Face aux phénomènes météorologiques extrêmes, une action mondiale coordonnée pour lutter contre le changement climatique est nécessaire à la COP27

À quelques jours du début de la COP27, le Dr Marlene Kanga analyse les événements météorologiques de plus en plus extrêmes qui se déroulent en Australie, soulignant l'urgence d'agir sur le climat et appelant à une action mondiale coordonnée immédiate pour relever le défi existentiel le plus crucial de notre époque.

Ce blog fait partie d'une série de points de vue d'ISC Fellows et d'autres membres du réseau ISC sur la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27), qui se tiendra du 6 au 18 novembre 2022 à Sharm El Sheikh, en Égypte.

Sur Octobre 13, la Journée internationale de la réduction des risques de catastrophe, et alors que le monde se prépare pour les réunions de la COP27 de la CCNUCC qui se tiendront en novembre 2022, l'Australie s'est réveillée avec des nouvelles de pluies torrentielles sans précédent sur la côte est avec des avertissements d'inondations majeures sur plusieurs rivières dans les États de Victoria, Nouvelle Galles du Sud, Queensland, Tasmanie, Australian Capital Territory, avec des évacuations massives et la perte de personnes, de biens et de moyens de subsistance sur toute la côte est. Dans la petite ville d'Echuca, Victoria, toute la population s'est réunie pour construire une digue de fortune à l'aide de sacs de sable pour résister au niveau d'inondation le plus élevé de son histoire. Pour la plupart d'entre nous, il est évident que les impacts du changement climatique se font sentir aujourd'hui et deviennent de plus en plus extrêmes. 

Avec sa latitude subtropicale, le climat de l'Australie est influencé par le climat des océans Pacifique, Indien et Austral. L'Australie est un continent très plat, ce qui se traduit par des précipitations orographiques limitées (causées par l'air humide forcé sur un terrain en montée). Le climat de l'Australie s'est réchauffé de plus de 1°C depuis 1960, ce qui a provoqué une augmentation de la fréquence des mois beaucoup plus chauds que d'habitude. Selon le CSIRO, la principale institution de recherche scientifique d'Australie, les fortes précipitations devraient augmenter et devenir plus intenses car une atmosphère plus chaude peut contenir plus de vapeur d'eau qu'une atmosphère plus froide. Il y a une augmentation de 7% de l'humidité atmosphérique par degré de réchauffement climatique. Cela peut entraîner une probabilité accrue d'événements de fortes pluies et plus d'énergie pour certains processus qui génèrent des événements de précipitations extrêmes. 

Nombre de jours chaque année où la température moyenne quotidienne moyenne de la région australienne pour chaque mois est extrême de 1910 à 2019. Source : Bureau of Meteorology 

En plus du réchauffement, les océans entourant l'Australie se sont réchauffés, ce qui a entraîné l'apparition simultanée de trois déterminants importants des conditions météorologiques en Australie. 

, ENSO est l'oscillation entre les états El Niño et La Niña dans la région du Pacifique. El Niño produit généralement des saisons plus sèches et La Niña entraîne des années plus humides, mais l'influence de chaque événement varie, en particulier en conjonction avec d'autres influences climatiques. En 2022, le réchauffement de l'océan Pacifique a entraîné l'effet La Niña, apportant de l'humidité terrestre sur la côte est de l'Australie. Il s'agit de la troisième année consécutive de l'événement La Niña, sans précédent depuis que des records météorologiques ont été maintenus. A trois mois de la fin de l'année, Sydney a déjà enregistré son année la plus humide depuis 1950.

Le réchauffement de l'océan Pacifique a entraîné la déclaration de La Niña pour la côte est de l'Australie jusqu'en mars 2023 par le Bureau australien de météorologie

Une deuxième influence est la Dipole de l'océan Indien (IOD)  qui est la différence des températures de surface de la mer entre l'est et l'ouest de l'océan Indien tropical. Une phase négative entraîne généralement des précipitations hiver-printemps supérieures à la moyenne en Australie. Un dipôle négatif de l'océan Indien est en cours, apportant de l'humidité du nord-ouest de l'Australie, voyageant à travers le continent jusqu'à la côte est. 

Le réchauffement de l'océan Indien a entraîné le dipôle négatif de l'océan Indien et les prévisions d'un printemps et d'un été humides pour la côte est de l'Australie par le Bureau australien de météorologie  

La troisième influence est la Mode annulaire sud, ou SAM, qui fait référence au déplacement nord-sud des vents d'ouest porteurs de pluie et des systèmes météorologiques dans l'océan Austral par rapport à la position habituelle. Le SAM fait référence au mouvement nord/sud des vents forts d'ouest qui dominent les latitudes moyennes à élevées de l'hémisphère sud. Ceux-ci sont également associés aux systèmes orageux et aux fronts froids qui se déplacent d'ouest en est. Les vents associés au mode annulaire austral provoquent une remontée océanique d'eaux profondes circumpolaires chaudes le long du plateau continental antarctique, ce qui représente un mécanisme éolien possible qui pourrait déstabiliser de grandes parties du Glace antarctique. [Le SAM est actuellement dans une phase positive, ce qui signifie que les vents d'ouest se déplacent plus au sud que la normale pour la période de l'année. Le SAM devrait rester positif tout au long du printemps et du début de l'été, augmentant la probabilité de précipitations plus importantes sur la côte est de l'Australie. 

Instantané du mode annulaire sud, 4 novembre 2022, montrant l'analyse quotidienne de l'indice SAM par le Bureau australien de météorologie.

Les impacts du changement climatique se font sentir dans le monde entier depuis inondations extrêmes au Pakistan à famine extrême au Kenya, en Somalie et en Éthiopie due à la sécheresse, le pire en quatre décennies.

Les scientifiques et les ingénieurs connaissent les causes du changement climatique et développent des solutions pour y faire face, y compris la transition vers un avenir à faible émission de carbone. Cependant, dans de nombreux pays, dont l'Australie, il y a eu une réticence à prendre des mesures pour lutter contre le changement climatique pendant des années. Cela a changé avec l'élection d'un nouveau gouvernement et l'adoption du Projet de loi sur le changement climatique 2022, qui a des objectifs nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'au moins 43 % d'ici 2030, atteignant zéro net d'ici 2050. En Australie et dans d'autres pays, chacun doit agir individuellement et contribuer aux efforts de la communauté pour s'assurer qu'il y a un effort déterminé pour résoudre le réchauffement climatique. Il y a une extrême urgence à agir. J'espère que les discussions de la COP27 apporteront l'action mondiale coordonnée dont nous avons tant besoin pour relever l'un des défis les plus cruciaux et peut-être existentiels de notre époque. 


Marlène Kanga

Le Dr Kanga est directeur non exécutif chez Standards Australia, Airservices Australia, Sydney Water et BESydney, et est un Boursier ISC.

Elle a été présidente de la Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs (WFEO), 2017-2019, avec plus de 100 membres nationaux/continentaux, représentant plus de 30 millions d'ingénieurs.


Image(s) by Wes Warren on Unsplash. Route inondée près de Windsor, Western Sydney, NSW, Australie. 5 juillet 2022.

Partagez :

Passer au contenu