Project Syndicate s'entretient avec Mary Robinson sur le changement climatique et son nouveau podcast

Republié avec autorisation, Project Syndicate partage avec le public de l'ISC son entretien avec l'ancien président de l'Irlande, ancien haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, actuel président de The Elders et patron de l'ISC.

Project Syndicate s'entretient avec Mary Robinson sur le changement climatique et son nouveau podcast

Cet article fait partie de l'ISC Transformer21 série, qui présente les ressources de notre réseau de scientifiques et d’acteurs du changement pour aider à éclairer les transformations urgentes nécessaires pour atteindre les objectifs en matière de climat et de biodiversité.

Cette semaine en En savoir plus, Project Syndicate s'entretient avec Mary Robinson, ancienne présidente de l'Irlande, ancienne haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme et actuelle présidente de The Elders. Cet article a été republié avec autorisation.

Syndicat de projet: En avril, vous et Daya Reddy a noté que la pandémie de COVID-19 « a montré que les gouvernements peuvent agir rapidement et résolument en cas de crise, et que les gens sont prêts à changer leur comportement pour le bien de l'humanité », et vous avez demandé que la même urgence soit adoptée vis-à-vis -vis-à-vis du changement climatique. Mais, huit mois plus tard, la « fatigue pandémique » a s'installer, affaiblissant le respect des restrictions de santé publique. Qu'est-ce que cela implique pour des solutions climatiques efficaces ?

Marie Robinson : Alors que l'Organisation mondiale de la santé et d'autres ont d'utiliser le terme «fatigue pandémique», j'exhorte à la prudence dans l'application de cette étiquette. Nous ne devons pas confondre l'anxiété associée aux fermetures – souvent liées à des préoccupations économiques – avec une réticence à adhérer aux directives de santé publique.

Des millions de personnes dans le monde sont confrontées à une grande adversité. Les gouvernements doivent fournir une protection financière et sociale adéquate, afin que les pauvres et les marginalisés n'aient pas le sentiment de devoir choisir entre protéger leur santé et subvenir aux besoins de leur famille. Et ils doivent s'attaquer aux inégalités sociales plus profondes que la pandémie a exacerbées.

Lorsque nous considérons le changement climatique, ce qui est parfois interprété comme de la « fatigue » peut en réalité être le lourd tribut psychologique et même physique de la reconnaissance de la gravité de la menace à laquelle nous sommes confrontés. C'est pourquoi j'ai une telle admiration pour les jeunes, les militants autochtones et les autres voix solitaires et tenaces qui appellent à l'action climatique depuis des décennies.

Aujourd'hui, le mouvement climatique prend de l'ampleur. Nous avons également des cadres, notamment l'Accord de Paris sur le climat et le Programme de développement durable à l'horizon 2030, qui comprend les Objectifs de développement durable (ODD). Et nous avons des moments de convocation, comme la Conférence des Parties (COP) dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Nous devons utiliser ces mécanismes pour responsabiliser les dirigeants gouvernementaux, les entreprises et l'industrie. Plus largement, nous devons considérer la pandémie de COVID-19 comme une opportunité de construire un système qui récompense la responsabilité sociale, ne tolère pas la myopie ou la cupidité, accepte la science, reconnaît les limites de la nature et ne laisse personne de côté.

PS: Vous et Reddy avez souligné « la nécessité de placer la justice sociale au cœur de notre réponse climatique » – un impératif que vous et Desmond Tutu également souligné en 2011. Dans quelle mesure les cadres existants reflètent-ils ce principe ? Quels programmes, politiques ou approches sont nécessaires pour faire avancer cet impératif ?

MONSIEUR: Nous sommes venus de loin. Lorsque j'ai commencé à travailler sur le concept de « justice climatique », il était perçu comme un problème de niche. C'est désormais un principe largement accepté, et les gouvernements comme les entreprises alignent de plus en plus leurs plans sur l'accord de Paris sur le climat et les ODD.

Mais leurs efforts ne vont pas assez loin. Si nous voulons limiter le réchauffement climatique à l'objectif de l'accord de Paris de 1.5°C au-dessus des niveaux préindustriels, les gouvernements doivent s'engager à – et remplir – des contributions déterminées au niveau national (CDN) bien plus ambitieuses. Nous avons également besoin de voir des plans concrets pour une transition juste vers un monde alimenté par une énergie propre. Toute action climatique doit pleinement respecter les droits humains.

Nous avons les cadres; ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'un dynamisme et d'une détermination suffisants du sommet. Nous avons besoin que les dirigeants reconnaissent que le multilatéralisme est la seule voie viable vers un avenir vert, durable et équitable pour tous – et agissent en conséquence.

PS: Comme toi, Amina J. Mohammedet Christiana Figueres noté en 2015, les femmes sont « parmi les plus vulnérables aux impacts des pratiques non durables et du changement climatique ». Mais, étant donné leur position "au cœur du lien entre l'eau, la nourriture et l'énergie du ménage", ils ont également des informations précieuses sur "les défis et les solutions potentielles dans ces domaines", et devraient donc être "à la pointe de la décision- fabrication." Cinq ans plus tard, les efforts pour impliquer les femmes dans la prise de décision sur le développement durable sont-ils encourageants ou décevants ? Quels sont les changements les plus cruciaux pour stimuler l'engagement des femmes ?

MONSIEUR: Le changement climatique n'est pas neutre en termes de genre ; les femmes subissent de plein fouet ses effets. Mais ce n'est pas seulement leur vulnérabilité qui rend leurs idées inestimables. Les femmes sont souvent à l'avant-garde des efforts visant à protéger notre environnement. Souvent, ils adoptent très tôt les nouvelles techniques agricoles et deviennent des entrepreneurs en énergie verte. Ils sont également les premiers intervenants en cas de crise et les décideurs à domicile.

J'ai fait partie d'un panel avec la réalisatrice de documentaires Megha Agrawal Sood plus tôt cette année, et j'ai été frappé par son appel à « des histoires aussi diverses que l'écosystème que nous cherchons à sauver ». Elle soulignait que, jusqu'à présent, le récit du changement climatique a été dominé par des voix masculines blanches du Nord global. Il en est de même de la politique et de la diplomatie internationales ; nous avons besoin d'une bien plus grande diversité dans la prise de décision à tous les niveaux.

Lors de la COP25 en décembre 2019, un nouveau plan quinquennal ambitieux pour une action climatique sensible au genre a été adopté. Le soi-disant Plan d'action sur le genre a été une réalisation importante, qui renforcera la prise en compte du genre et stimulera la participation des femmes dans ce domaine. Mais nous avons besoin de plus de femmes à des postes de direction à tous les niveaux : au niveau ministériel, au niveau des ambassadeurs et de la diplomatie, en tant que fonctionnaires et au niveau local.

Si nous voulons avoir une chance de lutter avec succès contre la crise climatique, nous ne pouvons pas nous permettre de traiter la diversité comme un « bonus » – une pièce du puzzle souhaitable mais non essentielle. Il faut le reconnaître pour ce qu'il est : un préalable au progrès. Les femmes sont déjà engagées dans les problèmes ; nous devons leur permettre d'aider à créer les solutions.

PS: Le mois dernier, vous, Mo Ibrahimet Kévin Watkins – avec plusieurs cosignataires – écrit qu'avec « des progrès durement gagnés sur la réduction de l'extrême pauvreté et malnutrition, combattant mortalité infantile, et l'extension des opportunités éducatives » à risque, « nous avons besoin d'un système commercial qui fonctionne pour les pauvres ». Pensez-vous que la crise du COVID-19, qui a incité de nombreux pays à repenser leurs pratiques commerciales, accélérera ou entravera les réformes nécessaires ?

MONSIEUR: L'un des aspects les plus préoccupants de la crise du multilatéralisme de ces dernières années a été la quasi-paralysie de l'Organisation mondiale du commerce - en partie à cause de l'attitude obstructionniste et isolationniste de l'administration du président américain sortant Donald Trump. L'échec des États membres de l'OMC à se mettre d'accord sur un nouveau directeur général est l'exemple le plus récent – ​​et le plus flagrant – de ce dysfonctionnement.

Si nous voulons surmonter les défis sanitaires et économiques auxquels nous sommes confrontés et assurer une reprise qui ne laisse personne de côté, nous aurons besoin d'un leadership fort et d'une action collective. Cela doit inclure un effort concerté pour minimiser les perturbations du système commercial multilatéral.

La crise du COVID-19 a mis en lumière la nécessité de règles multilatérales. Sous une nouvelle direction, l'OMC pourrait également jouer un rôle crucial dans le recadrage des politiques commerciales mondiales conformément aux priorités de décarbonisation de la croissance, de protection de la biodiversité et de réduction de la pollution.

D'ailleurs…..

PS: Il y a deux ans, dans une interview avec le Tuteur, Vous déploré que « les États-Unis non seulement ne font pas preuve de leadership, mais perturbent le multilatéralisme et encouragent le populisme dans d'autres pays ». Le changement imminent de leadership aux États-Unis promet de changer cela. Mais aura-t-il le même impact aujourd'hui qu'il y a quatre ans ? En ce qui concerne le changement climatique, en particulier, comment l'administration de Joe Biden devrait-elle exercer le leadership américain ?

MONSIEUR: Le président élu Joe Biden ne peut pas récupérer le temps gaspillé par l'administration sortante. Mais nous devons maintenant regarder en avant, pas en arrière. Chaque mesure prise pour réduire le réchauffement climatique induit est importante, et Biden peut faire beaucoup.

Déjà, Biden s'est engagé à rejoindre l'accord de Paris sur le climat dès son premier jour de mandat. C'est un geste symbolique, mais important. Il s'est également engagé à restaurer les protections environnementales que Trump a démantelées. Bien que la polarisation, associée à un manque de soutien majoritaire fort au Sénat, limitera ses options, il peut utiliser des décrets pour renverser de nombreuses politiques climatiques de Trump.

À court terme, Biden doit également rester ferme sur son engagement à favoriser les emplois verts et à faire progresser la décarbonation dans le cadre de la reprise en cas de pandémie. Plus fondamentalement, il doit chercher à combler l'écart entre le niveau d'ambition climatique attendu au niveau mondial et la capacité de son administration à l'atteindre. J'attends avec impatience que les États-Unis se rétablissent en tant que leader mondial en matière de climat.

PS: Votre livre 2018, Justice climatique : espoir, résilience et lutte pour un avenir durable, met en lumière des histoires de force, d'ingéniosité et de progrès dans la lutte contre le changement climatique. Quels effets dans le monde réel ces histoires ont-elles ?

MONSIEUR: Lorsque nous essayons de galvaniser le soutien à l'action climatique, un formidable lobby des combustibles fossiles n'est pas le seul défi que nous devons surmonter. Nous devons également trouver un moyen de surmonter le bruit, les distractions et l'indifférence à l'injustice dans la vie quotidienne. Alors que la majorité des gens reconnaît désormais les réalités de la crise climatique, il est facile de se sentir immobilisé par l'ampleur du problème. Les histoires aident à contrer cette paralysie, en encourageant les gens à soutenir les changements de politiques destructrices ou à demander des comptes à leurs gouvernements.

Les personnes présentées dans mon livre montrent qu'il n'y a pas d'approche unique pour relever le défi climatique. Nous avons besoin de toutes les compétences, perspectives, ingéniosité et ingéniosité de l'humanité.

Considérez l'histoire de Sharon Hanshaw. Sharon menait une vie ordinaire en tant que propriétaire d'un salon de coiffure jusqu'à ce que l'ouragan Katrina décime son salon - ainsi que de nombreuses autres maisons et entreprises - dans son quartier du Mississippi. Après la tempête, les programmes de secours fédéraux l'ont complètement échoué, ainsi que d'autres femmes marginalisées. En réponse à cette injustice, elle a créé Coastal Women for Change, une organisation qui fait progresser l'autonomisation des femmes et le développement communautaire. Elle est devenue une voix locale, puis nationale et finalement mondiale pour la justice climatique.

Sharon n'a pas voulu être une militante pour le climat. Mais grâce à sa narration honnête, elle a fait une énorme différence.

PS: Votre podcast, Mères de l'invention !, que vous animez avec la comédienne et écrivaine Maeve Higgins, allie réalisme souvent mordant, optimisme réfléchi et esprit. Qu'avez-vous appris en trouvant l'humour dans des sujets sérieux ? Quel impact diriez-vous que le podcast – et son approche amusante – a eu pour faire avancer les « solutions féministes au changement climatique » ?

MONSIEUR: Je pense que les gens ont si bien répondu à Mères de l'invention ! car, bien que le sujet soit sérieux, le podcast est léger et plein d'espoir dans ses perspectives. Ainsi, au lieu de se sentir paralysés ou alourdis par la crise climatique, les auditeurs peuvent entendre parler de solutions constructives de manière positive et conviviale. Et c'est toujours bon de rire !

Ce n'est plus seulement Maeve et moi qui hébergeons non plus. Dans la dernière série, le talentueux producteur de séries Thimali Kodikara nous rejoint plus souvent. Lorsque j'enregistre le podcast, j'ai l'impression de me retrouver avec des amis. J'espère que les auditeurs ressentiront la même chose.

Le podcast examine l'intersectionnalité des problèmes. Loin de nous concentrer exclusivement sur la science du climat, nous explorons comment la crise climatique est liée à des problèmes tels que le colonialisme, le racisme, la pauvreté, la migration et la justice sociale. Nous ne sommes pas normatifs; à travers les histoires que nous présentons, nous essayons de montrer qu'il existe de nombreuses façons différentes pour les individus de contribuer.

En 2020, l'une de nos priorités a été de mettre en avant les principes féministes au cœur de l'émission. Nous avons encouragé notre public - et nous-mêmes - à investir du temps dans l'auto-soin, à poursuivre nos objectifs climatiques de manière inclusive et bienveillante, et à intérioriser les leçons historiques nécessaires pour créer un avenir plus juste et plus brillant pour tous.

PS: En parlant de messagerie efficace, vous avez acclamé le jeune militant suédois pour le climat Greta Thunberg pour « humaniser » la question climatique, notant que son discours de 2019 au Sommet des Nations Unies sur l'action pour le climat vous a ému aux larmes. En tant que personne qui travaille dans ce domaine depuis longtemps, quels conseils donneriez-vous à de jeunes militants comme Thunberg alors qu'ils font pression sur les dirigeants pour qu'ils traduisent leur message en politique ?

MONSIEUR: Je ne donnerais aucun conseil ! Le message principal de ces jeunes militants audacieux a été un appel indéfectible aux dirigeants à écouter la science et à respecter les engagements qu'ils ont pris à Paris en 2015. Et, avec ce message, ils ont considérablement sensibilisé à la crise climatique. Mes confrères aînés et moi sommes solidaires d'eux.

Si je devais donner des conseils à qui que ce soit, ce ne serait pas à Thunberg ou à d'autres jeunes militants, mais aux dirigeants mondiaux, aux gouvernements et aux entreprises. Mes recommandations seraient simples : écouter les jeunes, écouter la science et agir d'urgence.

Robinson recommande

Project Syndicate demande à tous ses contributeurs Say More de parler à nos lecteurs de quelques livres qui les ont récemment impressionnés. Voici les choix de Robinson :


De 2020

Dans « Tackling Climate Change with COVID-19 Urgency », Robinson et Daya Reddy appellent les gouvernements et les entreprises à considérer 2020 comme une année décisive dans la lutte contre le réchauffement climatique. Plus d'informations.

De 2015

Dans « L'égalité des sexes et l'avenir de la Terre », Robinson, Amina J. Mohammedet Christiana Figueres exhortez ceux qui travaillent sur le développement durable à mettre les droits des femmes au centre de l'effort. Plus d'informations.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu