La dimension humaine de la réduction des risques de catastrophe : sciences sociales et adaptation climatique 

À l'occasion de la Conférence sur la science ouverte du WCRP à Kigali, le Conseil scientifique international a interviewé des chercheurs en début de carrière sur le climat du Sud pour recueillir leurs points de vue dans la perspective de la déclaration de Kigali et de la COP 28.

La dimension humaine de la réduction des risques de catastrophe : sciences sociales et adaptation climatique

Cet article fait partie d’une série de blogs spéciaux développés pour sensibiliser aux perspectives climatiques inclusives, en mettant l’accent sur les chercheurs en début de carrière (ECR) et les scientifiques des pays du Sud. Dans cet article, le Dr Roché Mahon, spécialiste des sciences sociales spécialisée sur le climat, souligne comment les sciences sociales peuvent améliorer efficacement l'adaptation au climat et, à terme, sauver des vies.

Injustice climatique mondiale 

Selon l'UNDRR, neuf décès liés au climat sur dix surviennent dans des pays pauvres et, comme le souligne l'Organisation météorologique mondiale, les extrêmes climatiques, météorologiques et liés à l'eau ont entraîné 15 fois plus de risques mortels pour les populations d'Afrique. Asie du Sud, Amérique du Sud et centrale et petits États insulaires. 

Dans son profil, le climatologue Leandro Díaz a expliqué que cette sombre réalité est en partie due à la « vulnérabilité accrue de leurs populations aux mêmes événements climatiques ». Non seulement ces pays sont souvent aux prises avec des infrastructures de construction, des soins de santé et des systèmes d'assainissement inadéquats, mais, comme l'a souligné le Dr Díaz, « de nombreuses communautés dans les pays à faibles ressources sont obligées de s'installer dans des endroits précaires, comme à proximité de cours d'eau, de zones sujettes aux inondations. , ou sur des pentes vallonnées, ce qui peut les exposer à des glissements de terrain. 

Malheureusement, la plupart des discussions concernant le changement climatique et les solutions potentielles ont tendance à se concentrer sur un avenir lointain et mondial, et non sur les problèmes spécifiques que connaissent déjà les populations du monde entier. Les pays doivent s’efforcer d’atténuer les effets déjà mortels du changement climatique. Mais lorsque le changement climatique se traduit par des phénomènes météorologiques extrêmes, il n’est plus temps de prendre des mesures d’atténuation ; l'urgence est déjà là.

Rapprocher la science du climat et les communautés

En tant que spécialiste de la gestion des risques climatiques et de catastrophe travaillant dans les Caraïbes, le Dr Roché Mahon se passionne pour aider les praticiens des secteurs productifs et socio-économiques clés de la région à mieux gérer les risques en prenant des décisions éclairées en matière de climat. Dans son rôle de responsable des sciences sociales pour le programme des services climatiques des Caraïbes (ClimSA), elle collabore activement avec des experts sectoriels des secteurs de l'agriculture, de l'eau, de la gestion des risques de catastrophe, de la santé, de l'énergie et du tourisme pour coproduire des produits et services d'information climatique sur mesure qui soutiennent leurs besoins décisionnels.

« En nous concentrant sur l'amélioration de la compréhension par la communauté climatique des Caraïbes de la sensibilisation, de la compréhension, de l'accès et de l'utilisation des informations d'alerte précoce sur une gamme d'extrêmes climatiques comme les vagues de chaleur, la sécheresse, les précipitations extrêmes et les inondations, mes recherches nous aident à fournir des résultats opérationnels. des produits utiles et exploitables pour les communautés d’utilisateurs. C’est important puisque ces secteurs opèrent en première ligne des impacts climatiques.

Le Dr Mahon estime que relier la science du climat aux utilisateurs est particulièrement important pour le transfert efficace des informations climatiques en connaissances exploitables pour une meilleure adaptation au climat – et que les sciences sociales sont la clé pour relier les deux. 

« C’est le pouvoir et la promesse de l’intégration des approches et méthodologies des sciences sociales dans notre travail. Il peut fournir des informations empiriques clés sur le comportement humain qui aident la communauté scientifique du climat à produire et à communiquer des informations sur les risques sous une forme qui répond aux besoins des utilisateurs et qui peut être facilement intégrée dans les politiques, la planification et la pratique. 

Traduire les données en résilience

Au-delà de veiller à ce que les bonnes informations soient communiquées efficacement aux populations à risque, le Dr Mahon estime que pour véritablement tirer parti des informations d’alerte précoce, nous devons augmenter considérablement les investissements dans les systèmes d’alerte précoce de bout en bout multirisques. Elle a cité les « Alertes précoces pour tous » de l'Organisation météorologique mondiale (EW4ALL) visant à combler les lacunes en matière d'alerte précoce et à garantir que les systèmes d'alerte précoce protègent toutes les personnes sur Terre, notamment via les réseaux mobiles. Les Caraïbes ont été la première région à lancer l'initiative EW4ALL.  

Nous nous trouvons à la croisée des chemins, où les sciences naturelles et les sciences sociales doivent converger pour combler le fossé entre les données climatiques et les solutions concrètes. Les travaux du Dr Roché Mahon dans les Caraïbes soulignent le potentiel de cette convergence. Le pouvoir et la promesse résident dans notre capacité à relier la science du climat à l’élément humain, à comprendre les besoins et les vulnérabilités des personnes concernées et à traduire des données complexes en politiques et décisions pratiques. Il s’agit d’une responsabilité collective et d’un appel à l’action qui nous invite à construire un monde mieux préparé, plus résilient et plus durable. 

Roche Mahon

Le Dr Roché Mahon est responsable des sciences sociales au programme interdisciplinaire des services climatiques du Centre climatique régional pour les Caraïbes de l'Organisation météorologique mondiale (RCC), hébergé à l'Institut caribéen de météorologie et d'hydrologie (CIMH). Dans ce rôle, elle travaille avec un consortium régional d'experts climatiques et sectoriels pour co-concevoir, co-développer et co-fournir des produits et services d'information climatique sur mesure pour six secteurs sensibles au climat dans 16 pays des Caraïbes.

« Dans mon travail, j’ai pu constater par moi-même à quel point il est important de lier la production d’informations scientifiques sur le climat aux activités d’engagement des utilisateurs qui soutiennent la traduction et le transfert de ces informations en connaissances climatiques. C’est là le pouvoir et la promesse de l’intégration des approches et méthodologies des sciences sociales dans notre travail. Il peut fournir des informations empiriques clés sur le comportement humain qui aident la communauté scientifique du climat à produire et à communiquer des informations sur les risques sous une forme qui répond aux besoins des utilisateurs finaux et peut être facilement intégrée dans les cadres et contextes politiques et décisionnels.


Découvrez les autres sujets et interviews de la série :

De la joie de la mousson à la peur : réveil de la crise climatique

 Dans cet article, le Dr Shipra Jain, physicienne et climatologue indienne, met à nu son cœur sur le changement climatique et ses impacts sur la société.

Solidarité mondiale pour la justice climatique : perspectives d'un chercheur en début de carrière

 Dans cet article, le Dr Leandro Diaz, climatologue argentin, partage son point de vue sur la solidarité mondiale pour la justice climatique.


À propos de la Conférence sur la science ouverte Kigali : un phare pour les pays du Sud 

Le Programme mondial de recherche sur le climat (WCRP) Conférence scientifique ouverte (OSC) organise sa première édition africaine à Kigali, au Rwanda. La conférence mondiale qui se tient une fois par décennie abordera l'impact disproportionné du changement climatique sur les pays du Sud, favorisera la compréhension mutuelle et discutera des actions de transformation nécessaires de toute urgence pour un avenir durable, en mettant l'accent sur la « Déclaration de Kigali » qui sera adoptée. présenté à la COP28.  

Le WCRP organise également un symposium pour les chercheurs en début et en milieu de carrière (EMCR). L'événement vise à renforcer la présence d'EMCR, à présenter le travail d'EMCR, à favoriser le réseautage avec des experts chevronnés et à renforcer la présence d'EMCR tout au long des sessions de la conférence scientifique ouverte. 


Vous pourriez également être intéressé par

Un monde, un climat : un appel planétaire à l’action

L'ambassadeur Macharia Kamau, membre de la Commission mondiale de l'ISC sur les missions scientifiques pour le développement durable, exhorte la communauté internationale à combler l'écart Nord-Sud dans la recherche scientifique sur le climat et à s'efforcer d'adopter une approche « un monde, un climat » pour des solutions mondiales et durables. la crise climatique.


Infolettre

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.


Photo par Martina De Marchena on Unsplash.


Clause de non-responsabilité 
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et croyances du Conseil scientifique international.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu