Grands États océaniques et changement climatique : un plaidoyer pour l’adaptation

Cet article fait partie d’une série de blogs spéciaux développés pour sensibiliser aux perspectives climatiques inclusives, en mettant l’accent sur les chercheurs en début et en milieu de carrière (EMCR) ainsi que sur les scientifiques des pays du Sud. Dans cet article, le Dr Ma. Laurice Jamero, spécialiste du développement durable spécialisée dans l'impact et l'adaptation, explique comment les sciences sociales participent à l'intégration du changement climatique dans la planification du développement.

Grands États océaniques et changement climatique : un plaidoyer pour l’adaptation

En 2016, l'ancien président des Palaos, Tommy E. Remengesau Jr., dans son discours prononcé lors du congrès annuel de l'Union internationale pour la préservation de la nature (UICN), a rétabli son pays comme un « grand État océanique » plutôt que comme un petit État insulaire. .

Avec cette proclamation, il a souligné la souveraineté des nations insulaires sur de vastes pans des océans du monde. Malgré leur masse continentale relativement petite, les grands États océaniques possèdent un territoire économiquement et géographiquement important. Cependant, selon l'ONU, dans le cas des petits États insulaires en développement (PEID), leurs zones économiques exclusives (ZEE) couvrent environ 30 % de tout le bleu de notre planète : les océans et les mers.  

Pour le Dr Ma. Jamero, cette terminologie devient particulièrement importante dans le contexte du changement climatique, « dans l’actualité, la plupart des récits concernant les petites îles sont liés au naufrage, à la disparition ou au fait qu’elles pourraient être effacées dans quelques années ». En tant qu’insulaire elle-même, elle trouve cela frustrant, mais plus important encore, elle a noté que ce cadrage peut avoir un impact substantiel sur le financement et le soutien international. 

« Il est assez dangereux de présenter les petites îles de cette manière, car nous devenons des cas désespérés dont la seule option est de migrer. » Cependant, la migration de la population entière d’un pays s’accompagne de son propre ensemble de défis : sociaux et économiques, culturels et politiques. Avec une population déjà vulnérable, l’adaptation et l’atténuation du changement climatique s’accompagnent de complications uniques. 

Ce que la vulnérabilité signifie pour la recherche sur le climat 

En tant que survivant de Super typhon Odette en 2021, Dr Ma. Laurice Jamero a une perspective unique sur la science du climat.  

Elle a précisé que la plus grande préoccupation des gens n'était pas le prochain typhon, mais plutôt où trouver de la nourriture, comment obtenir de l'eau, que faire avec toutes les écoles fermées, comment prendre soin des autres ayant des problèmes de santé… » Dans des contextes vulnérables, comme à la suite d'une catastrophe climatique, les préoccupations des gens ne sont pas vraiment liées au climat mais plutôt au développement.  

Grâce à sa compréhension personnelle des complexités de l’adaptation climatique, le Dr Jamero l’exprime dans tous ses travaux. Elle constate que la recherche et les politiques climatiques axées sur les îles sont souvent moins orientées vers les solutions et encouragent la migration plutôt que l’adaptation. Selon elle, le changement climatique doit être considéré comme une question de développement ; les solutions à la vulnérabilité des populations doivent être simultanées à un programme climatique urgent. 

Populations vulnérables et lcapacité d'adaptation plus faible

Au-delà des PEID, la vulnérabilité s’étend aux petites îles du monde entier, y compris aux petites îles sous-représentées dans le pays dont elles font partie.  

Le concept de vulnérabilité comporte de multiples composantes dans le cas du changement climatique : adaptation financière, technologique, institutionnelle, économique et sociale. Le Dr Jamero souligne l’importance d’amener les anciennes nations à se concentrer sur les populations ; les problèmes climatiques s’appliquent à toutes les îles, pas seulement aux PEID.  

Dans le cas des Philippines, un archipel composé de quelque 7,640 XNUMX îles,  De nombreuses îles sont sous-représentées au niveau national, selon le Dr Jamero, les petites îles ne représentant que quelques-uns des barangays des Philippines, les plus petites unités gouvernementales. Les îles qui font partie de pays plus grands peuvent avoir du mal à être représentées car elles ne sont pas couvertes par les PEID ni au sein de leur propre pays.  

La vulnérabilité de ces îles n’est qu’exacerbée si l’on considère la situation sociale et économique. Par exemple, les communautés agricoles ou de pêcheurs peuvent être très dépendantes de leurs écosystèmes pour leur subsistance car la diversification des revenus est limitée. Lorsque ces populations sont touchées par des événements climatiques extrêmes, les inégalités se creusent au sein de la communauté locale et dans la communauté mondiale au sens large en raison de la diversification limitée des revenus.  

La pièce manquante : les savoirs locaux et autochtones

En tant que climatologue, le Dr Jamero constate quotidiennement l’importance des connaissances autochtones et locales. Elle constate que l'évaluation des risques est principalement conduite par des experts de manière descendante, en se concentrant principalement sur les dangers en raison de la disponibilité de données pertinentes. Cette approche tend à négliger les différentes vulnérabilités des communautés et des utilisateurs finaux. Elle appelle à des recherches visant à aborder la vulnérabilité des populations, plutôt que de se concentrer uniquement sur les dangers et l'exposition.  

Le Dr Jamero a spécifiquement observé ce phénomène dans le contexte des systèmes d'alerte précoce. Tout en surveillant activement Super typhon Odette, en 2021, elle a noté qu'il s'agissait d'une catégorie 2 avant le coucher. À sa grande surprise, elle a été brusquement réveillée par ses collègues pour l'informer qu'elle avait atteint la catégorie 5, la catégorie la plus élevée avec les vents les plus puissants. 

Aucune des prévisions ne l’avait saisi. Maman. Jamero attribue cela aux limites des systèmes d'alerte précoce, qui étaient entièrement basés sur des prévisions et ont donc de nombreuses limites dans ce qu'ils sont capables de détecter : dans ce cas, l'intensification rapide du typhon.  

Elle considère le manque d’intégration des systèmes de connaissances traditionnelles – connaissance des vents, quand l’œil de la tempête est au-dessus et quand la tempête passe – comme une opportunité manquée avec des conséquences de vie ou de mort. Face à une telle pression sur la science, elle souhaite que davantage d’espace soit accordé aux connaissances autochtones, en particulier aux systèmes d’alerte précoce.  

Mettre l’accent sur une science orientée vers les solutions

Pour les insulaires, la situation environnementale précaire constitue déjà un problème. Dans le cas du Dr Jamero, elle note que les super typhons, même s’ils sont exacerbés par le changement climatique, ne sont pas nouveaux.  

Elle recommande de suivre l’exemple des pays insulaires et de mettre en avant les politiques adaptatives des grands États océaniques. Les défis posés par le changement climatique dépassent le domaine de la recherche scientifique et nécessitent une collaboration tant au niveau institutionnel qu’individuel. Cette approche consiste à favoriser la communication entre les producteurs de données, tels que les scientifiques, et les utilisateurs de données, notamment les urbanistes, les décideurs politiques et le grand public. 

Le changement climatique entraînant à la fois des événements à évolution rapide comme les typhons et des événements à évolution lente comme l'élévation du niveau de la mer, des dialogues doivent avoir lieu entre les praticiens pour mettre en œuvre des solutions qui fonctionnent pour les communautés. La Dre Jamero contribue activement à cet effort de collaboration en participant au Comité de développement mondial PEERS (Practioner Exchange for Effective Response to Sea Level Rise) qui travaille à rassembler des praticiens pour soutenir les communautés issues de ces événements. 

Le Dr Jamero met en garde contre l’idée de tolérer les inondations dans les îles alors qu’elle y voit un grand potentiel d’adaptation. Au lieu de considérer l’adaptation climatique comme une entreprise désespérée, elle voit cette histoire comme une preuve de la capacité d’adaptation des insulaires. Dans son expérience de survivante du super typhon, elle a remarqué que même après un événement aussi traumatisant, les gens voulaient toujours garder leur maison. 


Dr Ma. Laurice Jaméro

Dr Ma. Laurice Jamero est la coordinatrice du Resilience Collaboratory à l'Observatoire de Manille, qui dirige des initiatives scientifiques ayant un impact sur la communication et l'intégration de la science climatique dans la planification du développement.

« Ma formation est en sciences du développement durable, je préfère donc poursuivre des recherches socialement pertinentes. Pour quelqu’un de mon milieu, le changement climatique est une expérience vécue. [Ce] n’est pas quelque chose que nous lisons simplement dans un article de journal ou que nous entendons dans des conférences – et en tant que tel, le changement climatique doit être considéré comme une question de développement. » 


Découvrez les autres sujets et interviews de la série :

Solidarité mondiale pour la justice climatique : perspectives d'un chercheur en début de carrière

Dans cet article, le Dr Leandro Diaz, climatologue argentin, partage son point de vue sur la solidarité mondiale pour la justice climatique.

La dimension humaine de la réduction des risques de catastrophe : sciences sociales et adaptation climatique 

Dans cet article, le Dr Roché Mahon, spécialiste des sciences sociales spécialisée sur le climat, souligne comment les sciences sociales peuvent améliorer efficacement l'adaptation au climat et, à terme, sauver des vies.


Vous pourriez également être intéressé par

Favoriser la science de demain : les engagements de l'ISC auprès des chercheurs en début et en milieu de carrière en 2023

Pour marquer le lancement de sa newsletter dédiée aux mises à jour et aux opportunités pour les chercheurs en début et en milieu de carrière (EMCR), le Conseil scientifique international revient sur une année riche en engagements avec les prochaines générations de scientifiques.


Bulletin

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.


Photo par McKay Savage on flickr.


Clause de non-responsabilité 
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et croyances du Conseil scientifique international.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu