhension et de la prévision des événements El Niño. Il a également considérablement amélioré les modèles climatiques, qui servent de base aux recherches et évaluations internationales. En outre, le programme a développé des ensembles de données climatiques d’observation régionales et mondiales, contribuant ainsi à une meilleure compréhension des principaux processus climatiques. 

En 2023, lors de sa deuxième Conférence ouverte sur le climat, le PMRC a rassemblé 1,400 XNUMX délégués scientifiques du climat à Kigali, au Rwanda, pour exhorter les universités, les gouvernements et les industries à collaborer sur des solutions pratiques pour le climat et appeler les scientifiques des pays du Sud à jouer un rôle de premier plan dans la science du climat. 

« Alors que l'Afrique supporte le plus lourd fardeau des effets du changement climatique, bien qu'elle contribue à moins de 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, il est essentiel que les voix africaines s'engagent fortement dans l'élaboration du programme de recherche et d'action sur le climat. 

Le président de l'ISC, Peter Gluckman, à la conférence WCRP

En 1957, l'ICSU a créé le Comité scientifique pour la recherche océanique (SCOR), son premier organisme interdisciplinaire permanent, axé sur les sciences marines et les océans du monde. SCOR joue un rôle crucial dans l’avancement de notre compréhension des océans, englobant les aspects physiques, chimiques, biologiques et géologiques. Un an plus tard, l'ICSU créait le Comité scientifique pour la recherche antarctique (CICATRICE). Le SCAR est chargé de lancer, développer et coordonner des recherches scientifiques internationales de haute qualité dans la région Antarctique (y compris l'océan Austral) et sur le rôle de la région Antarctique dans le système Terre. L'année dernière, ils ont publié leur rapport phare « Changement climatique et environnement en Antarctique », un résumé décennal de la compréhension actuelle, ainsi que des recommandations explicites pour aborder le changement et combler les lacunes dans les connaissances grâce à des recherches supplémentaires. 

Le Système mondial d'observation de l'océan (GOOS), créé en 1991 par la COI, est un programme collaboratif international visant à fournir une vision continue et complète de l'état des océans du monde. Un an plus tard, l'OMM, la COI, le PNUE et l'ICSU ont signé un protocole d'accord pour établir un système mondial d'observation du climat (SMOC). Le SMOC vise à faire progresser et à maintenir la surveillance du changement climatique, à détecter et comprendre ses causes, à s'efforcer de modéliser et de prédire le système climatique et à surveiller l'efficacité des politiques d'atténuation et d'adaptation.  

Tous ces organismes affiliés présenteront dans le prochain numéro un aperçu de leurs dernières recherches sur le changement climatique. Dialogue virtuel des connaissances COP28, organisé le lundi 4 décembre.


Soutenir les scientifiques en début et en milieu de carrière et l’avenir de la science du climat

Pour maintenir le seuil de 1.5°C à portée de main et réduire de moitié les émissions au cours des sept prochaines années, le statu quo doit changer. Dans cette optique, le Conseil scientifique international a lancé une série de blogs mettant l’accent sur la nécessité d’inclure tous les types de connaissances et les personnes qui créent ces connaissances, quels que soient des facteurs tels que le sexe, la race, le contexte économique, la situation géographique ou la langue. Pour des solutions complètes applicables aux décideurs politiques et accessibles aux utilisateurs finaux du monde entier, la diversité intentionnelle est primordiale pour garantir que chacun ait une place à la table.

Le Conseil scientifique international reconnaît l’importance indispensable d’amplifier la voix des climatologues en début et en milieu de carrière. Ils apportent des connaissances inestimables, de l’innovation et un profond engagement à relever les défis complexes en matière de développement durable auxquels nous sommes confrontés. L’inclusion de leurs points de vue est impérative pour élaborer des solutions climatiques efficaces.

Salvatore Aricò, PDG

Cette série fait partie d'un effort continu visant à présenter des chercheurs en début et en milieu de carrière de divers coins du monde engagés dans l'étude de diverses disciplines couvrant les sciences sociales et les sciences dures. Il a débuté lors de la Conférence scientifique ouverte du Programme mondial de recherche sur le climat et s’étend jusqu’à la COP 28, dans le but d’amplifier les perspectives des jeunes sur l’action climatique.


palmiers sur une plage de sable avec un ciel bleu - ouragan de tempête des Caraïbes

La dimension humaine de la réduction des risques de catastrophe : sciences sociales et adaptation climatique 

 Dans cet article, le Dr Roché Mahon, spécialiste des sciences sociales spécialisée sur le climat, souligne comment les sciences sociales peuvent améliorer efficacement l'adaptation au climat et, à terme, sauver des vies.

Solidarité mondiale pour la justice climatique : perspectives d'un chercheur en début de carrière

 Dans cet article, le Dr Leandro Diaz, climatologue argentin, partage son point de vue sur la solidarité mondiale pour la justice climatique.

De la joie de la mousson à la peur : réveil de la crise climatique

 Dans cet article, le Dr Shipra Jain, physicienne et climatologue indienne, met à nu son cœur sur le changement climatique et ses impacts sur la société.


Infolettre

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.


Photo par Christophe Schulz on Unsplash.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu