Solidarité mondiale pour la justice climatique : perspectives d'un chercheur en début de carrière

À l'occasion de la Conférence sur la science ouverte du WCRP à Kigali, au Rwanda, le Conseil scientifique international a interviewé des chercheurs en début de carrière sur le climat du Sud pour recueillir leurs points de vue dans la perspective de la déclaration de Kigali et de la COP 28.

Solidarité mondiale pour la justice climatique : perspectives d'un chercheur en début de carrière

Cet article fait partie d’une série de blogs spéciaux développés pour sensibiliser aux perspectives climatiques inclusives, en mettant l’accent sur les chercheurs en début de carrière (ECR) et les scientifiques des pays du Sud. Dans cet article, le Dr Leandro Diaz, climatologue argentin, partage son point de vue sur la solidarité mondiale pour la justice climatique.

Solidarité Nord-Sud pour le climat

Le défi climatique mondial est entaché d’un déséquilibre inquiétant. Les pays du Sud luttent injustement contre le changement climatique, malgré leur contribution historiquement négligeable à la crise environnementale. 

Ces pays connaissent davantage de catastrophes liées au climat (sécheresses, inondations ou cyclones) que leurs homologues du Nord. Malheureusement, ce n’est que la pointe de l’iceberg dans un scénario bien plus complexe ; Parce que ces pays sont souvent déjà aux prises avec des défis politiques, sociaux ou environnementaux préexistants, ils sont également confrontés à des risques plus élevés face aux impacts dévastateurs de ces événements. L’insuffisance des infrastructures immobilières, des soins de santé et des systèmes d’assainissement aggrave une situation déjà difficile.

Dans le centre-est de l’Argentine, où réside le Dr Díaz, de tels événements extrêmes constituent une menace importante pour le secteur productif, entraînant des pertes économiques qui déstabilisent une économie déjà fragile. Avec la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, notamment les vagues de chaleur, les fortes pluies, les sécheresses prolongées et les incendies de forêt, les régions qui dépendent de l’agriculture et de l’élevage, comme la sienne, sont confrontées à une situation particulièrement précaire. Cela dit, le Dr Díaz souligne que les régions urbaines sont également à risque, les vagues de chaleur dans les zones urbaines exerçant une pression excessive sur l'électricité, entraînant un nombre plus élevé de victimes.

Une solution plus durable 

Même si une aide internationale ponctuelle apporte effectivement un premier secours, la véritable exigence réside dans la durabilité à long terme. Selon le Dr Díaz, nous devons rechercher des solutions structurelles pour garantir un avenir meilleur pour tous. Il met l’accent sur une solution à deux volets : des conditions internationales plus justes qui laissent derrière elles les relations économiques néocoloniales et la promotion d’une collaboration directe avec les communautés les plus vulnérables pour améliorer leurs infrastructures. 

Le Dr Díaz appelle à donner la priorité aux politiques d'adaptation dans les pays du Sud, à savoir l'amélioration des progrès scientifiques et technologiques, une capacité locale accrue à lutter contre le changement climatique, des systèmes d'alerte précoce plus efficaces, des infrastructures améliorées et une meilleure planification de l'utilisation des terres et de la préservation écologique. grâce à des politiques fondées sur la science. 

Façonner un avenir durable : former de nouveaux leaders climatiques 

Pour le Dr Diaz, les chercheurs en début de carrière jouent un rôle central dans la recherche sur le climat pour plusieurs raisons. Avant tout, ils représentent l’avenir de la discipline et assumeront des rôles de leadership alors que le domaine devient de plus en plus central à la lumière de l’escalade de la crise climatique. Selon lui, ils possèdent également une sensibilité environnementale plus aiguë en raison de leur perspective générationnelle, ayant déjà subi les premières conséquences du changement climatique au cours de leur vie relativement courte, et s'attendant à une exposition continue dans le futur.

Leandro B.Díaz

Le Dr Leandro B. Díaz est un chercheur en début de carrière (ECR) spécialisé en climatologie, avec un accent sur la variabilité, la prévision et le changement climatiques dans le sud de l'Amérique du Sud. Il travaille au Centre de Recherche sur la Mer et l'Atmosphère (CIMA), qui fait partie de l'Université de Buenos Aires. En tant que scientifique, son objectif principal est de créer des impacts socio-économiques positifs et de prévenir les pertes humaines.

« En tant que scientifique en début de carrière, je considère mes recherches comme primordiales pour contribuer à la construction d’une société de plus en plus juste. Les contributions scientifiques, y compris la science citoyenne et la co-création collaborative de connaissances sur le climat, sont cruciales pour développer des systèmes d’alerte précoce et des outils de prévision climatique alignés sur les communautés, améliorant ainsi la préparation aux événements extrêmes. 


Découvrez les autres sujets et interviews de la série :

De la joie de la mousson à la peur : réveil de la crise climatique

 Dans cet article, le Dr Shipra Jain, physicienne et climatologue indienne, met à nu son cœur sur le changement climatique et ses impacts sur la société.

La dimension humaine de la réduction des risques de catastrophe : sciences sociales et adaptation climatique 

Dans cet article, le Dr Roché Mahon, spécialiste des sciences sociales spécialisée sur le climat, souligne comment les sciences sociales peuvent améliorer efficacement l'adaptation au climat et, à terme, sauver des vies.


À propos de la Conférence sur la science ouverte Kigali : un phare pour les pays du Sud 

Le Programme mondial de recherche sur le climat (WCRP) Conférence scientifique ouverte (OSC) organise sa première édition africaine à Kigali, au Rwanda. La conférence mondiale qui se tient une fois par décennie abordera l'impact disproportionné du changement climatique sur les pays du Sud, favorisera la compréhension mutuelle et discutera des actions de transformation nécessaires de toute urgence pour un avenir durable, en mettant l'accent sur la « Déclaration de Kigali » qui sera adoptée. présenté à la COP28.  

Le WCRP organise également un symposium pour les chercheurs en début et en milieu de carrière (EMCR), dont le Dr Díaz est l'un des organisateurs. L'événement vise à renforcer la présence d'EMCR, à présenter le travail d'EMCR, à favoriser le réseautage avec des experts chevronnés et à renforcer la présence d'EMCR tout au long des sessions de la conférence scientifique ouverte. 


Vous pourriez également être intéressé par

Un monde, un climat : un appel planétaire à l’action

L'ambassadeur Macharia Kamau, membre de la Commission mondiale de l'ISC sur les missions scientifiques pour le développement durable, exhorte la communauté internationale à combler l'écart Nord-Sud dans la recherche scientifique sur le climat et à s'efforcer d'adopter une approche « un monde, un climat » pour des solutions mondiales et durables. la crise climatique.


Infolettre

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.


Photo par Szabolcs Papp on Unsplash


Clause de non-responsabilité 
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et croyances du Conseil scientifique international.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu